Quand la presse parle de la presse.. c’est pire

Entre une visite chez le boulanger (à côté de chez moi il y a le meilleur boulanger de côté-ci du Rio Grande) et une autre à la Poste (ouais ouais, ça existe encore, on peut pas envoyer de bouquins papier par email..une honte), je jette un oeil aux news et je tombe sur un papier de Rue89 à propos des soubresauts chez OWNI.
Le papier commence par

Pour l’équipe, l’opération est aussi une façon d’éloigner les actionnaires Xavier Niel ou Marc Simoncini, qui « ne sont pas des éditeurs de presse » – façon de dire qu’ils ne raisonnent pas comme tels. Vendredi soir, la rédaction trinquait dans ses locaux « à l’indépendance ».

Et continue par

Ce qui est certain, c’est que deux sociétés distinctes l’une de l’autre vont prendre chacune leur envol … Owni SAS (18 salariés) a vocation à s’adosser, à terme, à un groupe de presse. D’ici là – on parle en interne de « deux ans » –, il s’agit de bâtir un modèle économique solide. Un investisseur, Eric Series, a accepté de financer la transition. Cet homme d’affaire international, qui dirige le fonds diversifié Avenport, basé dans l’île Maurice, contrôlera Owni. Il est question qu’il investisse, en plusieurs tranches, 1,5 million d’euros dans la société.

.. ou bien j’ai mal lu (possible), ou bien j’ai rien compris (probable), ou bien RUE89 est en train d’expliquer qu’un organe de presse est vachement plus indépendant lorsque financé par le directeur d’un fonds d’investissement basé dans l’Ile Maurice…

Le même RUE89 qui expliquait en début de mois, par la bouche d’un de ses « amis » et au sujet de la reprise du fabricant de clarienttes Buffet Crampon par un fond d’investissement :

Une reprise par un fonds d’investissement, même “avec la participation de la Caisse des dépôts”, inquiète. Rien de personnel bien sûr. Si l’on en juge par letrombinoscope proposé sur leur site, les fondateurs de Fondations Capital, issus de la restauration d’autoroute et travaux publics, ont l’air sérieux, portent la cravate et ont été formés aux meilleurs écoles. Mais l’objectif d’un fonds, on le sait, est essentiellement financier. On assainit, on redresse, on développe et on revend quelques années après.

J’suis pas encore sur d’avoir envie de lire la suite de ce papier sur OWNI (d’autant que le glouglou qui émane de la cafetière semble indiquer que le caoua est prêt…)

Vous pouvez laisser un commentaire