Test : Mavic EZRide : un système chaussure/pédale antidérapant épatant

P1010620
La scène est (hélas) classique. Vous êtes en début de file, sagement arrêté(e) au feu, le feu passe au vert, vous remontez la pédale avec le dessus du pied, puis d’un coup de jarret alerte vous appuyez sur la dite pédale.. et la patatras, la pédale est un rien glissante, le pied dérape, pendant ce temps les voitures derrière commencent à démarrer et vous voila zigzaguant essayant de faire prendre de la vitesse à ce fichu vélo.
C’est un épisode classique et s’il ne vous est jamais arrivé, hélas, il vous arrivera un jour (c’est un des corolaires de la Loi de Murphy, « ce qui peut foirer, foirera« ).

SaintE Gamelle priez pour nous…

Les cyclistes sportifs n’ont pas ce problème car ils utilisent des systèmes de verrouillage de la chaussure sur la pédale (voir en fin d’article comment ça marche), mais ces systèmes ne sont pas du tout adaptés à un usage urbain par un cycliste normal. En version courte, pour pouvoir poser le pied par terre, il faut d’abord le désolidariser de la pédale, ce qui se fait en imprimant une petite rotation à la cheville. C’est super, mais pour quelqu’un qui n’a pas une excellente habitude du pilotage des vélos de courses, c’est la gamelle garantie au premier feu rouge (si on oublie de déverrouiller d’une rotation de la cheville, le pied reste fixé à la pédale et on ne peut donc pas le poser par terre….), et du coup c’est un système qui en milieu urbain peut s’avérer dangereux.

 

Petit précis de pédalologie

Le corps repose sur le vélo avec trois points de contact : la selle, le guidon et les pédales.
Les pédales conditionnent la position
Si les pédales sont glissantes elle font courir un danger au cycliste. ce se produit notamment au démarrage et dans tous les cas ou on exerce un supplément d’effort. Une pédale qui glisse à un feu qui passe au vert et c’est le concert de klaxon (hypothèse optimiste) garanti.

Les pédales des vélos de ville sont en général recouvertes de caoutchouc antidérapant.. qu’il l’est de moins en moins au fur et à mesure de l’usage. L’autre option, ce sont des pédales métalliques crantées.. qui flinguent les semelles. En outre avec une pédale classique, le pied n’est pas toujours positionné au même endroit, ce qui empêche d’avoir une position stable sur le vélo, or rappel, la pédale est un des trois points de contact entre le cycliste et son vélo.
À ce titre, aussi étonnant que cela puisse paraître, les pédales (ou le guidon) participent au confort général, autant que la selle elle-même.

Ce qu’il faudrait en fait, c’est un système réellement antidérapant, qui permet d’un positionnement régulier de la chaussure sur la pédale, sans entraver les mouvements du pied. Ce dernier point est fondamental en usage urbain où les arrêts sont très fréquents et donc où le cycliste pose très fréquemment le pied à terre.

Si on excepte donc les systèmes utilisés sur les vélos sportifs qui, comme on vient de le dire ne sont pas adaptés à un usage urbain, il reste la solution du cale pied.. qui est un rien stressante, car là encore il faut penser à dégager le pied du cale pied avant de s’arréter faute de quoi….

.

Eureka !! EZRide a trouvé !

Relisez le paragraphe précédent.. c’est exactement ce que propose le système EZRide de Mavic.

L’ensemble EZ Ride se compose de deux parties :

  • Un jeu de pédales
  • Une paire de chaussures. Il en existe trois modèles avec un look de chaussures de sport.

La pédale EZRide

La pédale EZ Ride est de forme carrée avec des crampons en plastique/caoutchouc rigide assez saillants. Elle est parfaitement utilisable avec une chaussure normale, qu’il s’agisse d’une chaussure de sport ou d’une chaussure de ville. Ses crampons sont relativement anti-dérapants. Elle est assez large et donc plutôt confortable.

Le centre de la pédale est composé d’un croisillon métallique au milieu duquel se trouve un petit aimant sphérique. Ces pédales comportent sur leur tranche avant et arrière les réglementaires catadioptres requises pour un usage urbain. Elles n’ont pas de sens, les deux faces sont identiques.

Pedales Mavic EZ Ride
Les pédales du système EZ Ride

 

Les chaussures EZRide

Les chaussures du système EZ Ride ont donc un look de chaussures de sport, le modèle testé s’appelle Terra. Il plaira aux cyclistes avec une forte sensibilité écolo/développement durable, car il est fabriqué en suivant les recommandations des labels écologiques (j’ignore lesquels) et surtout utilise à hauteur de 30% des produits recyclé. Son aspect est assez passe partout, bien qu’il s’agisse clairement d’une chaussure de sport elle est parfaitement portable au quotidien, et est cohérente avec, par exemple, une paire de jeans.

