7 réflexions au sujet de « Le Lumix G1 chez DPreview »

  1. cet appareil est fantastique et préfigure de l’avenir de la photo numérique (au revoir le miroir bruyant)

    en revanche je n’arrive toujours pas a m’expliquer pourquoi il ne fait pas la video….. INCOMPREHENSIBLE!!!!

    Répondre

    1. Bonjour,

      Incompréhensible ? non, au contraire, mais c’est une excellente remarque.

      Il existe deux types d’autofocus :
      La détection de phase : utilisée par les reflex à miroir. En gros c’est un système qui utilise une triangulation. Derrière le miroir principal, un miroir secondaire renvoie deux images sur des capteurs et lorsque les deux sont alignées le point est fait (je résume). L’avantage c’est que c’est indépendant de l’objectif, l’inconvénient c’est que l’appareil ne « voit » pas si la photo est nette ou pas. Il calcule la distance et envoie la commande à l’objectif. S’il y a une inexactitude dans le calcul, dans la transmission de l’info vers l’objectif ou dans la compréhension de l’info par l’objectif, la mise au point peut ne pas être exacte. C’est pour cela que certains boîtiers ont eu des problèmes de « back focus » (la mise au point auto est décalée), ou encore que d’autres ont une fonction qui permet de recaler la mise au point pour tel ou tel objectif.

      La détection de contraste : utilisée par les compacts, les bridges et le G1. Dans ce cas c’est le capteur de prise de vues qui sert à l’autofocus. L’appareil fait un petit mouvement de mise au point et lorsque le contraste est maximal c’est que la photo est nette. Avantage, c’est forcément précis, l’appareil « voit » ce qu’il fait, la précision n’est pas tributaire de la bonne coordination boîtier/objectif. Inconvénient, avant le G1 c’était plus long. Le G1 est donc une prouesse technique, arriver avec de la détection de contraste à aller aussi vite qu’un appareil qui utilise de la détection de phase, quelques mois avant le G1 on aurait pu réunir des tables rondes de spécialistes en leur posant la question : tous auraient répondu que c’est impossible.

      En vidéo puisque lorsqu’il y a miroir, celui-ci doit pour des raisons évidentes, être relevé, tout le monde utilise de la détection de phase.

      Pas incompréhensible, parce que à aujourd’hui (19 janvier 2009) personne ne sait faire un autofocus qui fonctionne de façon crédible avec un grand capteur et en détection de phase.

      J’ai commencé par dire que votre remarque était intéressante, parce que pas mal de sites ou de magazines ont un peu rapidement classé le G1 dans les bridges ce qui est non seulement faux mais techniquement incohérent. Vous allez voir pourquoi (en version courte, dire que le G1 est un bridge puis lui reprocher de ne pas faire de vidéo c’est un peu comme dire qu’un scooter est un vélo pour ensuite lui reprocher de ne pas avoir de pédalier 🙂 ).

      Un critère fondamental pour la précision de l’autofocus est la profondeur de champ. Plus la profondeur de champ est grande, moins l’autofocus a besoin d’être précis, plus elle est courte, plus il doit l’être.

      Parmi la foule de paramètres qui font varier la profondeur de champ (qui, mais je vous raconterais ça un autre jour, n’existe pas) il y a la taille de la surface de capture. La profondeur de champ est plus courte sur un reflex que sur un compact, elle est plus courte sur un compact que sur un téléphone, et elle est infiniment plus courte sur un moyen format ou une chambre grand format.

      C’est la raison pour la quelle vous n’aurez jamais avec un téléphone un premier plan net et un arrière plan flou, vous serez ou tout flou ou tout net.

      Les caméscopes ont des capteurs assez petits (rapporté aux capteurs photo), donc la profondeur de champ ne pose pas de problème, surtout avec les caméscopes de définition standard dont la qualité d’image fournie est suffisamment basse pour que la question de la précision de l’AF ne se pose pas trop (les caméras professionnelles ont une mise au point manuelle).
      Avec les caméscopes HD la question se corse, l’image étant infiniment plus grande et mieux définies, les AF commencent à avoir du mal.

      Avec des capteurs de reflex les choses sont pires.

      Comme je le disais plus haut aujourd’hui personne ne sait faire un AF qui fonctionne de façon crédible avec un capteur de reflex.

      Il y a divers niveaux de gamme de reflex. Deux autres constructeurs proposent des appareils pour amateurs très avertis (voire professionnels) et ont donc pu opter pour une vidéo avec mise au point manuelle, sans AF.

      La gamme Lumix, quelque soit son niveau de performance doit pouvoir être utilisable par tout le monde, il était exclu pour nous de sortir un appareil duquel ont aurait du dire « en photo si tu veux il marche tout seul et bien, … euh.. en vidéo il faudra faire la mise au point à la main ».
      Pour cette raison il y aura un G vidéo mais pas tout de suite et ce sera un autre modèle.
      Par ailleurs faire de la vidéo avec AF impose, un certain nombre d’autres choses compliquées à gérer au delà de cette histoire de technologie d’AF à détection de contraste, comme par exemple le fait de pouvoir contrôler l’AF pour éviter le « pompage », ou encore d’avoir des objectifs totalement silencieux.

