Réflexions, Trousse à outils

Petite réflexion sur la conception des appareils

PhotographyBay publie l’intéressante histoire de Hiroshi Terada, un inventeur japonais qui a mis au point un système permettant d’envisager une fonction d’enregistrement vidéo sur un reflex.
Terada est part du constat qu’un reflex était incapable de faire de la vidéo pour diverses raisons. La première est liée au miroir. Pour enregistrer de la vidéo un miroir de reflex devrait monter et descendre à une cadence particulièrement irréaliste. Les reflex professionnels les plus rapides atteignent un peu plus de10 images par secondes, pour faire de la vidéo il en faudrait 3 fois plus.

Quand bien même cette question serait résolue, resterait le problème de l’autofocus très différent sur un reflex (ou l’autofocus est pointu est ultra rapide) et sur une camera (ou la mise au point se fait sur un plan sans sauter sans cesse d’un sujet à l’autre, sans parler de la différence de profondeur de champ).

Si la technique vous intéresse, je vous recommande la lecture de cet article.

Je pense pour ma part que Hiroshi Terada prend les choses par le mauvais bout.
Plus le temps passe et moins je crois que le reflex a du sens dans un contexte numérique (hormis sans doute pour ce qui concerne les reflex très haut de gamme destinés aux photographes professionnels, qui doivent concerner un pouillème pour cent d’entre nous).

C’est une déformation très amusante du monde de la photo que de penser et professer que ce qui est bon pour un professionnel l’est naturellement pour tout un chacun. En suivant ce raisonnement, nous devrions tous rouler en camion (les routiers sont des usagers professionnels de la route), nous devrions nous lever à trois ou quatre heures du mat’ pour préparer le petit déjeuner (les boulangers sont des professionnels du croissant) etc etc…

J’avais déjà écrit un petit texte là-dessus l’été dernier plus cela va et moins je suis convaincu de l’intérêt de la visée reflex. Mieux encore, un mois passé avec un proto du Lumix TZ5 m’a renforcé dans cette idée.

Si on par du postulat que le compact est un design plus cohérent dans un contexte numérique, alors la question de la vidéo ne se pose pus.

Le TZ5 n’est pas un reflex, c’est un compact avec un petit capteur, il produit donc des images inférieures à celle d’un reflex, mais c’est bien le seul point sur lequel il marque le pas. Dans tous les autres compartiments de jeu, taille, polyvalence, agrément d’utilisation etc… il est, en usage personnel, largement supérieur.

Le DP-1 que Sigma semble enfin arriver à commercialiser (cela doit faire plus de deux ans qu’on en entend parler) va dans ce sens, dans le bon sens. C’est un compact équipé d’un capteur de reflex et d’un grand-angle.

Il va dans le bon sens, mais ne fait que la moitié du chemin. Un 28mm fixe, c’est bien.. en complément d’un équipement reflex (et là, on tourne en rond).
En revanche, un 28-280mm comme le TZ.. ou disons un 28-100 pour des raisons d’encombrement, en ferait un appareil polyvalent plus simple et plus petit qu’un reflex, et produisant en usage personnel, des images d’une qualité équivalente.

Bref , nous n’y somme pas encore à cet appareil idéal.. mais on y arrive petit à petit. Nous y serons complètement le jour ou les constructeurs se sentiront totalement libérés de l’héritage du film, et des concepts qui avaient du sens avec la bobine 24×26.

Pour le fun puisque j’ai commencé cet article en parlant d’appareil photo et de vidéo, dans la petite vidéo ci-dessous (vilaine..compressée à mort, et d’un intérêt discutable) j’ai tourné les séquences de fin avec le Lumix TZ5, pour le reste j’ai utilisé un caméscope Panasonic SD1.


Match de hand amateur from Luc Saint-Elie on Vimeo.


Standard

8 thoughts on “Petite réflexion sur la conception des appareils

  1. Entièrement d’accord avec vous sur cette histoire de miroir. Je me suis mis à la photo avec le (à cause du) numérique et si je persiste à trouver l’interface d’un compact/bridge plus naturelle.

    Le concept du miroir avait un sens avec la pellicule mais plus vraiment maintenant.

