BMW 80RT

Ce qui suit est un petit texte que j’avais posté en 2003 sur le site Saint-Gamelle

J’ai fait 40000 bornes sur une 80RT qui en comptabilisait déjà 70 000 lorsque je l’ai achetée, notre idylle s’est arrêtée net lorsque qu’un chien de prairie à foie jaune a trouvé drôle de me la faucher (je le maudis jusqu’à la quatre cent douze millième génération que la fièvre le patafiole et que ses coucouilles sèchent et tombent). (ndlr: la peste soit de ce cafard et que Sainte-Gamelle t’éxauce!)

La 80 RT est une machine fantastique une fois qu’on a compris les trois grands principes qui régissent les vieux flats BM :

  • Principe 1 : ça ne sert à rien de tirer sur un flat, il faut enrouler…
    moyennant quoi on avance plutôt vite, nos valeureux gendarmes l’ont largement démontré.
  • Principe 2 : une BM ça se conduit comme on a appris à la moto-école, notamment en virage. On peut arriver trop vite et en vrac dans un virage avec une nippone, avec une BM on arrive en vrac.. on sort par terre.
  • Principe 3 : un flat ça se conduit en tortillant du derche : effet intéressant du centre de gravité très bas, la 80 RT est un pachyderme à l’arrêt et une mobylette lorsqu’elle roule (y compris en ville), un petit coup de cul à droit, un petit coup de cul à gauche..la 80RT est une moto assez sensuelle.

A part ça elle est fiable comme une BM.. c’est à dire si et seulement si elle est bien entretenue et de préférence par quelqu’un qui connaît les BM… Et ça, c’est cher (sans compter que le cons BM.. enfin bon.. voyez ce que je veux dire).
Le vrai truc qui tue sur la RT c’est le carénage, c’est une merveille. Plus besoin de combine de pluie (je sais, toi qui t’habille comme un cosmonaute dès qu’il bruine pour sortir ta Honda tu es bouché bée d’incrédulité… pourtant c’est vrai). On commence à sentir un vague courant d’air une fois passée les limites règlementaires.
Seul défaut du carénage, en cas de pluie l’eau ruisselle sur les cuisses (je fais 1m85).

Le moulin n’est pas un foudre de guerre, mais ses 50 bourrins propulsent l’ensemble à une allure fort respectable pourvu que l’on respecte le Principe numéro 1 (enroule mon fils, enroule).

Bref, une pétoire très attachante.

Vous pouvez laisser un commentaire