Pirates, Somalie, plume et pelloche

J’ai écrit plume et pelloche pour ajouter une pincée de romantisme, j’aurais dû écrire clavier et disque dur, mais ça le fait quand même bien moins.
J’aime bien les ouvrages traitant de problèmes d’actualité, ils permettent d’aller sereinement plus au fond des choses, de se donner l’impression de comprendre, à mille lieues du traitement mi-people mi caricatural et 100% superficiel dont nous gratifient les journaux, papier ou télévisés. Un bouquin documenté écrit par un auteur compétent est à un article de quotidien, ce qu’un docu de la BBC est à un sujet de TF1.
e12258a695970b7a3b44c0d88479da1f(2)L’inconvénient c’est que les bouquins traitant de l’actualité sont en général ennuyeux au possible et le Pirates de Somalie de Jean Guisnel publié l’année dernière chez Grasset ne fait pas exception. Le livre fait 320 pages et aurait facilement pu en faire 100 de moins tellement certains chapitres sont quasiment des copier-coller du chapitre qui les précède, sans parler des énumérations interminables de noms de protagonistes qui ont dû certes réjouir l’étudiant ou le journaliste préparant un papier sur le sujet (le bouquin de Guisnel se veut une sorte de dictionnaire de la piraterie, il n’y a pas le numéro de portable et le tour de poitrine des copines des pirates mais c’est limite), mais lassent un peu le quidam lambda (moi).
Bref on s’ennuie ferme avec ce livre, mais on comprend le qui et le pourquoi, ce qui compense largement. C’est une leçon d’actualité peu sexy et qu’on pourrait croire écrite par un clerc de notaire dépressif, mais c’est aussi et surtout une leçon d’actualité diablement efficace voire salutaire. Par exemple, on s’émeut beaucoup en ce moment des déversements radioactifs de Fukushima dans l’océan..mais on apprend dans le bouquin de Guisnel que des choses peu recommandables balancées en grande quantité dans la mer, dans ce coin de l’Afrique qui sert de poubelle aux entreprises occidentales il n’y a que ça.
captain_philips2

captain_philips1
Pourquoi je raconte ça ? parce que je viens de voir avec plaisir le film de Paul Greengrass Captain Philips sorti fin novembre et qui est une sorte de bonus vidéo du bouquin de Guisnel. Du coup l’aventure de Tom Hanks (très bien) passe totalement au second plan et c’est un vrai plaisir de voir en vrai (bon ok c’est du cinoche, mais semble t il assez réaliste) ce que Guisnel décrit de façon méthodique.
Si vous prévoyez d’aller voir le film, tapez vous le bouquin avant (ou après s’il est trop tard) et vice versa.

Laisser un commentaire

Vous pouvez laisser un commentaire