Plateforme Lumix G : la révolution continue

Lumix GH1

Lors du lancement du Lumix G1, j’avais mis l’accent sur un point qui pouvait paraître un brin théorique à l’époque (forcément il n’y avait qu’un seul appareil), la famille Lumix G est une plateforme, pas une gamme au sens classique. Usuellement on défini un appareil haut de gamme puis on le dégrade (ce terme est descriptif, pas péjoratif) par étape pour en décliner une gamme complète.
L’idée de la plateforme Lumix G (le G est pour Génération) est de reprendre les choses à zéro pour disposer d’une plateforme technique sur la base de laquelle on pourra définir des appareils très différents répondant à des besoins très différents.

Lumix GH1
Le premier de la série est le G1, qui est un appareil photo polyvalent, aussi à l’aise avec les téléobjectifs qu’avec les focales plus classiques (d’où le viseur), et équipé d’un système de visée qui revisite les différents systèmes ayant été utilisés sur les appareils argentiques pour proposer un dispositif à la carte, avec visée à hauteur d’œil si on préfère, visée à bout de bras, ou encore visée à hauteur de poitrine pour les nostalgiques du 6×6 (j’en suis).

Lumix GH1Le deuxième opus de la plateforme G est un engin très différent. Le GH1 est un appareil hybride, qui associe un caméscope HD haut de gamme et un appareil photo.

C’est la première fois qu’un constructeur franchit le cap et lance un appareil véritablement hybride. Pas la première en fait, non, la seconde, puisque le TZ7 annoncé le mois dernier relevait de la même approche. Mais le GH1 apporte une dimension nouvelle à la vidéo, des objectifs interchangeables, une section son (micro stéréo, entré son) un fonctionnement soit complètement manuel, soit avec les assistances qui ont fait le succès des Lumix (iA etc..).

Lumix GH1

Il faut aller chercher le très haut de gamme en caméscope grand public pour accéder à ce genre de possibilité.
La section photo reprend ce qui fait l’originalité du modèle G1 avec une électronique revue et notamment un capteur qui intègre les convertisseurs A/D, ce qui a des effets bénéfiques sur le niveau du bruit.
Si la phrase précédente vous parait ésotérique, explication : la photo numérique est tout ce qu’il y a d’analogique (on nous ment, on nous cache tout, on nous dît rien !!). Un capteur est un système analogique, comme l’est un microphone ou la tête de lecture d’une platine 33 tours. Ce capteur, comme le micro ou la tête de lecture génère un courant électrique, à un moment donné de la chaine, ce courant électrique est numérisé (c’est ce que fait par exemple la carte son d’un PC, on lui branche le micro qui fourni un courant analogique et la carte son numérise le biniou). Problème, les signaux analogiques n’aiment pas être véhiculés, ils attrapent toutes les cochonneries qui dépassent. En intégrant les convertisseurs à la puce capteur, le GH1 élimine une partie du bruit lié au transport du signal. Ce capteur est par ailleurs multi format comme celui des TZ.

Je reviendrais petit à petit sur cet appareil, vous trouverez un peu partout sa description technique, mais une fiche technique est assez loin représenter la rupture (pour utiliser un terme à la mode) que représente le GH1

5 réflexions au sujet de « Plateforme Lumix G : la révolution continue »

  1. Quel plaisir de voir qu’aucune des qualité du G1 ne semble avoir disparu !
    Merci aux concepteurs de ce boîtier pour le boulot accompli.
    Reste encore 2 belles inconnues : la disponibilité et le prix, mais cette annonce va déjà permettre de repousser un peu notre impatience.

    Répondre

    1. Bonjour,

      J’insiste sur le point que ce sont deux appareils extremement différents, même s’ils se ressemblent évidement beaucoup, (le GH1 est un poil plus haut)
      et s’ils partage,nt la même plateforme.
      En gros le GH1 c’est un camescope HD grand public haut de gamme + un G1 , dans le même boitier.
      En ce sens la démarche est assez radicalement différente des « appareils photo capables de filmer » qui eux existent depuis des lustres.
      Je n’ai pas encore d’info fixes sur la dispo et le prix, côté dispo ça devrait être disons avant l’été.
      Ceci étant, le GH1 (même si commercialement ce serait super) n’est pas une alternative au G1 (et vice versa). le premier est un appareil photo, le second une sorte de camescope HD déoté d’une extension appareil photo.

