Mon cher ami raciste et autres arithmétiques

Mon ami raciste je te dois un aveu, tu me manque parfois. Au fond, je crois que je t’aime bien. Enfin non, je ne t’aime pas bien, je te hais même, mais en même temps je t’aime bien. Tu es un type rassurant, un sale type, mais un sale type rassurant, prévisible, stable, sûr, un sale type sur qui on peut compter, sur qui je peux compter.

Tu te souviens lorsque nous étions petits à l’école ? J’aime bien cette époque, parce que lorsque j’étais petit à l’école j’étais grand et gros et toi pas toujours, et au décompte des mandales globalement on peut dire que j’avais un peu d’avance. Bon ok ensuite tu as grandi toi aussi et tu t’es dépêché de rétablir la balance.

Ensuite ado puis jeune adulte on peut considérer que globalement nous en sommes parvenus à un rassurant équilibre des résultats de baston.

Ce que j’aime bien chez toi mon ami raciste, c’est que je ne t’ai jamais vu avancer masqué. T’es un gars clair, franc du collier.
On s’est haï, on se hait toujours, mais on se hait clairement sans ambigüité. Oui je le confesse mon ami, mon cher ami raciste, je t’éviscèrerais volontiers avec une petite cuillère rouillée et je sais que de ton côté c’est avec joie que tu me réduirais en bouillie à grands coups de batte de base-ball.

Mais bon, je suis là pour te dire à quel point tu me manques, en un seul morceau et toi-même tu es encore en état de me lire, parce que nous vivons dans un pays démocratique où les institutions ont pour fonction précisément de nous empêcher de donner libre cours à nos bas instincts.

Au fond on s’équilibre, on se complète. Si je n’existais pas tu ne saurais quoi faire de tes trop plein de fiel et si tu n’existais pas peut-être me détesterais-je à détester quelqu’un d’autre, quelqu’un de moins consensuellement détestable que toi.

Tu vois t’es un sale con, mais je t’aime bien. Et puis depuis le temps je te connais.
Je sais, t’es pas un intello et les débordements affectifs c’est pas trop ton truc, d’ailleurs si t’avais l’affect moins en vrac sans doute que tu ne serais pas mon très cher ami raciste. Du coup là tu dois te demander pourquoi je te raconte tout ça.

Je te raconte ça parce que hier j’ai écouté la radio la journée (j’étais en auto) et le soir j’ai lu les infos… et franchement je trouve que ce que l’on est en train de te faire est dégueulasse.

Non seulement c’est dégueulasse mais moi personnellement ça ne m’arrange pas du tout. Je te l’ai dit tout à l’heure, je t’aime pas, mais j’apprécie le fait que tu sois franc du collier. Avec toi les problèmes on se les règle à l’ancienne, clair net et précis.

Les mecs que je vois touiller la bouillasse bien pensante depuis hier, eux, je ne les sens pas.

On vit un monde de cons, remarque, et c’est un truc que je suis sur que tu n’as pas manqué de noter : moins nos responsables sont gaulois plus ils haïssent l’étranger, leur semblable. Il y a quelques temps les choses ont dégénéré avec un fils d’émigré hongrois soutenu par le fils d’une libanaise né au Maroc et marié avec une tunisienne et là c’est un espagnol naturalisé de fraîche date qui a pris la relève.

Mon cher vieux pote raciste je te plains, s’y retrouver dans un bordel pareil ça ne doit pas être simple et ça laisse à réfléchir sur le rapport au corps, à la peau, aux autres, aux parents, sur la peau fantasmée etc. Ok ok… je te fais chier je le sens bien.

Je voulais juste que tu saches mon ami raciste, que je te sais gré de rester fidèle à ce que tu es et de ne pas t’adonner au concert de pleureuses qui dégouline sur les ondes en ce moment.

De quoi je parle ? t’es con ou quoi ? enfin oui t’es con, je sais, mais fais un effort quand même ! Tu n’es pas au courant ? une feuille de chou fasciste confidentielle a publié une « Une » de feuille de chou fasciste confidentielle et depuis toute la classe politique gauche droite, entre les deux, extrême des deux, s’est mise à lui faire de la promo, même tes potes du FN

Et franchement c’est de la putain de bonne promo, tu peux ranger tes chaussures à clous, tes bombers et tes battes, là t’es clairement dépassé par le truc. Has been gars, totalement.