      J’en reviens à l’histoire du bridge, les bridges font de la vidéo, parce qu’un bridge c’est foncièrement un compact soigné avec un gros zoom et donc avec un capteur relativement petit qui permet de faire de l’AF sans trop de problème.
      Le G1 ne fait pas de vidéo précisément parce que ce n’est pas un bridge. Il est dommage que la majorité des canards et des sites spécialisés soit passé à côté de ce point parce qu’il y avait plein de papiers vraiment photographiques à faire sur cette histoire de profondeur de champ qui est assez passionnante.

      Répondre

  2. Bonjour,

    Je me permet de rebondir sur la sortie du futur « G vidéo » qui ne serait pas pour tout de suite.
    Est-il possible de savoir à quel trimestre on peut s’attendre à le voir débarquer chez nos chers revendeurs ?

    Il me semble me souvenir que la sortie du 14-140mm se fera en même temps que le « G vidéo » ; est-ce toujours d’actualité ou peut-on espérer le trouver avant ?

    Et dans le même ordre d’idées, la maison mère avance-t’elle des dates un peu plus précises pour la sortie des 7-14mm et 20mm ?

    Merci d’avance pour les réponses à ces questions délicates.

    Et pour en revenir au sujet initial, l’article de DPreview (qui reprend en grande partie leur preview) permet de le mettre face à une concurrence qui a du soucis à se faire dans l’avenir…

    Bravo, c’est un premier jet plutôt réussi !

    Répondre

  3. je suis aussi possesseur d’un canon EOS 5D MK II ou il est clair qu’en video seule la mise au point manuelle est utilisable…

    je trouve ca idiot que sur mon G1 je ne puisse pas filmer avec une mise au point manuel…. tout est la pour que ce soit possible et ca ne l’est pas…trop con.
    cela reste quand meme un appareil génial et surtout un concept génial qui ne demande qu’a se developper

    Répondre

  4. petite correction a votre explication: la profondeur de champ ne dépend que de la focale, de l’ouverture et de la distance du sujet…pas de la taille du capteur.

    a scene égale, objectif égal et ouverture égale la profondeur de champ est identique sur un full frame et sur un APSC

    ce qui fait que la profondeur de champ des camescopes est infinie c’est que leur capteur est minuscule et que pour avoir un equivalent du 40mm on se retrouve avec des focales de 6mm….c’est parce que la vrai focale de l’objectif est de 5mm que la profondeur de champ est infinie.

    Répondre

    1. ce qui fait que la profondeur de champ des camescopes est infinie c’est que leur capteur est minuscule et que pour avoir un équivalent du 40mm on se retrouve avec des focales de 6mm….c’est parce que la vrai focale de l’objectif est de 5mm que la profondeur de champ est infinie… ce qui revient à ce que je disais et on peut pousser un cran plus loin en disant que la PDF (qui n’existe pas) ne dépend même pas de la focale, si on faisait la même photo avec un grand angle et un télé on aurait la même profondeur de champ….

      C’est pour ces raisons qu’il est dommage que à peu près tout le monde soit pasé à côté de ces aspects parce qu’il y avait vraiment des choses très intéressantes à expliquer à partir de ce phénomène… dont la conséquence finale est que la vidéo avec AF sur les grands capteurs ça va venir, mais dans un deuxième temps seulement…

      Répondre

  5. l’article de DPreview (qui reprend en grande partie leur preview) permet de le mettre face à une concurrence qui a du soucis à se faire dans l’avenir…

    C’est clair que la comparaison à 1600 iso avec une poignée de reflex est flatteuse… Plus de bruit, mais plus de détails qu’un 450D — un peu la référence du domaine –, et destruction totale de l’Alpha 350 dans tous les domaines de jeu… Et j’ai pas retrouvé sur le test de DPreview le bruit en bandes qui m’avait gêné : effet du firmware 1.1 (le mien était en 1.0) ? Tests dans un congélateur ?
    En tout cas, joli coup, m’sieur Matsushita.

    Pour l’explication sur la vidéo, Luc, tu admettras quand même que tous les médias n’ont pas une ligne éditoriale permettant d’en parler en détails. Autant je suis assez déçu que les magazines spécialisés n’aient pas fait les quatre pages rien que là-dessus que ça méritait, autant si j’en avais dit plus que «les exigeances ne sont pas les mêmes, en particulier en matière de mise au point», j’aurais dû commencer par donner un cours de chinois aux lecteurs — vu le nombre qui nous demande «c’est quoi, l’ouverture ?»…

    Répondre

Vous pouvez laisser un commentaire