P1010631
Les chaussures Mavic Terra

Sa qualité de fabrication est au dessus de tout reproche et son confort impeccable. bref une bonne chaussure de sport.

Comment ça marche ?

Le secret du système EZ Ride réside dans l’avant de la semelle de la chaussure. Cet avant est creusé de sillons dans lesquels viennent se glisser les crans de la pédale. Au centre de ces sillons est placé un petit ergo métallique. Il vient en contact avec le centre de la pédale qui contient un aimant.

P1010615
Les chaussures EZ Ride Terra (30% de matériaux recyclés)

 

P1010618
Les encoches ou vient se placer la pédale, au centre le plot métallique

Il suffit donc lorsqu’on monte sur le vélo de glisser les encoches de la semelle dans les plots de la pédale et c’est parti. Cette manoeuvre est asez simple et au bout de quelques fois on s’y fait très rapidement. Le contact du plot métallique de la semelle avec l’aimant de la pédale fait un petit clic qui rassure sur le bon déroulement des opérations. Ce clic n’est pas audible cependant en pleine circulation.

L’ensemble fonctionne étonnamment bien. A vitesse normale voire élevée, le pied ne bouge pas de la pédale et l’efficacité du coup de pédale est très nettement améliorée. Je n’ai pas fait de mesure exacte, mais d’après les quelques relevés de référence que j’ai sur les parcours utilisés sur le test, si on veut élever la cadence, avec un vélo de ville, on peut compter largement deux ou trois kilomètres par heure de mieux qu’avec une pédale classique. La semelle de la chaussure Terra est un bon compromis entre souplesse (en dehors du vélo elle se comporte comme une basket de bonne qualité tout à fait classique) et rigidité (important pour le coup de pédale). J’ai monté ces pédales sur plusieurs vélos dont mon vélo pliant, avec lequel je me suis amusé à grimper des côtes en danseuse, ce que je n’aurais pas forcément osé faire avec des pédales classiques, les relances en virage sont particulièrement sympa.

Pour eux qui ont déjà roulé avec des pédales SPD, une fois lancé, le système Mavic procure exactement les mêmes sensations, il n’y a pas vraiment de différence. Là ou la différence apparaît c’est lorsqu’on hausse vraiment le ton. L’EZ Ride ne solidarise pas chaussure et pédale et sur des relances très énergiques le pied peut se dégager de la pédale, mais bon , EZ Ride n’est pas fait pour ça. En usage urbain normal voire très rapide, ce système est absolument parfait.

Il est parfait.. et astucieux. Peut-être très cher lecteur, te demandes tu à ce moment de la manoeuvre à quoi sert l’aimant auquel j’ai fait allusion plus haut ? Moi-même je me le suis beaucoup demandé.

Je me le suis beaucoup demandé jusqu’à ce que je réalise que cet aimant est une astuce extrêmement utile.
Note : le paragraphe qui suit demande un brin d’imagination car il décrit une manip qu’on fait de façon automatique, sans trop y penser lorsqu’on est à l’arrêt à un feu (par exemple). La détailler donne l’impression d’un truc très compliqué alors que c’est un petit mouvement qu’on fait spontanément sans y prêter attention.
À l’arrêt, en prévision du redémarrage, il faut faire effectuer un quart de tour à la pédale gauche (ou droite selon le pied que vous posez à terre) pour la placer  en position haute prete à recevoir l’impulsion. Avec des pédales classique, cela se fait en glissant le pied sous la pédale pour la relever. Avec des pédales automatiques, il suffit, si on a pas déclipsé la cale, de lever le pied, puisque ce dernier est solidaire de la pédale.
Grace à ce petit aimant, la pédale EZ Ride reste légèrement collée au pied, ce qui fait qu’on peut la relever simplement en levant le pied, il suffit de procéder lentement. Ça c’est vraiment top.

L’aimant ne colle pas trop la pédale à la chaussure, on peut donc poser le pied par terre sans aucun souci, il suffit de lever le pied de la pédale à vitesse normale

 

C’est épatant parce que…

Le concept global qui associe positionnement régulier, anti-glissement et sécurité (puisque le pied n’est pas bloqué), est épatant. La réalisation globale avec des chaussures de qualité, et une pédale large et confortable, parfaitement utilisable avec une autre chaussure l’est également.
Il n’y a aucun risque de chute à l’arrêt (contrairement à ce qui se passe avec les pédales automatiques ou les cale pieds).

L’efficacité du système est excellente.

Bref, le système EZ Ride est un peu l’arme absolue du peton de cycliste urbain, et il a tout pour séduire les cyclotouristes rétifs aux cales SPD.

