Michelin ma (presque) tuer

Mise à jour avril 2014 : En pratique le Krylion est remplacé par le Pro4 Endurance qui franchement est le même, et possède en tout cas toutes les qualités du Krylion, adopté donc..


En ville, rouler en vélo requiert soit une dextérité notable dans la manipulation des démonte-pneus, soit des pneus résistant à tous les assauts de l’asphalte urbain.
Ils sont nombreux ces assauts, les rues des villes (de Paris notamment) sont un véritable dépotoir de bouts de métal de toutes provenances, de bouts de verre, de cailloux tranchants et j’en passe et des meilleurs. Bref, les circuits urbains représentent un véritable cauchemar pour les pneus, cauchemar qui a généré l’émergence de pneus en béton armé capables de survivre a ces conditions épouvantables.
L’archétype de cette race de pneus est l’allemand Schwable Marathon dont les diverses incarnations font les beaux jours des vélos en libre service et de bon nombre de vélos destinés au « vélotaf ».
Ces pneus existent dans des sections (la section c’est la largeur du pneu) très importantes assurant outre donc une résistance louable à la crevaison, un confort sénatorial, un poids conséquent et en contrepartie des performances assez faibles. Tout ceci est bel et bon, mais quid des vélos de route et de leurs ultra fins et rapides boudins ?

Les pneus des vélos de route sont prévus pour aller vite, n’offrir qu’une résistance minimale au roulement et tenir la route comme des chefs. La résistance à la crevaison ma foi.. comment dire….de toute façon sur une nationale il y a peu de déchets et les risques de crevaison sont bien moindres qu’en ville.

Il existe cependant une catégorie de cyclistes un peu bizarres (j’en suis) qui aiment aller travailler vêtus en spermatozoïdes fendant l’air vicié des boulevards sur des vélos de route.
Problème, à la simple vue d’une avenue parisienne un pneu de vélo de route crève préventivement.

C’est là qu’intervient un des secrets les mieux gardés du pneu de vélo : le Michelin Krylion Carbon. Ce pneu a des performances pas ridicules au regard d’un véritable pneu de route et une résistance à la crevaison qui n’est pas ridicule au regard de celle d’un Schwalbe Marathon, le tout en section 23 ou 25 mm (si ces chiffres ne vous disent rien ,en gros ça représente une largeur de pneu quasi moitié moindre que celle d’un Vélib).

Je roule depuis des années sur des Michelin Krylion, ces pneus ont une résistance à l’usure telle qu’en venir à bout n’est pas simple, quant à la crevaison donc, c’est un vrai bonheur, deux ou trois par an en roulant quotidiennement dans Paris. Avantage annexe les flancs sont rigides mais sans trop ce qui fait qu’en cas de crevaison il faut quelques minutes pour changer la chambre (celui qui un jour de malchance tenta de démonter un Marathon sur un trottoir comprendra aisément ce que je veux dire).

Et vous savez quoi ?? Hier soir je crève et en remontant ma roue je m’aperçois que mon pneu arrière a pas mal dérouillé et qu’il serait temps de le changer… une fois mes pénates regagnées je me précipite sur le site de mon fournisseur habituel et.. horreur.. sans me le dire, en loucedé, Michelin a arrêté le Krylion.

Ces gens là ne respectent rien, ne reculent devant rien, qu’on les pende !!!!

Bon m’en vais essayer les Schwalbe Ultremo DD et les Michelin Pro4 Endurance dont on me dit que peut-être…

6 pensées sur “Michelin ma (presque) tuer”

  1. Les Krylion ne participaient manifestement pas d’une volonté d’obsolescence programmée, le taux de rotation des stocks était donc trop faible et les déboires économiques de Michelin auront précipité la fin d’un produit trop « user friendly ». Saleté de logique consumériste ! 🙂

    Sinon, le vélotaf, c’est vraiment bien.

  2. Le Krylion a été remplacé par une des déclinaisons du Pro 4 (l’Endurance, j’imagine). Les Ultremo DD, jamais testé.

    Sinon, tu peux ajouter à ta liste :
    – Hutchinson Intensive : léger, confortable, résistant (existe en 23 et 25mm – ce dernier faisant plutôt 24…)
    – Schwalbe Durano : bon grip (gomme dure au centre, plus tendre sur les côtés). Il existe également dans une déclinaison « Plus », qui devient un peu enclumesque, mais offre une protection digne d’un Marathon.

  3. je roule à Paris tous les jours pour aller au boulot. Je roule en Michelin (ceux vendus au Decath), RAS. Le tout c’est d’éviter les pistes cyclables et le quai de seines ou les trous de balles s’amusent à péter des bouteilles un peu partout…
    ah oui le modèle c’est Michelin Dynamic sport

    1. « Le tout c’est d’éviter les pistes cyclables « .. ça m’a fait rire, je suis à 200% d’accord, mais lorsque tu raconte ça en général tu passe pour un pervers pénible 🙂

  4. j’ai des michelin Krylion sur mon vieux look 231,… je pense d’ailleurs qu’ils ont l’âge du vélo, 13 ans, mais inusables, anti-obsolescence,… mais je suis néanmoins le conseil d’éviter les pistes cyclables, où les trous du cul s’amusent à péter des bouteilles en verre… !

Vous pouvez laisser un commentaire