Fascinant : Un reflex vu de l’intérieur en slow motion

Cette vidéo représente le fonctionnement d’un reflex filmé en slow motion à très haute cadence (a priori 10 000 images par seconde)
Elle est extremement intéressante parce qu’elle permet d’illustrer bien mieux que des mots deux choses fondamentales (et étroitement liées) en photo :

Première chose, le terme de vitesse, qu’on retrouve dans tous les magazines, les livres, les sites et les documentations d’appareil photo est un contresens.
Il n’y a pas de vitesse en photo (ou plutôt il y en a une seule toujours la même). Les rideaux de l’obturateur se déplacent toujours à la même vitesse, ce qui change c’est le temps entre le départ du premier rideau et le départ du second rideau.
En photo on ne parle pas ( on ne devrait jamais parler disons) de vitesse mais de temps, le temps de pose.

Seconde chose, comme la vitesse de déplacement des rideaux de l’obturateur est toujours la même, pour atteindre des temps de pose très courts on a recourt à une astuce : à partir d’un certain point, le deuxième rideau démarre alors que le premier n’est pas encore arrivé. Conséquence, en deçà de ce « certain point » le capteur est découvert en intégralité pendant la pose, au-delà c’est une fente qui le balaye.
Lorsque l’obturateur passe dans cette deuxième phase pendant laquelle une fente balaye le capteur, on ne peut plus utiliser de flash (puisque dans ce cas seule une fente serait éclairée), c’est à cause de ça que les appareils ont un « temps de pose de synchro » (parfois symbolisé par un X) et qui est le temps de pose le plus court pour lequel le capteur est découvert en intégralité en une seule fois. Jusque là on peut utiliser un flash. Au-delà c’est une fente qui balaie le capteur et comme un éclair de flash est très court on ne peut plus utiliser de flash.

Laisser un commentaire

Vous pouvez laisser un commentaire