Salon de la photo: dernier jour

P1050213

C’est fini, on démonte et on s’en va.

À peine moins de monde ce lundi, un salon toujours aussi vivant, bruyant, réactif, jouissif.

Au chapitre des rencontres plaisantes, un long défilé de possesseurs de bridges FZ de tous âges et modèles, parmi lesquels un gros contingent de fans du FZ50 venus voir s’il avait un successeur prévu (à court/moyen terme, non)

P1050198

Le FZ est un appareil fascinant dont les utilisateurs sont globalement ravis et surtout très désireux de partager leur enthousiasme. Beaucoup sont également venus avec leur appareil dans le sac demander des infos sur une fonction ou une manip spéciale (du coup j’ai un plein cahier de devoirs de vacances, envoyer par email le lien sur le logiciel X à l’un, vérifier pour l’autre si telle manip marche bien sur tel appareil que je n’avais pas sous la main etc…)

P1050197

P1050206… et puis toujours le défilé des confrères venus voir de près avec leurs représentants commerciaux, ce Lumix G1 dont ils entendent parler, dans une ambiance plutôt sympa et détendue (l’industrie photo est un tout petit milieu de gens qui se connaissent très bien, et dont beaucoup sont de vrais chics types) à une exception près, celle du boss d’une grande marque qui s’est senti obligé de venir m’expliquer à quel point le G1 c’était « mal » (à la fin j’ai cru qu’il allait m’annoncer que mon excommunication était sur le point d’être prononcée et que les flammes de l’enfer allaient descendre du plafond pour me griller les orteils). Quelques secondes plus tard, le jovial Didier de Faÿs de l’excellent site Photographie.com est venu m’interviewer, j’étais encore mi stupéfait mi énervé par cette chasse aux sorcières d’un ridicule achevé, je ne sais pas trop ce que cette vidéo va donner… suspens.

30 pensées sur “Salon de la photo: dernier jour”

  1. Effectivement, la semaine n’a pas du être de tout repos 😉
    Je suis passé plusieurs fois sur ton stand pour te faire un coucou (et puis aussi c’est bien de mettre un visage sur un pseudo) mais tu m’avais l’air particulièrement occupé ! (je crois que c’est peu de le dire…)
    Donc ce sera pour la prochaine fois…

    En tous cas, le stand Panasonic était très imposant et l’espace réservé au G1 tout autant : impressionnant !
    et puis j’ai réussi à convaincre ma copine qu’un petit Lumix FS3 lui conviendrait bien (c’est bien les salons pour faire des comparaisons 🙂

    Tiens au fait, question subsidiaire : que deviennent tous les appareils après le salon ? reconditionnement, vente ?

  2. @cboudier : alors les appareils de salon… ça dépend.
    Les Lumix classiques retournent dans leur cage (nous avons comme tous les constructeurs des séries d’appareils qui ne servent qu’à ça, en une saison de salon un appareil doit subir ce qu’il aurait du subir en une quinzaine de vies si avait eu un usage normal…)
    Les G1 c’est différents, ce sont des appareils qui ont servi à la Photokina, (et donc qui ont déjà eu une vie plutôt intense) et qui vont repartir au pays du soleil levant.
    Un conseil : ne jamais lorgner sur un appareil de salon, surtout lorsque c’est un appareil grand public. Un Hasselblad de salon doit être en bon état après une saison, un appareil grand public lui, c’est un peu comme une voiture d’auto-école….

  3. @Franck

    En arrière plan c’est une bonne question.
    C’est une marque avec un logo jaune et noir.
    Ce que je trouve fascinant c’est qu’indépendamment de ses qualités (ou de son absence de) le petit G1 suscite des réactions totalement irrationnelles (ou plutôt bien trop rationnelles) un peu comme s’il était absolument insupportable qu’un constructeur grand public et qui se revendique comme tel, ait l’outrecuidance de proposer à ses ouailles un produit avec des caractéristiques dont il allait de soit qu’elles étaient réservées à ce qui manifestement se vit comme une « élite ».

    Du coup, il est dommage que je n’aie pas le temps de faire un relevé chronologique précis mais c’est vraiment étonnant.

    Je ne pense pas que Panasonic ait jamais prétendu produire des appareils pour les professionnels (la gamme LX étant un cas à part et encore, s’ils peuvent attirer l’œil d’un amateur averti c’est par effet induit pas parce qu’ils ont été conçus dans ce but), et ce pour une raison toute bête : la division photo appartient dans le groupe au domaine grand public.