Cela dit ca pourrait être mieux si…

Ça pourrait être mieux si Mavic ne faisait pas du EZRide en cachette. Résultat, personne ne sait que ça existe et au mieux personne ne sait exactement en quoi ça consiste. Comme Mavic est une marque surtout connue chez les compétiteurs, ceux qui ont entendu parler du système le jugent avec des critères de cycliste sportif (ce pour quoi EZ Ride n’est ni conçu ni adapté)  et donc répondent que c’est moyen et bien moins bien qu’un système de cale classique.

Enfin comme Mavic fait de l’EZRide en cachette, le système est confiné à l’offre de chaussures Mavic. Si la boite Rhône-Alpine avait la bonne idée de licencier son dispositif auprès des fabricants de chaussures de sport et autres sneakers à la mode (Addidas, Nike et consors..) ça pourrait devenir un standard du système de pédale/chaussure urbain.

S’il marche bien avec des chaussures de type basket, comme il est assez peu exigeant côté semelle, ce système aurait du sens également avec des chaussures de ville plus classiques au look plus haut de gamme.
Il existe quelques modèles de chaussures cyclistes un peu classes, comme celles du Londonien QuocPham (superbes) ou encore les italiennes Dromardi (ma qué bellissima..), mais elles sont proposées avec des cales SPD ce qui fiche en l’air la ligne de la chaussure (à cause de l’épaisseur qu’impose la cale SPD) pour obtenir au final un produit assez mal adapté à un usage urbain réaliste.

Enfin dernier point éminemment perfectible, le tarif : 45 euros pour la paire de pédales et 110 pour le modèle de chaussure testé (les deux autres modèles sont vendus 90). Ça aussi c’est une conséquence du manque d’offres alternatives. Pour  que EZ Ride ait une chance d’arriver un jour à se répandre il lui faut une plus grande variété d’option de chaussures, et notamment en matière de tarif.

Au fait c’est qui Mavic ?

Créé en 1899 à Lyon , MAVIC (Manufacture d’ Articles Vélocipédiques Idoux et Chanel) est ZE spécialiste de la roue de vélo de sport. Ils ont d’autres productions, mais c’est pour leurs roues qu’ils sont connus.

Les systèmes utilisés sur les vélos sportifs

Le cale pied : il revient en odeur de sainteté du fait de la mode fixie-vintage, mais il est mal adapté à un usage urbain normal à cause du problème de sécurité qu’il pose (si le pied se bloque dans le cale pied, c’est la chute assurée)

Les pédales automatiques : il y en a plusieurs versions
Look (inventeur du concept de pédale automatique), SPD-SL (shimano), Time etc.. : elles sont destinés aux sportifs. Le confort est impérial, la rigidité de la fixation parfaite, et avec des chaussure à semelle carbone c’est tout le pied (et non pas seul l’avant) qui appuie sur la pédale. bref c’est le top. Mais d’un côté le verrouillage/déverrouillage pas du tout prévu pour être mis en œuvre tous les 100m comme c’est le cas en milieu urbain, est inutilisable, en outre ces cales très volumineuses, rendent les chaussure inapte à la marche

P1110695
Les grosses cales au format SPD-SL interdissent la marche avec ces chaussures

Les pédales SPD : au départ prévues pour les VTT en fait elles sont très utilisables sur un vélo de route, notamment pour les cyclotouristes. Elles utilisent une cale plus petite qui peut être planquée dans la semelle de la chaussure, laquelle devient du coup utilisable pour la marche. L’inconvénient est que l’avant de la chaussure doit avoir au moins un bon centimètre d’épaisseur ce qui limite quand même les possibilités en matière de design.

Shimano M520
Pédale au format SPD

 

P1110676
Pédale double face: SPD d’un côté, normale de l’autre

 

P1110688
En haut des cales SPD-SL en bas des cales SPD qui elles permettent la marche
P1110697
La cale SPD se loge à l’intérieur de la semelle pour permettre la marche

 

Les SPD conservent un gros inconvénient pour un usage normal vélo/boulot/dodo : le pied est fixé sur la pédale, et donc il faut le déclipser à tous les feux rouges avec le risque de chuter si on oublie.. bref… pour pratiquants intensifs c’est très jouable, pour les humains normaux c’est très casse gueule.

3 réponses sur “Test : Mavic EZRide : un système chaussure/pédale antidérapant épatant”

  1. Que devient le génial système EZ Ride ? J’en suis un adepte inconditionnel qui se retrouve un peu orphelin…
    Le système a pourtant suscité des émules tels que MPS (DE) … N’y aurait-il pas une
    coopération à envisager pour faire vivre ce concept tout à fait remarquable qui répond à une attente réelle des cyclotouristes en particulier ?

  2. j’utilise ce système sur mon vtt depuis 3 ans c’est génial car plus de problème de blocage.
    Ca tient bien même avec de la boue. info à diffuser pour tous les gens qui tombent en vtt à cause des SPD. Depuis ce système je ne tombe plus et je suis beaucoup plus en sécurité.

Vous pouvez laisser un commentaire