Urgent : Je cherche un fabricant de pinces !!

Dis Internet, toi qui connais tout, tu ne connaîtrais pas un marchand de pinces ? Il m’en faudrait une qui pince fort (genre très fort), je me fous de la forme ou du matériau dans la mesure ou elle pince suffisamment fort pour que je puisse m’assurer de ne pas rêver.

Au fond, j’espère que cette magnifique pince me confirmera que je rêve bien, faute de quoi va falloir que je suive un traitement anti-cauchemar de toute urgence.

Le Front est à nos portes, bon on ne peut pas dire que ce soit vraiment une super grande surprise, tout ce qui a été fait ou dit depuis une bonne quinzaine d’années n’a fait que le rapprocher à tel point qu’on pourrait presque penser que ce Front arrange un peu tout le monde.
Enfin arrange un peu tout le monde… dans la mesure où il ne franchit pas le pas (« où il ne franchit pas le pas »… ok côté richesse de vocabulaire ça pêche un peu).

Le souci c’est qu’à force de tout faire pour qu’il s’en rapproche de ce pas, on lui a donné de l’élan (au Front pas au pas hélas) à tel point qu’il paraît clair que s’il ne le franchit pas (le pas..) cette fois-ci, il le fera la prochaine ou celle d’après.

Un jeune cadre dynamique magiquement goupillé par les éminences grises habituelles nous propose de faire barrage à ce franchissement. Ma foi, on ne peut guère dire que ça emporte l’enthousiasme. En tout cas pas le mien (je suis trop vieux pour que les ficelles marketing m’occasionnent une érection durable) et manifestement pas celui de ceux et celles qui avaient fait d’autres choix. Bon ça c’est somme toute assez normal, c’est la routine, c’est le jeu électoral.

Dans la vraie vie éveillée, et vue la dynamique que ses prédécesseurs et précédents employeurs ont imprimée au dit-Front, on demanderait à ce jeune cadre dynamique, d’aller un peu au-delà de l’affichage de sa dentition impeccable et de quelques déclarations que Miss France ne renierait pas (la guerre c’est mal, etc… s’il n’a pas déclaré qu’il fallait sauver les gentils bébés phoques, ça doit juste être un oubli).

En clair on lui demanderait de nous expliquer de façon limpide, non ambiguë, ce qu’il a prévu pour enrayer cette dynamique et faire que la question récurrente (récurante aussi) de barrageaufrontnational ne se pose pas de façon aussi pénible à chaque fois que les imprimeurs reçoivent les commandes de bulletins de vote.

Dans la vraie vie éveillée, cette question paraîtrait même vitale, évidente, urgente (normale quoi) et requerrait qu’on lui consacre toute l’énergie possible, qu’on sature twitter, qu’on écroule les serveurs de Facebook etc.. Bref tout ce qui ressemble à un média ou un espace d’expression devrait être complètement saturé par un seul et même cri « Eh Manu, puisqu’apparemment c’est ton destin.. Raconte-nous ce que tu vas faire pour qu’on sorte de cette merde ? ».

Vous l’avez entendu ce cri ? moi pas.. d’où ma quête d’une pince, parce qu’en vrai ça ne se peut pas, c’est pas possible, à n’en point douter je dois cauchemarder…

Quand je parle de « cette merde », je parle juste du barrageaufrontnational, parce qu’on est certes cons (ok, là je parle pour moi), mais on a quand même compris quelques trucs.
En 5 ans, il ne va pas régler le chômage, en 5 ans il ne va pas faire cesser la faim dans le monde, en 5 ans il va pas régler les problèmes du Moyen-Orient qui nous retombent sur la gueule de temps à autre (au mieux il pourra arrêter d’armer ceux qui les commanditent, fussent-ils représentants des droits des femmes à l’ONU).

En revanche, il y a un projet assez jouable, c’est en 5 ans arriver à avoir un style de gouvernement, une clarté de décision, un respect de sa parole, etc. de nature à cesser de grossir les rangs du Front (celui qui est sur le pas..).
S’il n’y avait que ce seul projet de mené pendant ces 5 ans, ce ne serait déjà pas un si mauvais résultat.

Et c’est là où j’ai l’impression de rêver (on en revient à ma pince).

Au lieu comme cela me paraît logique, de demander, non pas demander, d’exiger, de ce jeune cadre dynamique, d’expliquer tout ça… tout ce qui ressemble à un espace d’expression ou a un média est utilisé pour expliquer à ceux qui dubitent (et je les comprends) que ce sont d’infâmes salopards, qu’ils doivent de toute urgence se déconnecter le cerveau et foncer tête baissée sans (se) poser de question.