    Certaines divisions sont à cheval sur les deux domaines (grand public et professionnel) , c’est le cas par exemple de la vidéo. D’un côté on vend des caméscopes pour filmer les vacances à la plage, et pendant ce temps, mes collègues de la partie broadcast vendent des caméras aux chaînes de télé ou aux compagnies de cinéma.
    Il n’y a rien de semblable dans la photo.

    Tout allait bien tant que Lumix égalait compact, l’aristocratie de la quincaillerie photographique ne se sentait pas concernée (menacée ?).

    Mais avec le G1, Panasonic en gros propose à son public classique (Mr et Mme tout le monde) ,d’accéder à des fonctions, des dispositifs et un niveau de qualité dont il semble admis par tous que jusque-là, il était réservé à cette élite techno-photographique.

    Du coup, parfois j’ai un peu l’impression de glisser dans une cinquième dimension (comme avec l’épisode de lundi au salon de la photo) et je passe mon temps à parler de tout sauf de photo, en gros à justifier du « pourquoi le groupe a osé faire ça, commettre un sacrilège pareil ?? ».

    La première question qu’un journaliste me pose à propos du G1 est : « alors (coup d’œil entendu) c’est un bridge ou un reflex ?? hein ? »
    … question d’une bêtise rare puisque précisément ; l’objet du G1 est de n’être ni l’un ni l’autre.
    La seconde question est : « alors comme ça il ne fait pas de vidéo, hein ? (œillade appuyée et sourire en coin) c’est dommage hein !… »
    … sans que personne ne se demande pourquoi le D90 n’a pas d’autofocus en vidéo ou que celui du 5D Mark II ne fonctionne pas. Se poser la question conduirait à en poser d’intéressantes questions sur l’autofocus en vidéo… mais là rien.

    Côté traitement, c’est encore pire, et ce, sur tous les plans. Ça part du papier, avec Réponse Photo qui fait un comparatif avec un compact, au titre que le niveau de prix est le même (du coup je tremble, en ce moment les derniers D40 sont bradés chez Auchan à 299 euros, donc on va avoir sous peu droit à un comparatif D40/Lumix FX37, je peux donner le résultat en exclu : le FX37 est beaucoup plus grand angle et plus petit, mais le D40 a un bruit plus faible en basse lumière, si on cherche un presse papier le D40 est bien meilleur et si on tente une comparaison esthétique avec un rasoir électrique, le FX37 est plus proche du vrai…), du papier donc, mais côté web ce n’est pas mieux, Benoît Marchal qui pourtant est souvent pertinent regrette lui que le G1 ait un viseur : « Par contraste, en introduisant un viseur sur le G1, en calant l’apparence sur un reflex, en négligeant le poids et la taille, j’ai l’impression que Panasonic traduit sa nervosité. ».
    Il est vrai que pour M. et Mme Toutlemonde, le bout de plastique qu’on mettait avant sur les compacts était bien suffisant et que leur fournir un vrai viseur comme les « vrais photographes », mais avec une interface qui leur est destinée, c’est inacceptable.

    Cette incapacité à imaginer que ceux qui n’appartiennent pas à l’élite techno-photographique puisse eux aussi avoir droit à de la sophistication, est d’ailleurs amusante.

    Parmi les questions ou plutôt les remarques auxquelles je dois faire face pratiquement au quotidien, il y a en tête (une fois évacué « c’est’y un bridge, un reflex ou un compact» ou bien « t’as pas honte qu’t ai pas d’vidéo »), le récurrent « j’vois pas à qui il est destiné »… ça c’est la remarque la plus fun, pour avoir une réponse par l’exemple il suffisait de venir pour ça au salon de la photo, ou le stand n’a pas désempli pendant 5 jours. Apparemment, ceux à qui il est destiné, voient très bien à qui il est destiné 🙂

    Bref, cette longue diatribe pour dire que l’épisode de ce responsable de marque qui vient me voir pour m’expliquer que vraiment ce n’est pas bien qu’il faut arrêter ça, est juste représentatif de l’attitude globale du « milieux » par rapport à ce petit appareil (qui, à vrai dire, n’avait pas vraiment vocation à révolutionner la corporation).
    Il n’est pas pensable pour ce « milieux » qu’on puisse proposer un appareil sophistiqué qui ne lui soit pas destiné, c’est aussi simple que ça. Il est tout à fait choquant que M. et Mme Toutlemonde puissent disposer du même niveau de qualité mais dans une présentation et avec une interface qui leur est destinée (parce que c’est ça qui est reproché au G1, son interface grand public, je n’ai pas encore vu, lu, entendu, une remarque négative sur les photos produites).

    Ça passera, et puis pour être honnête, ça transforme ce qui au départ était un lancement classique en une espèce de guerilla aussi inattendue que multiforme, et ça rend les choses plus intéressantes.