De la bonne promo et le rigolo de l’affaire c’est que pendant ce temps l’école est à feu et à sang à cause d’une ridicule histoire de rythme scolaire.

Le rapport ? T’es vraiment con mon vieux pote raciste, t’en tiens une couche, le rapport c’est que si on voulait réellement faire taire les néos racistes bobos, ceux qui essaient de te piquer ta place, il suffisait de les renvoyer à l’école.

Taubira (fais pas cette grimace, elle est noire, je sais) est de Guyane, la Guyane est française depuis 1600. En gros les pseudo blondinets et leur marmaille qui glapissent sur son passage devraient périr de honte eux qui à côté d’elle sont probablement des immigrés de Xème génération qui osent se moquer d’une française franchement plus de souche qu’eux.

Bref, ce n’est pas avec de l’indignation de supermarché qu’on pourrait la soutenir cette pauvre Christiane qui a du en entendre d’autres (mon petit doigt me susurre qu’elle a dû elle aussi se castagner avec toi à l’école, tu étais là-bas aussi hein enfoiré ?), mais avec un zeste d’éducation.

Bon toi mon vieux pote raciste de l’éducation t’en as pas eu, mais eux, tous ces cravatés de droite et de gauche qui glapissent (glas pisse ?) en cœur, ils sont censés en avoir un peu.

J’entendais hier Manuel Carlos Valls, celui qui il y a peu expliquait à propos des roms «J’aide les Français contre ces populations, ces populations contre les Français. » faire une demi hémorroïde à cause de l’histoire de cette feuille de chou fasciste. Il ne manque pas d’air. Lui par exemple (il est loin d’être le seul, mais c’est celui qui est à la mode) c’est exactement l’inverse de toi, un raciste mais un raciste mondain, planqué, bien peigné, bien pensant, c’est pour ça que de très loin je te préfère à lui.

Ils étaient où d’ailleurs ces pleureurs de gauche et de droite lorsque le susnommé faisait ses déclarations sur les roms ?
En fait il n’y en a qu’un seul qui a dit un truc intelligent, c’est le vieux Cohn Bendit qui n’est que rarement le dernier pour dire une ânerie mais qui ce jour-là a eu un éclair de lucidité, il a simplement fait remarquer « Oui, un camp illégal pose des soucis. Mais où est le camp légal, alors ? » pas con le Dany …

Ca me ramène à l’arithmétique ça. Clairement un noir vaut plus qu’un rom, et comme un blanc vaut plus qu’un noir et que moi je suis à moitié noir à moitié blanc, combien je vaux de roms ?
Pas simple hein ? D’autant que ma moitié noire (martiniquaise) est sans doute plus française que ma moitié blanche (rhônalpine).
La Martinique est devenue française en 1654 à une époque où les savoyards étaient italiens, ou les parents de Christian Estrosi étaient de futurs « immigrés de Xième génération » et je ne te parle même pas des parents de la petite fille à la banane, si ça se trouve ils n’étaient même pas Français.

Dis-moi mon vieux pote raciste, ça te file pas des frissons d’horreur ça ? tous ces pas français qui se foutent de la gueule de plus français qu’eux mais qui ont tellement merdé à l’école qu’ils n’ont pas appris que dans le royaume de France tout le monde n’est pas blond, voire pire, que pas mal de ses plus anciens sujets sont franchement crépus..

Tu vois toi mon vieil ami raciste t’es inculte mais t’as jamais prétendu être autrement, contrairement aux pleureuses que j’ai entendu hier toute la journée.

Mon cher vieil ami raciste, je comprendrais que tout ça te débecte autant que moi, si tu décides de t’acheter un bonnet rouge et de cramer des pneus pour manifester contre cette concurrence dégueulasse, je serai à tes cotés, compte sur moi.
Ensuite t’amène la bière, j’apporte le Banania et on s’écoutera quelques sketches de Coluche et on matera quelques bouquins de Desproges histoire de se foutre de la gueule des noirs des juifs des arabes et des beaufs franchouillards, ensuite on se foutra sur la gueule tous les deux parce qu’il y a quand même des traditions qui se respectent.

Vous pouvez laisser un commentaire