Première expérience à 200km

Après une longue série depuis le début de l’année, de rallyes dominicaux tournant autour de 100km ces dernières semaines (plus deux de 150 au total), samedi dernier, première tentative sur 200km avec le BRM (Brevet de Randonneur Mondial)200 de Noisiel.
Les BRM sont une série de brevets de longueur croisante (200, 300, 400, 600 et 1000kms) organisés un peu partout en France, et préparant au Paris Brest Paris (1200 km…) qui se déroulera en 2015. Le tout est organisé par l’Audax Club Parisien.
J’appréhendais pas mal cette sortie, j’étais à la limite d’être stressé au moment de partir et à ma grande surprise cela s’est extrêmement bien passé, en dépit du fait qu’à la suite d’une erreur de navigation sur la fin du parcours, nous avons écopé d’une montée extrêmement impressionnante (longue et raide) qui n’était pas prévue au programme.
J’avais lu des témoignages sur les distances longues qui tous concordaient sur un point : l’alimentation est primordiale. Du coup, vendredi soir, razzia chez Decathlon Gennevilliers en sortant du boulot, avec deux produits Aptonia (la marque de Decathlon), des barres des barres et des pâtes de fruits. Sur les 10 heures de selles 14 barres, 5 pâtes de fruits, plus 5 barres de pâtes d’amande Gerblé (un classique), résultat des courses, pas de fringale, forme impec tout le long, bref nickel…chapeau Décathlon sur ce coup.
Côté santé, aucun problème cardiaque (bon, je n’avais pas emporté de capteur cardio, pour éviter de m’ajouter une pression supplémentaire) manifestement mon coeur s’accommode bien de ces efforts longs.
Le rythme était vraiment tranquille, mais ça donne des envies d’essayer encore plus long, or il se trouve que le mois prochain il y a un BRM300 de prévu… on verra.
_9910470

3 pensées sur “Première expérience à 200km”

  1. Bravo ! Impressionnant ! Mais avec votre entraînement quotidien, c’est un peu plus facile que pour les cyclistes du week-end… Personnellement, j’aurais gardé le pulsomètre pour être sûr de ne pas pédaler dans le rouge. Attention aux 300 bornes; ça fait quand même un saut pour l’effort me semble-t-il, comparé à 200 km. Bonne chance et donnez-nous des nouvelles.

    1. A vrai dire j’en ai retenu que la longue distance, c’est plus une question de mental et d’alimentation que de physique strict.
      Ma prothèse cardiaque a 22 ans maintenant, j’en ai 54, je ne dois pas être très loin d’un cycliste du dimanche 🙂

Vous pouvez laisser un commentaire