Costard et vélo : la fin de la brouille ?

Le salon Eurobike (qui est LE grand salon européen du cycle) vient de fermer ses portes (il se tient en Allemagne, pour les férus d’appareils photo il est au vélo ce que la Photokina est à la photo. Il y a eu une flopée de vélos de course plus rapides plus légers etc etc.. et quelques accessoires intéressants.
Parmi ceux ci la petite boite anglaise Free Fold a eu un prix avec un petit bidule en plastique permettant de transporter un costume sans le massacrer dans un sac style Messenger Bag ou assimilé à destination j’imagine des cadres utilisateurs de vélos électriques devant être vêtus en costume au bureau.
Pas idiot.. ça vaut 50 euros quand même.
Avis personnel, l’idée est bonne mais c’est une mauvaise réponse à une bonne question (des habits normaux adaptés au vélo). Je ne comprends pas pourquoi aucun fabricant ne s’est mis sur le marché du vêtement urbain réellement adapté au vélo et utilisant les textiles géniaux qu’on trouve dans les vêtements sportifs.. en l’état peu portables dès qu’on descend de selle. C’est un vrai mystère…

6 réflexions au sujet de « Costard et vélo : la fin de la brouille ? »

  1. Il fût un temps où il était impossible d’acheter un vêtement pour le vélo sans se déguiser en coureur du tour de France. Ensuite les grandes marques de VTT ont produit des cuissards et des hauts qui faisaient que l’on pouvait descendre de vélo sans raser les murs…
    Je pense que c’est, avec le problème du stationnement sans risque de vol, l’un des problèmes du vélo urbain.
    Ceci dit, je remarque que le vélo urbain se développe (est-ce dû à la crise ?) et c’est un bien.

    Répondre

  2. Je suis d’accord et c’est quelque chose que je ne comprends pas vraiment. les textiles adaptés existent.
    Par exemple la transpiration est parfois un problème pour ceux qui vont bosser à vélo alors que c’en est pas un pour ceux qui font du footing etc…

    Pour ce qui est du développement du vélo urbain, je ne sais pas si c’est du à la crise, sans doute un peu forcément, mais c’est également sans doute juste du au fait que de plus en plus de gens réalisent qu’en ville la voiture est totalement absurde, sale (très) bruyante (très) et couteuse (énormément).
    Pour un an de budget auto en ville on peut s’acheter un vélo top…

    Répondre

  3. Un trajet en ville prend (sauf montées à pic) le même temps à vélo qu’en voiture, mais, cerise sur le gateau, il n’y a aucun problème de stationnement une fois arrivé sur place. Voilà, à mon humble avis, l’un des avantage indéniable du vélo urbain.

    Le temps de trajet d’un point A a un point B est précis à qq minutes près.

    Bravo pour vos textes, un vrai régal !

    Répondre

    1. Et encore mon expérience personnelle est plus marquée. J’habite dans le haut du 20ème (vers Télégraphe) et je travaille à Gennevilliers, ce qui fait environ 13km. je mets
      – 35 minutes aller/45 retour (because ça grimpe) en vélo
      – une heure en métro (Ligne 11 de Télégraphe à Belleville puis ligne 3 de Belleville à Place de Clichy puis ligne 13 jusqu’à Gennevilliers)
      – en voiture une heure mini avec un maxi qui peut filer le vertige….

      Précédemment j’habitais à La Celle Saint-Cloud dans les Yvelines et travaillais à Saint-Denis (20km) , avec des temps de trajets respectifs a peu près semblables (c’était plus loin mais j’allais plus vite en vélo parce que moins de feux rouges et autres arrêts)

      Répondre

      1. A peu près dans les mêmes temps sur un Courbevoie/ Issy, je vois que t’as un bon coup de pédale 🙂
        Merci d’être passé sur la page, je m’attaque à la Défense rapidement, le sujet est vaste et obscur !!!

        Répondre

        1. Disons que le bon coup de pédale ça dépend franchement du trajet.
          Sur des trajets avec plein de lignes droites et un circuit plus routier qu’urbain on peut aller vite. Avant je traversais le début des Yvelines puis je longeais les quais de seine de Suresnes jusqu’à Gennevilliers et encore avant je traversais le pont à Suresnes pour longer le bois de Boulogne et foncer sur Saint-Denis, là on peut aller vite.
          En ce moment j’ai le choix entre passer par l’intérieur ou par les boulevards extérieurs.
          En passant par l’intérieur il y a tellement de feux qu’entre un pachydermique Gazelle et un vélo de route rapide il n’y a presque pas de différence. En passant par les extérieurs en revanche, le vélo de route gagne énormément de temps (sans parler de son aspect éminemment plus fun).

          Pour la Défense.. bon courage, j’ai essayé une fois et j’en ai conclu que c’était pas jouable, depuis je contourne.

          Répondre

Vous pouvez laisser un commentaire