Le street marketing façon Michel & Augustin : vendre un triporteur Nihola à son nom

Tous les détails sont a lire ici

En clair ça se passe à Boulogne dans les Hauts de Seine, où le roi du yaourt chic lance une campagne de street marketing originale.
Il y a déjà eu des entreprises commercialisant le faible espace disponible sur un vélo comme support publicitaire, là Michel et Augustin pousse le concept un cran plus loin, sous la forme d’un partenariat avec le distributeur/constructeur français des triporteurs Nihola (inventés au Danemark, Nihola étant les initiales de l’ingénieux danois créateur du bidule).
Michel et Augustin va ainsi vendre sur Boulogne des triporteurs portant sa griffe, fabriqués en France sous licence de l’industriel danois par une petite entreprise fondée en 2008 par deux associés.
L’opération est un bon plan pour les acquéreurs puisque Michel & Augustin va vendre les machines (commercialisées normalement aux alentours de 2300 euros)  1000 euros pour les 100 premières.

Les caractéristiques de l’engin

Cadre acier mono-bloc super robuste soudé à la main, finition peinture thermo-laquage noire anticorrosion
• Malle avant de 180L
• Capote de pluie haute
• Boîte 7 vitesses intégrée
• Freins à tambours à l’avant, frein de parking
• Pneus anti-crevaison avec valve au standard d’une voiture
• Selle confortable réglable
• Eclairage par feux à leds.
• Poids 33 kg, le triporteur le + léger et le + maniable du marché ! 

6 réponses sur “Le street marketing façon Michel & Augustin : vendre un triporteur Nihola à son nom”

  1. ho, mes voisins de bureau ! j’avais déjà vu le triporteur sur le trottoir devant leurs locaux, mais je ne savais pas qu’ils voulaient faire des petits partout dans Boulogne 🙂

  2. très intéressant, est-il toujours possible dans acquérir un à 1000 euros?
    Peut-on y rajouter une assistance électrique?
    MERCI

Vous pouvez laisser un commentaire