Okayama, le jardin des camescopes

Okayama est une petite ville à mi-chemin entre Osaka et Hiroshima ou l’on trouve un château, un magnifique jardin et l’usine de fabrication des camescopes Panasonic.

Le jardin d’Okayama est très japonais, grand calme et tout à la fois varié, raffiné, plein de courbes et de déliés… et tiré au cordeau.

P1040776
Lumix LX2 (1/250s f:8)

Le château d’Okayama est très japonais, en bois, rustique et surplombant le reste.

P1040792
Lumix LX2 (1/60s f:8)

Les châteaux japonais sont peu ou prou identiques, voici celui d’Osaka (plutôt flou, pris à travers la vitre d’une fenêtre..)

P1040510
Lumix LX2 (1/320s F:4.9)

La différence est dans la couleur, celui d’Okayama est noir parce que son bâtisseur à perdu les gueguerres contre ses rivaux (il y a de la similitude entre les histoires européennes et japonaises, nous avions des nobles qui asservissaient leurs vassaux et se mettait furieusement sur la figure, ils avaient des shogun qui asservissaient leurs vassaux et se mettaient joyeusement sur la figure..)

Quoiqu’il en soit, les châteaux japonais sont assez loin du faste des nôtres, et d’ailleurs ne sont pas l’objet du soin extrême porté à la préservation du patrimoine que l’on trouve en France. le Japon est d’ailleurs à ces égards un pays tout à fait surprenant avec une tradition que l’on sent à fleur de .. de tout, et d’autre part une aisance avec la modernité qui les dispense de l’attachement nostalgique au passé auquel nous aimons nous adonner.

Ce duo tradition/modernité se retrouve très souvent. Par exemple, les jeunes japonaises qui sont vêtues d’une façon qui provoquerait un accroissement exponentiel de la fréquence des infarctus chez nous, cultivent le petit pas hérité de leurs ancètres (ce qui leur donne une démarche assez étrange).
Autre exemple, la pratique du thé vert.
Le thé vert est au japonais, ce que le pastis est au marseillais (et encore, il doit y avoir des marseillais abstinents, tandis qu’un japonais non lubrifié au thé vert, je commence à douter que cela puisse se concevoir).

En parlant de thé vert, dans les jardins d’Okayama il y en a des plantations. Je n’avais jamais vu de plantation de thé, et franchement au premier regard on ne les voit pas tout de suite, parce qu’il n’y a pas grand chose qui ressemble plus à une plantation de thé vert qu’un buisson ordinaire.

P1040781
Lumix LX2 (1/80s f:8)
P1040787
Lumix LX2 (1/100s F:8.0)

Quel rapport entre les plantations de thé vert le la combinaison tradition/modernité des japonais ? j’y viens.
Au japon il y a des distributeurs partout, mais alors vraiment partout, principalement des distributeurs de boissons et de cigarettes (mais aussi de piles et sans doute d’autres choses).

En pratique, ça donne çà…

P1040516
Lumix FX500 (1/100s f:4,9)

P1040514

P1040512

P1040799Et bien dans ces distributeurs (et à la main de leurs utilisateurs) la boisson la plus courante n’est pas le soda traditionnel de ce côté-ci du globe, mais du thé vert froid en bouteille. C’est âpre à souhaits, à la première gorgée on se dit qu’on ne va sans doute pas y survivre, et puis on s’y fait.
Et les camescopes dans tout ça ?
Eh bien donc c’est à Okayama qu’est installée l’usine qui fabrique les camescopes Panasonic. Comme pour celle de Yamagata, je n’ai pas le droit de montrer ou de raconter comment cela se passe, mais disons qu’elle est immense (trois fois plus grande que celle de Yamagata où sont fabriquées les lentilles servant à construire les objectifs), et que là encore, ce qui frappe en premier c’est la rigueur des contrôles qualité.
Même l’étanchéité des SW20 (un petit camescope étanche qui enregistre sur une carte SD ) est contrôlée pour chaque appareil en cours de montage…. étonnant.

P1040832

Une réflexion au sujet de « Okayama, le jardin des camescopes »

  1. nous avions des nobles qui asservissaient leurs vassaux et se mettait furieusement sur la figure, ils avaient des shogun qui asservissaient leurs vassaux et se mettaient joyeusement sur la figure..

    Euh, c’étaient pas plutôt des daimyō qui asservissaient leurs vasseaux et se mettaient avec acharnement sur la figure ? Le shōgun, si ma mémoire est bonne, c’est l’intendant ou le général en chef du mikado, qui a assuré une espèce de régence bizarre pendant 200 ans… Mais je peux me planter, mes cours de civilisation japonaise datent un peu…

    (Ne voyez rien de méchant dans le «avec acharnement». Les Japonais que j’ai fréquentés étaient tous en France, donc peut-être pas très représentatifs du Japonais type, mais j’ai cru remarquer qu’ils mettaient un certain acharnement à toute tâche, qu’il s’agisse de faire rentrer les subtilités du langage de politesse dans des cerveaux français pas du tout faits pour, de convaincre la totalité de ses étudiants de poser pour la photo ou de vider une bouteille de sake.)

    Répondre

Vous pouvez laisser un commentaire