Noël, congélation, souvenirs et 6×6

P1060290
Lumix G1 125 iso 1/30 f:3,5

Ce week end, petite balade au marché de Noël de la Défense, dans un froid glacial, mais une ambiance agréablement bon enfant. Au détour d’une allée, je suis tombé sur un stand proposant l’archi classique « offrez le journal de sa naissance » avec parmi les exemples de journaux d’époque, un exemplaire de Lyon Libé.

Cela m’a rappelé de vieux souvenirs, Lyon Libé était une édition locale du quotidien parisien qui avait vu le jour au milieu des années 80 ((85-86).
J’avais mis en place le service photo de Lyon Libé avec Gérard Ansellem, le photographe de l’Opéra de Lyon.

C’était la belle époque, le service photo parisien avait envoyé pour lancer le truc, les jeunes photographes qui étaient en train de former le cœur de l’agence VU (une référence à l’époque).
P1020246Pour cette petite photo (qui a plus de valeur sentimentale qu’artistique, ok, ok…) j’avais le G1 sur le ventre, l’écran horizontal sur le côté et le pouce sur le déclencheur.
Oui le pouce, pas l’index.
Ergonomiquement, ça fonctionne très bien et ça m’a rappelé un peu les sensations de l’époque de Lyon Libé justement, ou j’utilisais fréquemment un Mamiya C330 et un vieux Rolleiflex.
La possibilité de placer l’écran horizontalement sur le côté permet de retrouver un peu des sensations du 6×6 et c’est vraiment plaisant.  La visée est nettement moins agressive que la visée classiquement à hauteur d’œil, on fait corps avec le sujet, l’œil passe alternativement du sujet au viseur.. bref c’est vraiment différent.
Astuce : lorsqu’on tient l’appareil comme ça, le quadrillage sur l’écran est d’un grand secours, si vous devez essayez, n’oubliez pas d’afficher ce quadrillage.

5 réflexions au sujet de « Noël, congélation, souvenirs et 6×6 »

  1. Si le Lumix me propose un mode vidéo 1080p, un choix de cadence vidéo, un codec video solide, un mode auto et full manuel et la possibilité d’utilisé presque n’importe quelle optique je le préfère à n’importe quelle Scarlet ou Epic de Red.

    Le problème c’est qu’avec tout ça il devient presque plus attrayant qu’un HVX 200

    Répondre

  2. Bonjour,

    Ca existe, ça s’appelle EOS 5D Mark II et à priori ça va être mieux qu’une RED sur certains points (et moins cher, sans parler de la gamme optique Canon).

    L’objet de la ligne G n’est pas d’aller chasser les caméscopes semi professionnels, la lignée Lumix G est une famille d’appareils grand public qui a pour objet de permettre de faire des choses moins tristes et stéréotypées que les appareils classiquement proposés au grand public (l’utilisation avec une visée « à la 6×6 » en est un bon exemple c’est pour ça que je ‘lai illustrée ce matin).

    Le codec vidéo des versions futures sera le AVCHD. J’ignore ce que vous appelez un « codec solide », si vous voulez du professionnel, il vous faudra de l’AVC Intra (la compression est intra images, pas par GOP) mais il faudra également rehausser un brin le budget.

    Ceci étant la remarque est excellente, doublement excellente même.

    Tout d’abord ce qui fait un caméscope professionnel ce n’est pas seulement son système de capture d’image c’est également sa partie audio. Je doute que l’on voit à court terme des prises XLR sur des appareils photo (si on vous a raconté que le minijack était un truc super on vous a menti).

    Donc si d’un strict point de vue image, un EOS 5D Mark II doit sans problème enterrer pas mal de cameras, beaucoup de cadreurs continueront à utiliser des cameras. C’est la différence entre les fiches techniques et la vraie vie, parce que dans la vraie vie les petits caméscopes professionnels sont surtout (pas uniquement, mais surtout) utilisés pour du reportage et l’époque ou ça se faisait par équipe de quatre (le journaliste, l’éclairagiste, le preneur de son et le cadreur), euh.. comment dire… a tendance à s’étioler un brin. Nous sommes à l’époque des hommes (femmes) orchestre.