  4. Détail amusant, Lumix G1 représentait hier 15% des recherches Google qui aboutissent sur Déclencheur. C’est le terme le plus recherché chez nous actuellement (il est très rare qu’un terme fasse plus de 5% à lui seul).

  5. Tout ça prouve au moins que ce G1 est très réussi et dérange les Mamouths de la profession, en fait ils regrettent de na pas avoir eut l’idée avant Panasonic 😉

  6. @ Luc,

    Tu dis que les G1 présent sur le salon venait de la Photokina, c’était donc une fois de plus des protos et non pas les appareils finaux comme ceux que j’ai eut la chance de prendre en main fin septembre lors de la présentation officielle du G1 en France ?

    Si c’est le cas, cela pourrait peut être expliquer pourquoi certains automatismes comme l’AF avec les optiques 4/3 Olympus ne fonctionnaient pas …

    1. Bonjour,

      Pas exactement

      Les boitiers ont tous été mis à jour, donc fonctionnellement (même si les carcasses avaient pas mal bourlingué) ils étaient identiques aux modèles de série.
      Pour les objectifs et l’AF c’est un peu plus compliqué parce que c’est tributaire de la mise à jour…. de l’objectif.
      C’est pour ça que dans le doute il est plus sage de considérer que l’AF ne fonctionne pas (même si graduellement cela va s’avérer faux pour certaines optiques).

      En octobre, Pänasonic, Olympus et Sigma se sont mis d’accord pour des services de mise à jour des objectifs même avec des équipements mixtes.

      Au fur et à mesure des disponibilités les firmware vont être mis en ligne là :

  7. Bonjour,

    moi aussi, bien que je sois une buse en photographie ;-), je suis allé au salon pour tâter un peu les appareils et sur le stand Panasonic je suis allé « prendre en main » le FZ28, le TZ5 et le G1.
    Alors gros désappointement en prenant le FZ28, le plastique est tout dégueu et ne fait vraiment pas envie, donc déjà out pour celui-là. Pas vraiment convaincu non plus par le TZ5 qui fait un peu camelote.
    Le G1 par contre, est très sympa à prendre en main, même avec mes grosses mains, doux au toucher et semble assez rapide (je suis pas spécialiste mais il a l’air réactif). J’ai vu le test des numériques.com et franchement il a l’air en plus de bien se débrouiller quand les iso montent. Alors je pense que je vais attendre qu’il ait la vidéo ou qu’il coûte franchement moins cher. Disons que le béotien que je suis mais qui a envie d’un peu mieux a repéré lors de ce salon deux appareils, le G1 et le Pentax K-m.
    Pour être honnête j’ai aussi beaucoup apprécié la prise en main du Casio FH20 qui malheureusement n’est pas aussi performant en qualité d’image.

    Je précise à propos de mes critiques sur le FZ28 et le TZ5 que je ne cherche pas à polémiquer, mais comme je crois comprendre que vous travaillez chez Pana, je me suis dit que c’était le bon endroit pour en parler.

    1. @kriskardia
      Bonjour,

      Pour les FZ28 je ne les ai pas fréquenté suffisamment longtemps pour répondre, mais vous trouverez plein d’infos et de témoignages sur le forum FZ (indépendant de Panasonic) à :
      http://panasonicfz.easyforum.fr/

      Pour les TZ5 que je connais bien, les TZ sont à peu près indestructibles en usage normal (sauf si on les fait tomber soit sur l’objectif, soit sur l’écran comme tout appareil numérique)

      Pour donner une idée, le TZ3 (même carcasse que le 5 , c’est l’électronique qui change) a été l’appareil le plus vendu toutes catégories confondues l’année dernière. S’il y avait le moindre problème de fiabilité, ça se saurait 🙂

  8. Je confirme pour le TZ5, c’est un appareil très solide et très bien fini au niveau du boitier, on peut à la limite critiquer sa prise en main car celui n’a pas de poignée comme sur les FZ et le G1, mais c’est un compact, donc c’est normal 😉

  9. Je n’ai pas dit ça j’ai juste parlé de l’impression lors de la prise en main.
    Des 3 appareils seul le G1 était agréable à tenir. C’est quand même un aspect sur lequel la marque devrait se pencher, même si, vu le succès de ces appareils, je dois être assez minoritaire 😉

  10. Je viens de lire l’intégralité du fil et j’ai vu que tu reprenais mes propos hors contexte (selon moi).
    Le propos n’est pas de mettre un bout de plastique mais de reconnaître que monsieur et madame tout le monde ils visent via l’écran arrière, pas via le viseur.
    Et, selon moi, ils ont raison.
    Pas pour dire que le viseur c’est mal, le viseur c’est parfaitement adapté à certaines photographies (sport, par exemple) mais pour les photos de monsieur et madame tout le monde, globalement, c’est l’écran qui a le plus de sens.
    Or, de ce que je l’ai eu en main, en visant par l’écran arrière, l’appareil est déséquilibré par son objo. Il y avait matière à une étude ergonomie plus fouillée et qui allait au bout du concept… monsieur et madame tout le monde ont bien droit à un appareil dont l’ergonomie est construite autour de la manière dont on fait des photos aujourd’hui et pas de comment les photographes de presse ont travaillé sur les 20, 30 dernières années.