      Répondre

      1. Bonjour M. Saint-Elie,
        comme tout un chacun, je suis très favorablement impressionné par le sérieux dont fait montre dans la construction de la « plateforme G ». Une petite interrogation cependant : vous présentez le nouveau modèle dans les termes d’une nouvelle variété hybride entre la caméra HD et l’appareil photo à visée électronique. Ma question est sans doute déplacée, mais je ne peux me retenir de m’étonner de l’ergonomie apparemment inchangée par rapport au modèle antérieur : la tenue prolongée d’une caméra procédant de considérations assez étrangères à celles du monde de la photo, n’est-il pas surprenant qu’aucune poignée ou autre accessoire réconciliant les deux  »écoles » paraisse avoir été prévu? Je suppose qu’il existe une réponse évidente à cette question, mais je pense que la majorité des clients se rendant au rayon d’un revendeur saura immédiatement distinguer la section video de la section photo, ce parce que la préhension des appareils est très différenciée. Quels sont les emprunts faits par le GH1 au monde des  »appareils de video HD »? Merci pour votre réponse et toutes mes félicitations pour cet espace qui est des très rares où parfois, le rideau se soulève quelque peu sur les arrière-cours de la technologie qui habite nos journées.

        Répondre

        1. Bonjour,

          Excellente question.

          Le design
          Tout d’abord il faut la replacer dans le contexte du groupe Panasonic. A peu près en même temps vont sortir le caméscope TM300 (qui est l’héritier des GS400/500) et le GH1, qui visent peu ou prou la même cible en terme d’utilisation avec des moyens très différents. Je parle bien d’utilisation (en pratique, de vidéo un brin sophistiquée), le reste, le GH1 est plus souple, a une section photo éprouvée, et des objectifs interchangeables, pas le TM300

          Le caméscope TM300 a un look de caméscope (horizontal), avec l’écran se dépliant latéralement) le GH1 conserve le même look que le G1, c’est-à-dire qu’utilisé à hauteur de poitrine, l’écran se déplie latéralement et la main gauche (je suis droitier) vient naturellement se placer sous l’objectif.
          C’est très agréable en photo, ça rappelle un peu la tenue des vieux 6×6, ça devrait être pas mal en vidéo parce que ça assure une bien meilleure stabilité que la tenue habituelle a bout de bras des petits caméscopes.
          Le design photo a aussi quelques avantages comme la position de la griffe porte flash qui fait un excellent porte accessoires vidéo (micro externe par exemple)
          Par ailleurs sauf à ce que le GH1 fasse un tabac au point que des accessoiristes spécialistes se penchent sur la question, il ne sera jamais une « épaulière ». Sa vocation est d’être le plus compact possible et en ce sens il est à peine plus gros qu’un caméscope HD sophistiqué en haut de gamme (et je ne parle même pas d’un caméscope à objectifs interchangeables..).
          Ceci étant la plateforme G permet de faire varier les design et au fur et à mesure que le temps va passer vous allez voir que d’autres options sont possibles.

          Quels sont les emprunts faits par le GH1 au monde des ”appareils de vidéo HD”?

          Les emprunts… alors le format AVCHD 1920×1080, le son (Dolby stéréo),
          Les apports : un capteur plus grand. L’avantage est moins la qualité qui est déjà très bonne sur le haut de gamme des caméscopes HD, que la possibilité de jouer sur la profondeur de champ, ce qui n’est guère possible avec un caméscope HD
          Les objectifs interchangeables : les caméscopes HD grand public sont cantonnés aux compléments optiques.

          Répondre

Vous pouvez laisser un commentaire