    Excellente remarque également parce que ça me permet de refaire un petit point sur quelque chose à propos de quoi j’ai lu à peu près tout et n’importe quoi (surtout la deuxième option) : le G1 ne fait pas de vidéo. Ce sera l’objet d’un autre boitier, qui le complétera sans le remplacer et qui au mieux arrivera à l’été 2009 (vraiment « au mieux »).

    Si le G1 ne fait pas de vidéo c’est parce que la lignée G est une lignée grand public et que la tradition chez Panasonic c’est qu’un Lumix doit pouvoir fonctionner tout seul (même le LX3 a un mode iA). Or il se fait qu’aujourd’hui (fin 2008) personne ne sait faire un autofocus à détection de contraste capable de suivre un sujet en mouvement. C’est la raison pour laquelle le D90 n’a pas d’AF en vidéo et que celui du 5D Mark II ne fonctionne pas.

    En capture numérique (en capture tout court) la profondeur de champ est aussi liée à la taille du capteur. Un téléphone est soit tout net soit tout flou, mais on aura jamais un premier plan net et un arrière plan, flou avec un téléphone. Pas parce que c’est un téléphone, mais parce que son capteur est microscopique et donc sa profondeur de champ immense.

    Si on, reprend la vidéo par étapes on a :
    Le DV (la définition standard en général d’ailleurs, au-delà du DV) dont la qualité d’image (en grand public) est tellement épouvantable que l’AF n’a pas grand-chose à faire. Les caméscopes DV haut de gamme ont d’ailleurs de grandes difficultés en AF et des mises au point manuelles
    Le HDV/AVCHD : avec les caméscopes grand public HD les choses se corsent. La qualité d’image est excellente et donc les problèmes d’AF se voient. Heureusement ces appareils ont des capteurs minuscules dont la grande profondeur de champ escamote partiellement les carences de l’AF

    Avec les électroniques de reflex [1] la profondeur de champ devient très courte. On est flou/net/flou, et pour l’instant personne donc, ne sait faire d’AF capable de fonctionner de façon crédible dans ces conditions. Les fabricants d’appareils haut de gamme destinées à des utilisateurs évoluées (D90/ 5D Mark II) peuvent expliquer à leurs clients qu’ils devront faire l’impasse sur l’AF en vidéo.
    Les appareils de la famille G étant des appareils grand public et à ce titre devant être capables de fonctionner tout seuls ne pouvaient pas ce permettre ce luxe. Pour cette raison le G1 ne fait pas de vidéo. Son successeur a pour vocation d’être totalement hybride, ce sera donc un appareil mi photo, mi caméscope qui fonctionnera de façon complètement automatique, AF compris dans les deux cas.

    Note :
    [1] : C’est pour ça que le qualificatif de « bridge » appliqué au G1 est selon les cas inexact ou mensonger, parce que précisément, un bridge étant un compact soigné avec un gros zoom, et donc ayant un petit capteur, n’a pas de problème en vidéo.
    Qualifier le G1 de bridge pour ensuite lui reprocher de ne pas avoir de vidéo revient à expliquer qu’une camionnette est un scooter pour lui reprocher ensuite de ne pas avoir de béquille centrale.

    Répondre

  3. Bonsoir,
    merci pour votre éclairant commentaire sur la profondeur de champ, la video et les appareils à visée reflex. Je ne suis en revanche pas totalement convaincu par le parallèle que vous établissez entre le Panasonic G1 et la visée ventrale des appareils de moyen format.
    J’ai essayé le G1 la semaine dernière et l’écran pivotant est exactement du même type – cependant que de meilleure qualité, je vous le concède – que celui que l’on peut trouver sur des compacts de moyenne gamme ; je possède en revanche un bridge à grand capteur – vous omettez de mentionner sa (brève) existence dans la fin de votre commentaire -, à savoir le défunt Sony R1, où l’on retrouve beaucoup, notamment du point de vue de l’ergonomie, des sensations des appareils à visée ventrale.