Et alors pour ça, a notre époque où l’élément de langage est roi, tout le monde (enfin la partie du monde qui ne dubite pas) s’est transformé en griot pour faire pleuvoir du « front républicain ».

Le front républicain c’est quand même la grosse farce de ces.. disons 20 dernières années.
C’est l’astuce facile (mais géniale) qui permet de demander à un électeur de gauche de voter pour un candidat de droite, avec la quasi-assurance que quelques années plus tard, le susnommé candidat aura un résultat tel qu’il faudra de toute urgence, en appeler au… oui ami lecteur tu as deviné, c’est bien… au front républicain.
Le gros avantage de ce front républicain, c’est qu’il n’inclue pas de clause permettant de demander… non d’exiger.. du bienheureux bénéficiaire de cette pluie de votes, de déclarer ce qu’il va faire pour qu’on ait plus besoin de recourir à ce front républicain (honnêtement vu sous l’angle du concept produit, c’est top.. rien à redire.. génial).

C’est là ou je crois que je cauchemarde. Bien sûr on votera « contre le Front », (je vais même y aller alors que je m’étais juré que..), on votera contre Front les yeux fermés, la bouche cousue, les oreilles closes.

Non non, ne te trompe pas ami lecteur, on ne va pas y aller les yeux fermés, la bouche cousue et les oreilles closes pour ne pas voir ou entendre ce fameux Front (lui au moins est clair sur ce qu’il veut faire.. hélas).. on va y aller les yeux fermés, la bouche cousue et les oreilles closes pour surtout se préserver du risque abominable d’avoir l’outrecuidance de demander à notre jeune cadre dynamique s’il jamais, des fois, par hasard il aurait quelques propositions sympas qui nous permettrait de ne plus nous trouver dans cette situation.

Bon ok, il faut admettre que la culture monarchique hexagonale fait qu’il est plus facile et plus confortable de vouer aux gémonies un électeur qui doute, que d’interpeller un candidat qu’on n’a pas choisi pour exiger de lui une position claire… c’est juste.

Donc on se donne rendez-vous dans 5 ans.

Sinon, pour ma pince, quelqu’un a un tuyau ?

Tiens, c’est l’heure du running gag électoral (fatigue..)

Après cette nouvelle gueule de bois post-premier tour, la grande question ce n’est pas « comment se fait-il que le FN gagne des électeurs, et de la reconnaissance publique élection après élection » mais « Mélenchon va t il dire s’il vote pour Macron ou non ?« .. on croit rêver.

À titre personnel, en résumé :
1 – l’injonction de voter me gonfle, elle aurait du sens dans un contexte démocratique ou il y aurait d’un côté un quorum et où de l’autre le vote blanc serait pris en compte.
2 – l’injonction de souscrire au « Front Républicain » me gonfle encore plus. Les mêmes causes produisant les mêmes effets, le FN gagne électoralement et culturellement du terrain a chaque élection.
La logique de ce Front Républicain c’est d’attendre gentiment le jour ou le FN passera naturellement parce qu’il n’y aura plus d’alternative électoralement séduisante.
Là ça va même être pire, parce que Macron va se faire élire avec une partie de l’électorat Fillon (qui est une variante version BCBG de celui du Front National) donc en un sens le FN a déjà gagné.

La solution je ne l’ai pas, mais les incantations, franchement je trouve ça d’une indécence. ..

Que Melanchon vote ou pas Macron ça change quoi ? Que la question ne se reposera que dans 5 ans ? .. mouais super progrès.

On en est arrivé à un point où nos chers médias, pourtant rarement à la traîne d’une bonne occasion de faire frémir le lecteur nous ont épargné le couplet sur « la montée du Front National ». La place du Front National dans le paysage électoral et au-delà, il suffit de parler autour de soi, est devenu un fait accepté, intégré, reconnu, banal.

La vraie question ce n’est pas de savoir si Melenchon va ou pas soutenir Macron, ça on s’en (fermez les yeux chastes) bat les couilles, la vraie question c’est que Macron a 15 jours (il aurait pu/du le faire avant) pour expliquer comment il entend inverser la tendance pendant ces 5 années qu’on se retrouve contraints à lui offrir.

Précision : je ne suis pas spécialement fan de Melenchon (même si je dois reconnaître qu’il a quelque remarques pas idiotes). Je suis en revanche sidéré devant la subite Macronidolâtrie, on a décidément pas de mémoire en politique.

Elections.. tout est normal…

Bon, on peut repicoler tranquille, les choses s’éclaircissent. les chars russes s’éloignent des champs.. et c’est un bien bonne chose.
L’alternance hexagonale c’est donc désormais droite ou extrême droite (bon je ne vais pas non plus pleurer sur la mort du PS..).
Faudra historiquement reconnaitre à cette présidentielle l’immense mérite d’avoir clarifié la situation.