  11. @bmarchal

    Pourrais tu ne citer un seul autre appareil à objectif interchangeable, capteur de taille supérieure à celle d’un compact (ou d’un bridge) avec écran orientable (ou pas d’ailleurs) qui permette également à M. et Mme Toutlemonde de viser par l’écran quand ils le souhaitent et en utilisant le viseur lorsqu’ils le souhaitent (plein soleil par exemple), le tout en conservant dans les deux cas exactement les mêmes fonctions et la même image ?
    Il n’y en a pas et c’est exactement ça (et en un sens, uniquement ça, d’ailleurs) la spécificité du Micro 4/3

    Lui enlever son viseur c’est réinventer le Minolta CLE qui précisément est un appareil élitiste, et surtout j’entends d’ici les cris d’orfraie « mon Dieu mais c’est horrible !! il devient impossible de viser en contre jour ou en plein soleil!! Mais qu’est ce que c’est que cette horreur !! »

    Par ailleurs si M. et Mme Toulemonde visent sur l’écran c’est sans doute pour certains parce qu’ils n’ont pas d’autre choix.
    Le viseur des reflex d’entrée de gamme est particulièrement médiocre (euphémisme), ce viseur ne leur affiche rien si ce n’est le cadrage (ou plus exactement 95/96% du cadrage) alors qu’en visant sur l’écran il ont un vrai contrôle sur leur image. Il suffit d’entendre les plaintes de gens qui aimeraient bien que les TZ aient des viseurs.

    Le concept du G1 c’est qu’on fait comme on veut, viseur ou écran c’est pareil, avec une seule restriction, il vaut mieux tenir l’appareil à deux mains (précision, viser avec l’écran n’oblige pas à tenir l’appareil à bout de bras, c’est un des intérêt de l’écran orientable).

    La remarque « monsieur et madame tout le monde ont bien droit à un appareil dont l’ergonomie est construite autour de la manière dont on fait des photos aujourd’hui et pas de comment les photographes de presse ont travaillé sur les 20, 30 dernières années. » est excellente, et inexacte uniquement sur un plan sociologique.
    Le design est quelque chose qui participe de l’aspect statutaire d’un appareil photo haut de gamme (y compris grand public).
    C’est pour ça que la quasi-totalité des reflex en circulation ne quittent pas le mode programme générique, carré vert et autres, et en l’espèce donnent très souvent des photos bien moins bonnes que ce qu’aurait donné un bon compact (ce constat n’est pas récent les reflex sont-ils moins bons que les compacts … comme toujours les commentaires sont plus intéressants que le texte lui-même).

    Par ailleurs je ne connais pas de photographe de presse (ce qui a été mon métier il y a 20 ans justement) qui ait travaillé avec un écran orientable, j’en connais en revanche (moi entre autres, mais j’étais loin d’être le seul), a apprécier les 6×6 avec visée sur le dépoli justement parce que parfois ne pas tenir l’appareil comme un fusil c’est plus sympa … le G1 est le seul appareil à objectif interchangeable à le proposer.

    La vraie question me semble plutôt « pourquoi les appareils professionnels , ou disons pour amateur averti se vivant comme tel, ne proposent ils pas de systèmes de visée alternatifs alors que désormais , même les appareils grand public le proposent ?»

  12. Je crois qu’il y a un point (et un seul) de désaccord entre nous : je constate que monsieur et madame tout-le-monde vise par l’écran arrière et n’utilise pas le viseur.

    Et je pense qu’ils ont raison d’agir ainsi parce que c’est une visée plus naturelle, c’est une visée plus pratique, c’est une visée plus ergonomique et c’est une visée plus en phase avec les usages modernes de la photographie que le viseur (par exemple, écoute le sujet SIPEC que j’ai publié il y a peu : on se photographie avec d’autres… et donc à bout de bras).

    En d’autres termes, et pour être plus, je pense que le progrès et la sophistication aujourd’hui ce n’est plus le viseur. Celui du G1 est très beau, bien meilleur que celui des reflex entrée de gamme quand on considère tout, mais (sauf pour quelques disciplines comme les compétitions sportives… bref pas des trucs pour monsieur et madame tout le monde) c’est un reliquat du passé.

