Magazines, photo , crise de rire et diffraction

Tiens cela fait quelques temps que je n’ai pas parlé de photo, et il ne vient aujourd’hui une occasion d’y revenir un peu, cette occasion m’a été donnée par un salutaire fou-rire à la lecture d’un retour de test effectué par un magazine photo sur lequel je lis à propos d’un objectif « Forte perte de contraste à f:22 ».
La remarque est intéressante (enfin là elle est à se taper les cuisses de rire émanant d’un putatif spécialiste) parce qu’elle met en jeu un phénomène dont on ne parle pas souvent désormais que la culture photo s’est petit à petit délitée : la diffraction.
Nikon a un plutôt bon article, simple et très lisible, sur la question.
Ceux qui veulent aller plus loin, peuvent lire un article infiniment plus complet (mais de fait moins digeste) de Daniel Metz.

La diffraction en pratique (pas taper les spécialistes, moi je fais dans « la diffraction pour les nuls ») on l’a tous expérimentée en arrosant le jardin avec un tuyau d’arrosage muni d’une buse. La buse est ce biniou au bout du tuyau qui permet de régler le débit.

Lorsqu’elle est très ouverte le jet ne va pas loin.
Si on la ferme le jet se rétrécit et gagne en puissance mais reste rectiligne.
il arrive un moment ou elle est tellement fermée qu’au lieu de gagner de la puissance le jet d’eau se met a partir dans tous les sens (plus exactement à ne plus être parallèle).. c’est ça la diffraction.

En photo il se produit la même chose avec le diaphragme qui est un trou de taille réglable, comme celui de la buse , au travers duquel passe non pas de l’eau mais de la lumière. A partir d’une certaine ouverture, le trou devient trop petit et les rayons lumineux partent dans tous les sens ce qui ruine l’image.

Le diaphragme est donc un trou de taille réglable et à une valeur donnée, le diamètre physique de ce trou est lié à la taille du capteur ou du film.
La valeur f:4 désigne un trou beaucoup plus petit sur un compact que sur un reflex ou un hybride par exemple, en dépit du fait que la même quantité de lumière arrive sur le capteur/film.

Comme avec le tuyau d’arrosage lorsque le trou que forme le diaphragme est trop petit , la lumière se disperse, la photo baisse en qualité et donc mes bien chers frères, mes très très chères sœurs, il ne faut pas utiliser une valeur de diaphragme trop faible (désignée par un chiffre trop important).

La limite varie selon le format du capteur (puisque comme je viens de la dire à valeur F:x égale, le diamètre physique du trou varie selon le format du capteur).

Ce bazar est donc la raison pour laquelle on s’arrête en général à F:16 (grand max) pour des surfaces inférieures ou égales au 24×36 (les compacts diffractent bien avant, à F:8 ça commence à partir en sucette) alors que les chambres photographiques pouvaient elles, utiliser des diaphragme infiniment plus petits (style f:32, 45 etc..)

Une pensée sur “Magazines, photo , crise de rire et diffraction”

Vous pouvez laisser un commentaire