    Son écran lcd est d’une qualité qui n’a hélas rien à voir avec celle du G1 ; ajouté à cela que la conception très particulière de l’appareil n’aurait a priori jamais permis la taille de trois pouces. Il n’empêche, il m’est avis que ce projet n’a pas été poursuivi pour permettre le développement de la ligne de Reflex de Sony et que c’est bien dommage.

    Permettez-moi également que souligner que, pour avoir il y a quelque temps manié un appareil Lumix qui doit remonter à 2004, à savoir le LC1 (la construction était superbe, mais je puis comprendre sans trop de difficultés que sa commercialisation se soit avérée périlleuse), l’orientation  »grand public » de l’intégralité de la gamme Lumix me semble un peu plus récente que ne le suggère votre commentaire.
    Enfin, j’aimerais conclure vous remercier pour la conception d’ensemble de ce site. C’est peu de dire que c’est un plaisir que de s’y promener.

    Répondre

  4. Bonjour

    Permettez-moi également que souligner que, pour avoir il y a quelque temps manié un appareil Lumix qui doit remonter à 2004, à savoir le LC1 (la construction était superbe, mais je puis comprendre sans trop de difficultés que sa commercialisation se soit avérée périlleuse), l’orientation ”grand public” de l’intégralité de la gamme Lumix me semble un peu plus récente que ne le suggère votre commentaire.
    Enfin, j’aimerais conclure vous remercier pour la conception d’ensemble de ce site. C’est peu de dire que c’est un plaisir que de s’y promener.

    C’est une excellente remarque.

    Grand Public dans le langage Panasonic ne veut pas dire bas de gamme, cela veut dire que dans le groupe la photo relève du domaine grand public.
    A l’inverse, la vidéo est chez Panasonic présente sur les deux pans, grand public et professionnel.
    Nous vendons d’un côté des caméscopes familiaux y compris haut définition et de l’autre des cameras aux chaines de télévision.
    La photo n’existe elle que dans le domaine grand public.
    Cela ne veut pas dire que jamais un professionnel n’utilisera de Lumix (le LX3 traine dans quelques sacoches de gens qui gagnent leur croute avec le photo), en revanche cela veut dire que sauf à ce qu’il y ait une restructuration profonde (dont je doute forte) de la division photo, il n’y aura de Lumix a visée clairement professionnelle.

    C’est une des différences de fond entre Panasonic et les autres constructeurs. Chez Panasonic/Lumix technologie, haut de gamme etc.. sont des termes qui signifient « pour que Mr et Mme Toutlemonde fasse des photos meilleures, de préférence avec des dispositifs automatiques plus sophistiqués etc..».

    L’autofocus du G1 est par exemple un tour de force.
    Si on avait réuni 6 mois avant son annonce, un parterre de spécialistes (professionnels compris) pour débattre de la question « un système à détection de contraste peut –il être aussi performant qu’un système à détection de phase », tous le monde aurait répondu non…
    On ne s’étend pas dessus parce que l’utilisateur type du G1 s’en fiche, mais technologiquement cet appareil est largement plus sophistiqué que pas mal d’autres appareils réflex à prétention semi-professionnelle. Pour autant il s’agit bien d’un appareil grand public.

    En revanche, cet ancrage grand public a des conséquences sur la définition des produits. Comme je le disais plus haut si le G1 ne fait pas de vidéo c’est parce que c’est le premier appareil à objectifs interchangeable et grand capteur à revendiquer son ancrage grand public (en gros à ne pas prétendre « faire comme les pros ») qu’il était impensable pour un G1 de dire « je peux, si tu le veux, fonctionner de façon totalement automatique en photo, mais en vidéo tu devras faire la mise au point à la main ».

    Pour le R1, je ne peux pas parler pour Sony mais je subodore que vous avez raison, que le R1 s’est effacé pour laisser la place aux alpha (comme dans la gamme Lumix, la lignée FZ50 s’est à minima momentanément effacée pour laisser la place au G1).

