La presse écrite

Aujourd’hui…
Plus rien pour l’instant (2012)

Comment tout cela à commencé…
J’ai toujours aimé écrire et surtout raconter des choses, expliquer des choses. J’écris tout le temps, sur tout. J’ai appris a écrire au sens journalistique du terme au service société de Libération (alors cornaqué par Francis Zamponi), à cette époque, je travaille principalement comme photographe pour ce quotidien.
Réponses PhotoC’est avec Réponses Photo (voir la rubrique l’image) que j’ai réellement commencé à écrire en grande quantité. J’ai successivement été rédacteur en chef adjoint puis rédacteur en chef de ce magazine.

En 1994 sont survenus deux événements importants. Le premier est le départ de la première vague de l’Internet grand public. L’ouverture au public du Web datait d’un an auparavant (93) mais ce n’est qu’en 94 que les choses ont vraiment décollé. L’autre événement a été l’arrivée massive en France d’EMAP (éditeur de Réponses Photo, mon employeur d’alors).
Jusque là groupe inconnu, EMAP est devenu presque en un jour le numéro 3 de la presse magazine en France en acquérant les éditions Mondiales et la partie magazine du groupe Hersant.

J’avais envie de changer d’air et précisément en même temps un grand nombre de magazines et d’entreprises de formation se sont subitement retrouvés à chercher frénétiquement des intervenants connaissant bien Internet et capables d’en parler ou d’écrire sur le thème. Ces intervenants étaient rares, j’en étais (sur ce sujet, voir la partie Internet).
L’époque était faste, la bulle technologique commençait à se gonfler et j’ai alors quitté Réponses Photo pour travailler pour des magazines informatiques ou péri-informatiques et des entreprises de formation (sur ce sujet voir la partie formation).

couverturesLe premier magazine pour lequel j’ai travaillé était CD Media / Internet Reporter du visionnaire Patrick Robin (fondateur d’Imaginet..). Visionnaire le mot est faible, CD Media parlait du multimédia et du CD Rom à une époque ou les lecteurs de CD étaient une extension du PC onéreuse, rare et exotique jamais proposée en standard….

J’ai ensuite travaillé comme pigiste pour un peu tout le monde, et tout particulièrement pour IDG.
Chez IDG j’ai commencé par le magazine Macintosh Golden (disparu) puis par Le Monde Informatique.

En 1997 Olivier Saint-Léger et Didier Krainc ont une idée originale : un magazine décliné sous des formes complémentaires mais différentes, sur trois supports, print, web et CD : Webmaster. Webmaster (c’est le nom du magazine) était un magazine Internet professionnel pour les professionnels de l’Internet non informaticiens (marketeurs, communicants, commerciaux..). Je les rejoins comme rédacteur en chef adjoint du magazine. Ce magazine au concept génial mais insuffisamment soutenu par IDG meurt rapidement.
A la fin de Webmaster, Le Monde Informatique me propose de les rejoindre, ce que je fais avec plaisir.
Je m’occupe alors chez LMI des technologies compliquées (sur ce sujet voir la partie technologie) voire bizarres, je voyage beaucoup (par périodes je passais une semaine par mois aux Etats Unis).

Mi 1998, (je suis alors chef de rubrique Internet au Monde Informatique) la bulle Internet est à son apogée. Je regrette de ne pas pouvoir vivre de l’intérieur un mouvement dont j’ai vécu et parfois accompagné les premiers pas, je rejoins alors Pictoris Interactive (qui sera ensuite racheté par une grosse Web Agency newyorkaise, Agency.com pour devenir sa filiale française) comme directeur du Marketing et du développement..

Pour la suite de l’histoire lire la partie Internet

En 2001, mourrir de faim me manque et donc je reprends ma casquette de journaliste.

MacAndCoFin 2003, Jean-Marc Emery, un ancien d’IDG (nous avions travaillé ensemble à l’époque de feu Golden) entre temps devenu rédacteur en chef de SVM Mac monte un projet pour un nouveau magazine Macintosh, plus moderne, plus vivant, plus actuel que l’existant : MacAndCo.
Je participe à la définition du projet et je rejoins le magazine à son numéro 3.
Le magazine obtient rapidement une image excellente, il tranche avec ce qui se fait par ailleurs, le lectorat suit..mais pas les bailleurs de fonds.

LCI2004… Mac and Co meurt a son 10ème numéro et le Groupe Tests qui vient de reprendre UniversMac et Photo & Vidéo Numérique me propose de donner un coup de main à Photo & Vidéo Numérique qui meurt et rennaît sous le nom de Micro Photo Vidéo (par juxtaposition avec l’hebdo vedette du groupe , Micro Hebdo).

Mai 2005.. je deviens rédacteur en chef de ce magazine.
Avril 2007, NextRadioTV (RMC, BFM radio, BFM TV..) achète le Groupe Tests, et devient donc temporairement mon employeur.
Dans le cadre du démantèlement du groupe, Micro Photo Vidéo est arrêté dans sa formule initiale au numéro 29 (été 2007).

Été/automne 2007, je collabore au Point pour lequel je participe à la rédaction du Guide Multimédia.

Une pensée sur “La presse écrite”

  1. Çà fait plaisir d’avoir de tes nouvelles et surtout d’aussi bonnes …comme quoi quitter Lyon ne peut etre que bénéfique quand on sait se remettre en question bien sur…
    Amitiées Robert

Vous pouvez laisser un commentaire