    Donc, selon moi, monsieur et madame tout-le-monde n’attendent pas un viseur. Ils n’utilisent pas l’écran arrière non pas parce que le viseur de leur compact est mauvais mais parce qu’ils veulent un vrai concentré de technologie… jusqu’au bout.

    Les problèmes que tu évoques avec les écrans, Canon les a très bien résolu sur le G9. Je vise en contre-jour ou en plein soleil (ok, soleil du Nord) sans aucun soucis.

    Si tu relis ma note tu verras que la charnière est la question : « mais qui utilise un viseur aujourd’hui ? »

    On a un désaccord sur ce point. C’est clair.

    Ca ne fait pas de moi quelqu’un qui refuse (et je te cite) « qu’on puisse proposer un appareil sophistiqué qui ne lui soit pas destiné. »

    Et cela me peine d’autant plus de lire ton accusation brutale et sans nuance que, au contraire, j’ai toujours cherché, sur Déclencheur et ailleurs, à encourager la diversité dans les pratiques et dans le matériel : j’organise les tests autour des utilisateurs réels d’un produit, pour éviter la projection que tu regrettes, je donne la parole à des gens qui ont des projets intéressants sur tout type de matériel, si tu lis les retours tu verras qu’on a des gens qui travaillent avec tous les types de matériel, etc.

  13. Si le G1 n’avait pas eut de viseur je ne l’aurais surement pas pris, 90 % de mes photos sont prisent au viseur, d’un autre côté, s’il n’avait pas eut non plus d’ecran orientable, je ne l’aurais pas pris non plus, l’ecran est tres pratique en Macro et pour les photos sur trépied, le G1 est parfait pour moi, il ne reste plus qu’a faire des progres pour la gestion du bruit an haute sensibilité, le seul point à encore améliorer pour moi et il sera parfait 😉

  14. @bmarchal

    Pour commencer par le principal Ca ne fait pas de moi quelqu’un qui refuse (et je te cite) “qu’on puisse proposer un appareil sophistiqué qui ne lui soit pas destiné.”

    Il va de soit que 1) je suis passionné par la photo en général et par mon job en particulier, et à ce titre fréquement excesif, et surtout que 2) tout ça n’a rien de personnel.

    je constate simplement que rien de ce qui est reproché au G1 (et rappel, qui n’a pas grand chose a voir avec la photo) n’a été reproché aux autres petits reflex à miroir. Forcément ça interpelle…

    Il suffit de lire ce qui a été écrit sur l’appareil pour s’interroger sur le pourquoi de ce traitement vraiment spécial (je ne pense pas par exemple que Réponses Photo ait jamais testé un nouveau reflex en le comparant à un compact avant le G1, je ne pense pas qu’aucun responsable de marque ne soit jamais intervenu sur le stand d’un autre en plein salon de la photo pour expliquer à la cantonade que c’est pas bien du tout, avant le G1 etc etc etc….).

    Je ne pense pas qu’aucun journaliste n’a commencé une interview concernant le 5D MarkII en demandant si c’était un reflex ou un caméscope (pourtant la question se pose vraiment et c’est une p…n de bonne caméra)

    En revanche je n’ai lu nulle part que le G1 était le premier appareil sophistiqué à objectif interchangeable de l’histoire à assumer haut et fort n’avoir aucune velléité professionnelle (ou amateur averti comme on dit) et être non seulement assez novateur sur son système de visée mais surtout de mettre les perfs d’un reflex traditionnel à la portée de tout le monde… ce qui permettrait d’évacuer environ 98% des questions et de se concentrer sur ce pour quoi il est fait.. faire des images.

    Donc forcément ça interroge.

    Pour le reste la charnière est la question : “mais qui utilise un viseur aujourd’hui ?”, la réponse se trouve dans les chiffres de GFK. Sur 5 millions (à la serpette) d’appareils photo vendus par an en France, il se vend environ 500 000 reflex (chiffre optimiste).
    Comme je vais être ultra large disons que 100 000 sont vendus à des professionnels (mort de rire), le « qui » est donc dans les minimum 400 000 utilisateurs par an.

    Donc, selon moi, monsieur et madame tout-le-monde n’attendent pas un viseur. Ils n’utilisent pas l’écran arrière non pas parce que le viseur de leur compact est mauvais mais parce qu’ils veulent un vrai concentré de technologie… jusqu’au bout. .. c’est un point de vue et pas forcément en phase avec ce que je vois et j’entends sur le terrain (ou je passe beaucoup de temps, les journalistes c’est 25% de mon temps, je passe environ 70% du reste dans des magasins). Par ailleurs comme je le disais, chez Pana, des appareils sans viseur ce n’est pas ce qui manque, le one size fits all n’est pas forcément une super approche.