    Sans compter effectivement les contraintes que la mécanique impose.

  2. Pour ma part, l’APN idéal serait en 2 parties :

    – d’un coté, l’objectif stabilisé, le capteur et le support de stockage
    – de l’autre, l’interface de commande (viseur-écran, déclencheur, etc)
    – le tout relié sans fil bien sur !

    Ceci permettrait des prises de vues bien plus originales et plus discrètes…
    Coté ergonomie, il faudrait pouvoir tout régler d’une seule main

    Bon, Pana, au boulot !

  3. Franck Mée says:

    Pour ma part, je pense que ce n’est pas Hiroshi Terada qui prend les choses par le mauvais bout, mais ceux qui attribuent son brevet à un système de vidéo pour reflex.

    Je l’ai survolé pendant une bonne heure, et je n’ai pas vu qu’il parle spécifiquement de reflex ou de visée optique. Je peux me tromper, ceci dit.

    Pour moi, c’est surtout un système idéal pour un bridge à gros capteur et éventuellement objectifs interchangeables (qui a dit Olympus ?).
    Un AF à détection de phase qui fonctionne en continu pendant une vidéo, c’est le gros intérêt de la chose. Au niveau du système de visée, elle n’intervient pas : on peut très facilement en profiter pour obtenir un Live View, ou rajouter un miroir classique pour une visée reflex (qui sera bloquée en mode vidéo).

    Mais c’est surtout le bridge qui peut en profiter : filmer avec un viseur, c’est un bonheur rare (j’ai jamais été fan des écrans, surtout en plein soleil), et il pourrait récupérer ici la vélocité d’un reflex sans abandonner ses fonctions de base.

    Sur l’avenir du reflex, en revanche, je suis assez d’accord : c’est une perversion du marketing qui fait que j’utilise un reflex pour les objectifs interchangeables, le grand capteur, l’AF à détection de phase et la tropicalisation, autant de choses qui n’ont rien à voir avec la visée.

  4. @Franck

    Disons que la définition de la camera concernée fait plus penser à un reflex qu’à une petite cuillère :-) :

    [...] the digital camera comprising:a mirror member arranged in an optical path of a photographing lens to reflect part of a subject light beam passing through the photographing lens and transmit the remaining part of the subject light beam;an imaging part for receiving the subject light beam transmitted through the mirror member to output a subject image signal;a distance measurement part for receiving the subject light beam reflected by the mirror member to detect a defocus amount of the photographing lens; [...]

    Pour le reste, je crois que le reflex est la marque que le cordon ombilical avec le film n’est pas encore vraiment rompu.
    Si on regarde bien, la photo est un des domaines de l’électronique grand public nomade qui ne s’est pas réinventé à l’occasion du numérique. Les baladeurs MP3 ressemblent à rien de ce qui existait à l’époque du disque et ont adopté des design fort différents. Même choses pour les téléphones (sur le plan design on est très loin du bon vieux combiné), tandis que les appareils photo, les reflex surtout, se tiennent scrupuleusement à ce qui a été défini pour le film.

    La visée reflex s’inscrit totalement dans ce sens. Elle est cohérente si elle tient ses promesses (visée claire, large confortable et précise) elle n’a plus de sens avec les appareils de milieu et bas de gamme.
    Concrètement elle concerne le Nikon D3 , les EOS 1 tous modèles.. plus le 5D et c’est à peu près tout.

    C’est pour ça que je trouve que le DP1 va dans le bon, sens. Il rompt avec un tabou (compact = petit capteur) et c’est une très bonne chose. Mais ce n’est qu’un premier pas.

    Je pense même que cela pourrait amener à un redesign des objectifs. Actuellement les objectifs de reflex ont un « tirage » minimal lié à la présence du miroir. Si on le vire, les contraintes doivent être différentes.

    A ceux qui me rétorqueront (peut-être à juste titre) que leur Canikax a un viseur «vachement bien », je peux juste répondre que lorsque j’étais jeune, sur les reflex d’entrée de gamme, la visée était tellement claire qu’on avait souvent le choix du verre de visée (la mise au point était manuelle) certains préférant les microprismes, d’autres les stigmomètres à champ coupés.. . le tout permettant de faire la mise au point à la main même au grand angle.