    Le parallèle entre écran pivotant et visée sur un dépoli est un truc personnel, qui peut paraître étrange. J’ai beaucoup utilisé des 6×6 et le plus gros reproche que je ferai au numérique est d’avoir standardisé la forme des appareils. Avant, on avait le choix entre différents types de visée, aujourd’hui c’est à hauteur d’œil ou.. ou à peu près rien.

    Le G1 n’est pas, à aucun point de vue un Rolleiflex, que je ne me fasse pas mal comprendre. En revanche son écran pivotant permet de retrouver les mêmes sensations c’est-à-dire placer le photographe comme une sorte de lien entre le sujet et l’appareil.

    On en parle jamais, mais la visée est un truc qui me fascine. La visée à hauteur de poitrine n’est pas la panacée universelle, mais on a pas le même rapport avec son sujet lorsqu’on le regarde ou lorsqu’on le tient en joue comme si on était entrain de lui tirer dessus.

    Merci pour le compliment, qui me touche. Ce site est un essai de marier discussion relativement ouverte (relativement à cause de ce qui suit) et aspect forcément corporate puisque je suis employé par Panasonic (où je m’occupe de ce qui touche aux nouvelles technos).

    Plus exactement c’est une tentative de casser la traditionnelle et- fort ennuyeuse communication monolithique avec d’un côté un fabricant « qui markette, qui produit qui fait des pubs », et de l’autre des médias traditionnels « qui commentent parfois assez superficiellement souvent sans utiliser [1] puis passent à autre chose », en essayent de mettre en place une sorte de discussion vaguement permanente à peu près informelle et qui permette de mettre en avant ce à quoi les produits sont destinés, et lorsqu’il s’agit d’appareils photo c’est assez simple… toutes les photos de ce site à quelques rares exceptions près sont faites avec des Lumix.

    Note :
    [1]C’est un reproche que je m’adresse aussi, je me suis occupé de quelques magazines photo dans ma jeunesse.

    Répondre

  5. C’est après les annonces du 3 décembre de RED que je reviens sur ce post. Il c’est passé beaucoup de chose avec ces nouvelles annonces.

    Le 5D n’étant rien de plus qu’une grosse webcam HD. Le 5D est cependant très bon pour faire ITV à destination du web ou de projet corporate. Son utilisation sur pied en plan fixe ne pose pas trop de problème de prise de vue. Pour une utilisation en tant que camera vidéo il manque sacrement pas mal de chose dessus, je parle même pas du système d’exposition qui revient a secouer le boitier dans tout les sens et a prier pour que l’exposition ne change pas à la prise de vue.

    Revenons donc aux annonces de RED, je ne parlerai que de la scarlet qui représente une HXV killer slon moi. Pour environ 3000 euros on se retrouve un pack contenant la camera avec objectif zoom fix probablement en 28mmx200 avec une ouverture constante de 2,8, baterie, lcd. Plustôt une bonne nouvelle.
    La version avec optique de la scarlet permet aussi à présent d’utiliser des optiques Nikon et Canon et c’est sur ce model que le G1 pourrait devenir un sérieux concurrent. A l’inverse de la scarlet le G1 possède un capteur beaucoup plus gros donc une profondeur de champ de champ bien plus faible et permettrait d’utiliser des optiques interchangeable d’assez grand angle sans trop perte. Avec des objectif Canon ou Nikon le capteur 2/3 de pouce de la scarlet transforme le moindre grand angle en téléobjectif. Un G1 avec son capteur micro4/3 une résolution fullHD et une prise micro minixlr avec un mode full manuel serai un superbe produit…

    Mais j’ai bien peur que le futur G1 ne sera pas ce du tout ceux à quoi je rêve, pour la bonne et simple raison que comme l’explique Luc Panasonic cherche à faire des produits « simple » d’utilisation pour les utilisateurs. Si Panasonic réalise une camera vidéo avec optique interchangeable sur la base d’un capteur micro 4/3 cela cannibalise totalement le marché des cameras pro type HVX 200 et HPX 170.

    Répondre

Vous pouvez laisser un commentaire