    Un des bons côtés de l’offre en matos photo y compris en base de gamme c’est qu’il y a de tout pour tout les gouts, et à titre personnel je trouve ça plutôt bien. Je ne vois pas au nom de quoi Pana (qui soit dit en passant a construit la marque Lumix sur la rupture permanente : 2004 premier stab optique sur un compact, 2006 généralisation du grand angle, 2007 fin de la pantalonnade des « modes scène » etc…) devrait obligatoirement faire la même chose que les autres constructeurs pour avoir le droit d’être jugé normalement.

  15. Donc forcément ça interroge.
    Tu vas dire que je suis monomaniaque mais… plutôt que de me répéter, lis Seth Godin. Tu comprendras pourquoi le design de l’appareil aurait dû être le reflet de la rupture du premier appareil sophistiqué à objectif interchangeable de l’histoire à assumer haut et fort n’avoir aucune velléité professionnelle.

    le “qui” est donc dans les minimum 400 000 utilisateurs par an
    J’ai photographié un transparent où tu expliquais que votre public cible c’était justement les gens qui n’achetaient pas les reflex parce que le reflex ne correspondait pas à leur besoin donc là j’avoue que je ne comprends plus ton raisonnement.

    le one size fits all n’est pas forcément une super approche
    Je n’ai jamais pensé qu’il ne devait pas y avoir de G doté d’un viseur. Je crois, pour une variété de raisons, qu’il aurait été préférable que le viseur arrive quand la gamme comprenait 2 ou 3 références.

    Je ne vois pas au nom de quoi Pana […] devrait obligatoirement faire la même chose que les autres constructeurs pour avoir le droit d’être jugé normalement.
    Je ne prononce pas pour tous les acteurs de la photo mais, dans mon cas, j’ai de nombreuses fois regretté que tout le monde fasse la même chose et qu’il n’y ait pas volonté d’offrir du choix. J’ai également salué les initiatives de rupture, y compris plusieurs sujets sur le Micro 4/3 dès son annonce.

    L’essentiel de ces avis sont en lien dans la note que tu références… et d’ailleurs tu remarqueras que la critique que je formule c’est que Pana ne s’est pas assez démarqué des autres.

    Donc j’entends que tu n’as pas la couverture médias que tu espérais mais ça ne veut pas dire que je refuse la rupture, plutôt que je fustige le conservatisme de Pana sur le coup 😉

  16. @bmarchal

    La différence de fond est que Seth Godin est un communicant qui gagne sa croûte en vendant des bouquins et que le groupe Panasonic est un groupe industriel. Seth Godin est un gouru des milieux principalement informatiques, et à ce titre Seth Godin peut se gourer sans grande conséquence, un industriel a une marge de manœuvre moindre (euphémisme).

    La rupture chez Pana ce n’est pas pour faire joli dans les conférences mais pour essayer de répondre aux besoins utilisateurs. Je ne dis pas que les services de dev de Pana sont infaillibles d’ailleurs, mais jusqu’à présent leur approche a été plutôt judicieuse (stab optique, grand angle, iA, Liveview..).

    Enfin, la culture du groupe est assez peu « frime ». Le TZ par exemple est unique sur le marché depuis plus d’un an. Il y a des compacts grand angle, des compacts petits, des compacts avec un télé, mais des compacts relativement petits, avec un objectif honnête qui va du grand angle au télé il n’y en a toujours pas un an et demi plus tard. Pourtant il a un design d’une banalité totale.
    Le public s’en tape, et le plébiscite.

    Bien sur que le public cible est celui qui n’utilise pas de reflex, je ne cesse de répéter que la famille G (et au-delà la plateforme micro 4/3) est un système grand public qui se revendique comme tel.
    Je répondais à une question sur « qui utilise un viseur ». Sans compter les utilisateurs de compacts à viseurs (ils commencent à être rares) il doit y avoir à la louche 400 000 utilisateurs de reflex qui sont tellement emballés par la qualités des viseurs mécaniques des reflex d’entrée de gamme.. qu’ils utilisent le dos (comme tu le fais judicieusement remarquer). Et si les utilisateurs de compacts utilisant un viseur sont rares, ce n’est pas par refus de leur part mais parce que les industriels ne mettent plus de viseurs, notamment parce que c’est incompatible avec l’exigence contradictoire d’avoir des appareils de plus en plus petits.

