Le grand retour du refoulé

Soyons clairs : je regrette que Marine LePen ne soit pas au second tour de l’élection présidentielle de 2012 (ça, c’est fait).
Je trouve regrettable l’ambiance hystérique qui entoure le premier tour de l’élection présidentielle de 2012 (et a n’en point douter l’entre deux tours va aller dans ce sens), que cette hystérie ambiante occulte un point extrêmement intéressant : ce n’est pas hystérique qu’est cette élection mais historique.
Ce n’est pas tout à fait équivalent.

Le corollaire est que le fait que le FN ne soit pas au second tour n’est pas une chance mais une catastrophe.

D’un François l’autre..
Il n’est plus un mystère que dans les années 80, François Mitterrand a utilisé le Front National qu’il a aidé à émerger pour déstabiliser la droite classique. Quelque soient les désaccords qu’il puisse y avoir sur tel ou tel point historique précis, le concept global est peu contesté.

30 ans plus tard, il est plus que prévisible qu’un autre François, toujours du PS , va se faire élire avec l’aide active du Front National.

Ca n’est quand même pas rien, c’est même historique.

En ce sens les aboiements à l’encontre de Sarkozy sur sa minable stratégie Buisson, mériteraient peut-être d’être mis en perspective, l’enjeu n’est plus là. Le mal est fait.

Résultat des courses
Le FN version 2012 qui a fait un long chemin depuis ses débuts, un chemin pavé par le mépris de ses adversaires a en effet tout intérêt aujourd’hui a faire élire le candidat PS.

Cela me parait limpide :
– Si Sarkozy est élu, après le coup de semonce de cette élection, il n’est pas douteux que sa première décision de nouveau président, sera d’aller de ses propres mains égorger la famille Le Pen. Il a d’ailleurs démontré avec brio lors de la première séquence de son quinquennat le talent qu’il avait pour ça (souvenons-nous du démontage en règle du PS dans les premiers temps du premier mandat Sarkozy).

– Si Sakozy est battu en revanche, la phrase que Mme Lepen a prononcé aux résultats du premier tour (« la droite c’est nous ») risque de résonner très fort. On peut (en se trompant peut être) imaginer un éclatement de l’UMP avec une recomposition d’un équivalent UDF d’un côté et une aspiration du reste vers le FN (sous son nouveau nom puisqu’il doit être renommé).

Il s’agit donc bien d’un premier tour historique, qui n’est pas comparable à l’accession de Lepen père au second tour en 2002.
Dans la configuration 2002, le FN en accédant au second tour, a fait élire le candidat de droite (même les socialistes ont voté Chirac, parfois dans des conditions qui ont fait injure au concept de démocratie, j’ai pour mémoire la très fasciste campagne Voter avec des Gants )

Dans l’option 2012, le FN en n’accédant pas au second tour et ce d’extrême justesse (J-L. Mélenchon fait 12%, le PC (M-G. Buffet) avait fait 1,93 % 2007, c’est-à-dire qu’il doit bien y avoir 8% des électeurs de J-L.Mélenchon qui d’ordinaire votent « ailleurs » et il n’est pas invraisemblable d’imaginer qu’un certain nombre d’entre eux appartiennent à la partie « vote contestaire » du FN) , le FN donc est en position idéale pour envoyer le nouveau François à l’Elysée. Cela lui laisserait le champ libre pour en finir avec la droite conservatrice classique et devenir cette « nouvelle droite » dont parle M. Lepen.

Louis Aliot, le président du FN a ouvert le bal en annonçant « qu’à titre personnel » il voterait blanc (et donc pas pour N. Sarkozy).

Franchement si à court terme dans une vision Bisounours de la vie, on peut s’en réjouir, en regardant bien les choses, le fait que Marine Lepen n’ait pas accédé au second tour de l’élection risque fort de s’avérer être une catastrophe pour ce bon vieux pays.

15 réponses sur “Le grand retour du refoulé”

  1. Je vous suivais pour vos articles sur Panasonic. Je vous trouvais même intéressant … Mais si c’est pour parler politique et de plus raconter des inepties il est temps que je parte! bon vent à vous tout de même…
    PS: j’avoue que votre première phrase m’a donné la nausée…

  2. Bonjour,

    Désolé de vous décevoir, mais j’ai la sale habitude de dire ce que je pense.
    Ce que je pense c’est que les idées extrémistes (de droite comme de gauche d’ailleurs), ne sont manifestement pas solubles, ni dans les bons sentiments, ni dans l’émotion circonstancielle (ils étaient où ceux qui s’émeuvent aujourd’hui de la situation lorsque Eric Besson organisait des chasses aux Roms pour faire remonter les courbes des sondages de popularité ? ça ne remonte pourtant pas tellement à vieux).
    10 ans après 2002 nous nous retrouvons dans la même situation.. en pire. Ca mérite un peu plus que des cris d’orfraie faciles

    Si M. Lepen avait accédé au second tour nous aurions eu au moins un répit de 5 ans, on pouvait espérer un sursaut affolé (hypocrite mais affolé) comme en 2002. Là avec cette troisième place parfaite, le FN est en situation idéale pour commencer son dynamitage de la droite classique.

    Désolé, j’aurais aimé moi aussi que les choses se passent différemment

Vous pouvez laisser un commentaire