    Il faut dire qu’à cette époque un objectif ouvert à f3,5 était vraiment très peu lumineux..

    Aujourd’hui on utilise des objectifs pour qui f :3,5 est une grande ouverture derrière des viseurs tellement clairs que le simple fait que l’on y distingue le sujet est déjà une avancée épatante.

  5. Franck Mée says:

    Bon, je tente une traduction pour les non-anglophiles :

    «L’appareil numérique comprenant : un élément miroir placé dans le chemin optique d’un objectif photographique pour refléter une partie d’un rayon lumineux du sujet traversant l’objectif photographique et transmettant la part restante du rayon lumineux du sujet ; un élément d’imagerie recevant le rayon lumineux transmis à travers l’élément miroir pour émettre un signal image du sujet ; un élément de mesure de distance pour recevoir le rayon lumineux du sujet reflété par l’élément miroir et détecter un défaut de mise au point de l’objectif photographique ; etc.»

    Pour moi, ça peut tout aussi bien s’intercaler dans le chemin d’un compact que modifier légèrement le dessin d’un reflex. ;-)

    Sur la visée reflex, on est d’accord. J’ajouterai tout de même le D300, dont la visée est plutôt très honnête et à cent lieues de ce que fait Pentax (pour citer un bon élève dans ce domaine). Il lui manque juste un outil d’assistance à la mise au point vraiment précis (un stigmomètre, par exemple).
    Ceci étant, si je cite le D300 comme exemple acceptable, il est quand même loin du moindre Minolta X300 ou d’un Pentax ME Super, pour prendre des appareils bas de gamme d’il y a 25-30 ans que j’ai connus personnellement. Par contre, le D3… Chuis amoureux. ;-)

    L’autre signe que l’on n’arrive pas à faire comprendre aux ingénieurs que le film, c’est fini, c’est la survivance de la sensibilité comme réglage à part. Seul Pentax a fait un bien timide pas vers l’idée qu’elle pourrait être un élément d’exposition à part entière, avec les modes Sv et TAv du K10D, mais il s’est un peu pris les pieds dans le tapis : quelle différence entre le mode Sv et le mode P avec sensibilité bloquée ? Aucune.
    Le mode programme devrait intégrer la sensibilité comme il a intégré il y a 30 ans l’ouverture et la vitesse. Ce n’est toujours le cas chez personne. Pourtant, dans un système numérique, il est plutôt plus facile de faire varier la sensibilité que l’ouverture…

    Le DP1 va dans le bon sens, mais pour en avoir pris en main un modèle inerte au Salon de la Photo, je crains qu’il n’ait l’effet contraire à celui recherché : il n’offre rien du confort des compacts, il est à 100 lieues du GR-D tant en prise en mains qu’en ergonomie, et son ouverture limitée à f/4 réduit à néant une bonne part de l’intérêt du grand capteur. Et lorsqu’il aura fait un flop (je n’imagine pas le contraire), il risque de dégoûter les constructeurs de plancher sur le compact à gros capteur, alors que cette particularité sera totalement innocente dans son bide.

    Allez, courage, Olympus va bien finir par nous sortir un E-30, avec viseur électronique, monture 4/3, et miroir semi-transparent pour utiliser un AF à détection de phase en LiveView et en vidéo…
    (Pourquoi Olympus ? Parce que le 4/3 est le parfait exemple du truc qui n’aurait jamais dû recevoir une visée reflex !)

  6. @Franck

    Parce que le 4/3 est le parfait exemple du truc qui n’aurait jamais dû recevoir une visée reflex !

    Je n’aurais pas pu mieux dire…. à 150% d’accord.

  7. Marc says:

    +1 Luc : les reflex ne retrouvent tout leur intérêt qu’avec du full frame > viseur et optiques réellement lumineuses (F1,1.4,1.8) du fait de focales « réelles » longues + contrôle de la profondeur de champ qui va avec.

    Bref, on demande tous à avoir en numérique ce qu’on a depuis longtemps en argentique… le capteur APS-C offre un bon compromis taille/sensibilité et le retrouver dans un compact est plutôt une bonne idée : à quand mon GRDIII ? ;-)

Laisser un commentaire