    « Je crois, pour une variété de raisons, qu’il aurait été préférable que le viseur arrive quand la gamme comprenait 2 ou 3 références. » dans l’absolu, c’est peut-être juste, je ne sais pas.
    Dans la vraie vie c’est impossible.
    La photo est un des rares domaines technologiques à faire rêver. Vu l’empressement de pas mal de commentateurs à tenter d’enterrer le biniou, je n’ose pas imaginer comment les choses se seraient passées si le premier G avait eu un look de compact .

    En outre cela élude le fondamental aspect sociologique de la chose. Je le répète, l’appareil photo est un objet statutaire (comme l’est un gros téléphone, une grosse voiture, une TV sophistiquée etc..). ce n’est pas un objet utilitaire (et c’est une bien bonne chose), et au-delà c’est un objet de plaisir.

    En raisonnant en termes utilitaires, ton point de vue est sans doute pertinent. Mais fort heureusement l’appareil photo n’est pas (encore) un objet utilitaire.

    « Donc j’entends que tu n’as pas la couverture médias que tu espérais mais ça ne veut pas dire que je refuse la rupture, plutôt que je fustige le conservatisme de Pana sur le coup »

    Euh non c’est plutôt le contraire, côté couverture média ça va plutôt bien, sans compter que précisément la famille G s’adresse (je caricature, ce n’est sans doute pas totalement vrai) principalement à des gens qui sont en dehors de la zone média parlant de photo.
    Mais il se trouve que j’ai passé près de 25 ans de l’autre côté de la barrière, alors le fonctionnement de la machine « média » m’intéresse beaucoup, me navre souvent, m’enthousiasme parfois.

    En outre et c’est le gros plus d’internet, l’époque archaïque ou la parole était à sens unique (le fabricant produit et markette, puis le média juge, sans possibilité de retour) est finie, et c’est précisément un des axes d’orientation de ce site, c’est aussi ce qui m’intéresse (je ne suis pas sur qu’on soit des wagons à faire ça).

    En revanche tu tape juste. Trouver du conservatisme dans ce qui est sans doute le moins conservateur des appareils de toute la production photo de ces.. allez ne mégotons pas, ces 5 dernières années … alors là les bras m’en tombent un brin (ce n’est pas un jugement de valeur, on peut ne pas aimer l’approche, mais la trouver conservatrice… c’est un excellent résumé de tout ce que je voulais dire).

  17. Si je résume, on a une différence dans nos hypothèses.

    Je crois, avec force et conviction, que le viseur (sauf pour quelques usages qui sont hors du public ciblé) est à la fois inutile et inefficace. Son inclusion me semble donc un réflexe conservateur qui (1) détonne particulièrement sur l’appareil le moins conservateur de ces 10 dernières années (ne mégotons pas) et (2) l’empêche d’atteindre son potentiel d’appareil de rupture (d’où les problèmes de classement et de compréhension).

    Tu penses au contraire que le viseur est indispensable pour le contrejour, les journées d’été, etc. et que la présence d’un viseur correspond à une vraie demande du public cible.

    Je crois que nous sommes tous les deux sincères, convaincus et passionnés à la fois par la photo et par ces développements. On a une hypothèse différente, donc l’analyse qui en suit est différente. Le résultat, pour moi, c’est de la déception (sooooo close but off-the-mark). Pour toi c’est de l’enthousiasme (spot on).

    Je ne crois pas qu’on trouvera une étude ou autre source tierce pour nous départagez aujourd’hui. Je propose qu’on en reste là dans le débat. Je veux quand même insister, une fois encore, sur le fait qu’avoir une autre hypothèse que la tienne ne fait pas de moi quelqu’un qui refuse un appareil sophistiqué dès lors qu’il ne m’est pas destiné.

    Mais, bref, on ne tranchera pas cette différence aujourd’hui. Il faut attendre 5 ans. Si dans 5 ans, le G le plus vendu a toujours un viseur, c’est que tu as raison.
    Si dans 5 ans, le G le plus vendu est, comme je le pense, dépourvu de viseur (ou n’a qu’un petit truc en plastique pour rassurer les conservateurs), c’est que j’ai raison.

    Cinq années d’évolution qui s’annonce passionnante mais qu’on ne pourra pas trancher aujourd’hui.

    Le mieux qu’on puisse faire c’est un pari. 10 euros, juste pour le fun ?

