Road trip breton, fiabilité etc….

Road trip breton
Lumix LX2 (1/125s f:7,1)

Si les planificateurs de la SNCF ont du temps libre, il serait bien qu’ils se penchent sur les horaires de train Paris ->Brest.
Il fallait que je sois à Brest mardi à 9h (enfin 8h en pratique, le temps de tout installer) aucun train, aucun avion ne permet d’arriver tôt le matin à Brest lorsqu’on part de Paris.
Résultat : 1200 km en voiture et presque 40 heures consécutives sans dormir (ce matin je suis sur pilote automatique). Je comprends pourquoi les Bretons regardent plutôt du côté de la mer (hier juste avant que je ne resaute dans mon auto, Thomas Coville arrivait à Brest après avoir battu le record de la traversée de l’Atlantique), parce que coté terre c’est un brin déprimant.
A une station service, sur la route, je jette un œil aux news sur mon iPhone, le site anglais Which ? vient de décerner aux Lumix la palme des appareils les plus fiables. Which ? est un site consacré uniquement aux avis de consommateurs. C’est la deuxième année consécutive. Bonne idée ça comme critère, dommage que cela ne se fasse pas chez nous, parce que mes tournées avec les vendeurs confirment la solidité des Lumix.

Dernier coup d’oeil avant le retour

Histoires de vélos

Cela a commencé en me rendant à Fukushima, dans le nord du Japon, à l’usine ou sont construits les Lumix. A l’entrée de la gare il y avait une longue enfilade de vélos (ce qui n’a rien d’extraordinaire au Japon) parmi lesquels.. des vélos Panasonic.

P1010371
Lumix FX500 (1/1000s f:2,8)

J’ai cru qu’il s’agissait d’une activité ancienne de la firme.. jusqu’à un retour dans les sous-sols de Yodobashi à Osaka, ou l’on trouve une gamme complète de vélos, majoritairement des vélos Panasonic, à propulsion classique, ou électriques.

Par ailleurs en parlant de vélo, il y a une chose amusante au japon, dans ce pays gros fabricant d’autos et de motos, on voit beaucoup de voitures, très peu de motos (vraiment très très peu) et en revanche, énormément de vélos portent.; des marques de constructeurs automobiles ou de motos.
J’avais pris ça pour une nouvelle mode incitant les possesseurs de vélos à réétiqueter le leur de leur marque favorite de véhicule à moteur, mais là encore, la visite chez Yodobashi m’a montré que pas du tout, il est bel et bien possible au Japon (qui est décidément un pays de contrastes) d’acheter un vélo portant une marque d’auto…