    1. Le mieux qu’on puisse faire c’est un pari. 10 euros, juste pour le fun ?

      Yes ! 🙂

      .. et pour plein de raisons, notamment parce qu’on ne peut pas (sauf à être culturiste) utiliser un téléobjectif à bout de bras (or c’est un des intérêts d’un appareil à objectifs interchangeables).
      Le G est livrable avec un 90-400 (45-200) et encore il est relativement léger (of course… 5,6 à 400mm) mais d’ici quelques temps, bien avant 10 ans, on aura les optiques Olympus par exemple, qui très vraisemblablement proposera des objos plus ouverts (et donc plus lourds/gros).
      Or pour une raison qui à vrai dire m’échappe un peu, le grand public adore les longues focales (le FZ18/28 qui fait un tabac à un 27…480)

    1. Salut les gens,
      Comme vous la savez, je suis vaguement maniaque, vous ne serez donc pas surpris que je me souvienne de ce pari. Il semble que le délai évoqué se termine après-demain, il est donc temps de voir où on en est sur la question du viseur, non ?
      Luc, Benoît, à vous l’antenne. 🙂

      1. Bonjour,

        Je ne peux pas répondre pour Benoit mais je crois que plus personne aujourd’hui ne questionne l’intérêt d’un viseur électronique et par ailleurs (et ça vaut grosso modo pour tous les fabricants) le client potentiel a le choix avec ou sans. Chez Lumix par exemple le GX7 avec viseur et le petit GM sans viseur ou en version plus classique, le G6 avec viseur et le GF6 sans viseur.

        En même temps si ça se trouve Benoit a raison parce que dans les deux appareils cités (GX7 et GM) le premier (GX7) est un appareil ultra traditionnel, tandis que le second (GM) est un véritable produit de rupture qui ne quitte plus ma poche.

        L’autre point intéressant 5 ans plus tard, c’est la réaction aux appareils hybrides (non à la con il est vrai) qui font aujourd’hui totalement partie du paysage alors qu’à l’époque ça avait été une levée de boucliers à la limite du traumatisant

  18. Je suis du même avis que Luc, je vois mal comment on peut utiliser un 45-200 sans viseur, donc la présence de celui-ci sur le G1 n’était surement pas à négliger.
    Olympus avec son concept du µ4/3 vise une autre catégorie d’utilisateur (celle du LX3) et ne correspond pas aujourd’hui à l’utilisation que j’ai d’un APN car en effet j’attends avec impatience les prochaines optiques µ4/3 et espere avoir une focale supérieur à 400 mm pour faire des photos animalieres.
    Je ne suis pas non plus persuadé que les viseurs finiront par disparaître même dans 5 ans et surtout sur des boitiers reflexs alors que je suis certain qu’ils auront tous des systèmes Live View performant prochainement.
    A mon avis cela aurait été une erreur de la part de Panasonic de ne pas mettre un viseur sur le G1, car aujourd’hui, il y a même des Pros Reflexs qui comptent prendre ce G1 pour avoir un boitier plus léger et sans viseur (même un EVF) je ne suis pas certains qu’ils auraient franchi le cap 😉
    En tout cas je note que les paris sont ouvert et RDV dans 5 ans 😉

  19. Quelques remarques en passant…

    Le G1 sans son viseur ne serait jamais qu’un « super compact », une sorte de Sigma DP1 avec optique interchangeable (ce que va présenter Olympus).
    Un objet intéressant (voire rès intéressant s’il est réussit) mais très marginal.

    Le G1 a d’autres ambitions il vise un public large.

    A mon avis il devrait trouver des adeptes chez ceux qui veulent un appareil performant mais qui sont « intimidés » par un reflex classique.
    Le G1 a tout d’un reflex mais se présente de manière plus « cool », tout est psychologique !

    Amitiés.

  20. bonjour, j’ai un TZ5, j’en suis content (sauf en intérieur) mais je louche du côté des réflexs car je fais de plus en plus de photos. Donc merci au TZ5 avant je n’avais pas (trop) accroché à la photo.
    Il y a un aspect élitiste chez les heureux possesseurs de réflexs, c’est flagrant sur certains forums, heureusement certains admettent que l’on peut faire de magnifiques photos avec un bon compact (et des bouses avec un réflex, aussi)
    Le petit viseur plastique des compacts c’est à vous dégouter de la visée optique, on voit rien, c’est minuscule! Donc presque inutile pour un utilisateur lambda. Pas étonnant que les gens préfèrent l’écran arrière !!!
    Un commentaire de mon papa de 70 ans : je prendrais plus un APN sans viseur car sur la plage je rate toutes mes photos. Ha la vie de retraité à la mer!
    Le viseur du G1 est bon, on voit tout dedans, y compris histogramme live et grille des tiers … ça ne dit rien à Mme toulemonde mais maintenant que je m’y met, je trouve ça géant. Très « pro », en fait 😉
    Par contre je me demande si notre brave dame ne va pas avoir peur de l’impressionnante collection de réglages?

Vous pouvez laisser un commentaire