À propos de l’iPhone

Pour faire « dans le vent », ce site est désormais lisible de façon spécifique sur les iPhone. Il n’y a rien à faire de spécial, si vous vous connectez depuis un iphone le site va le détecter et reformater en conséquence (avec quelques bugs notamment liés au fait que l’iPhone ne reconnait pas le Flash)

Je fais partie des heureux gagnants d’un des iPhone mis en jeu lors de la soirée de lancement par Orange.

Précision utile parce que les publications sur l’iPhone sont forcément dithyrambiques, cet article n’est ni « pro » ni « anti » iPhone, il se veut juste descriptif et sans parti pris (ou disons sans autre parti pris que ma propre subjectivité).
Une partie des points de vue exprimés est à replacer dans le contexte suivant : j’utilise mon téléphone de façon très intensive, y compris pour des besoins professionnels, j’ai l’habitude des Nokia haut de gamme, je travaille sur un Macintosh.

En version courte, l’iPhone est un téléphone assez moyen accouplé à un baladeur formidable et surtout à un petit terminal d’accès à internet épatant.
Ceux qui attachent de l’importance aux fonctions classiques d’un téléphone haut de gamme et ont peu d’usage d’un accès internet mobile, seront plus heureux avec un Nokia N95 8G.
Ceux qui peuvent faire l’impasse sur des fonctions évoluées qu’on est en droit d’attendre d’un « smartphone », mais qui sont très attachés à pouvoir disposer d’un terminal mobile d’accès à internet, seront comblés (c’est mon cas).
Il est à noter que l’intérêt de l’offre iPhone tient largement autant au forfait Orange (qui inclus de l’accès internet illimité) qu’à l’appareil lui-même. En dehors d’une connexion à internet permanente et tarifée de façon forfaitaire, l’iPhone n’a qu’un intérêt très limité. Connecté à internet c’est en revanche un appareil assez spectaculaire. Si d’aventure, Orange offrait le même forfait en pack avec un N95 8G, l’iPhone aura alors un rival plus que sérieux.

Il est également à noter que la connexion EDGE, parfois décriée car techniquement moins performante que la connexion, 3G est en pratique largement suffisante pour un accès Web/email, je n’ai pas eu de problème de débit.
Enfin l’iPhone étant avant tout une plateforme matérielle frustre doté d’un logiciel avant-gardiste, une partie des reproches que je lui fais ci-dessous disparaîtra à l’occasion d’une mise à jour.

Pour chacune des lacunes de l’appareil, j’ai indiqué la solution lorsque j’en ai trouvé une. Il est à noter qu’elles sont pratiquement toutes « en ligne ».. ce qui rejoint ce que j’ai écrit plus haut : l’iPhone n’a de réel intérêt que connecté en permanence à internet.

Exceptionnel

  • Navigateur web époustouflant (on passe avec l’iPhone de l’internet pour mobile à l’internet mobile)
  • Clavier avec correcteur orthographique intégré
  • Qualité de l’écran (dont en outre la taille autorise une simplicité d’accès aux réglages inconnue sur un téléphone)
  • Pour les applications de consultation web, lecture /écriture d’email, remplace largement un ordinateur (étonnant, mais vrai)
  • La messagerie visuelle est un accès au répondeur téléphonique épatant. D’ordinaire, il faut écouter un par un dans leur ordre d’arrivée les messages laissés sur le répondeur téléphonique. Avec l’iPhone et Orange, les messages sont affichés un peu comme des emails et on peut lire celui que l’on veut, les effacer sélectivement, etc… bref, c’est l’archétype de la fonction toute bête à l’utilité évidente, qui inspire une fois qu’on y a goûté la question « comment se fait-il que personne n’a pensé à ça avant ? ». [photo]

Très bien

  • Accès internet en wi-fi (non seulement il fonctionne bien, mais sa configuration est un jeu d’enfant, voir ci-dessus sur la taille de l’écran)
  • Réception wi-fi excellente (j’habite au troisième étage, je capte de mon hall d’entrée)
  • Bascule automatique GSM/wi-fi. Pour les communications, l’iPhone utilise bien entendu le réseau GSM, mais pour l’accès internet, s’il trouve un accès wi-fi il l’utilise, dans le cas contraire il utilise la connexion EDGE et ce, de façon totalement transparente
  • Bascule automatique de l’affichage vertical/horizontal (automatique, mais assez lente ce qui parfois est pénible, en outre cette bascule automatique ne fonctionne pas avec toutes les applications et fonctionne uniquement si l’iPhone est placé verticalement. A l’usage je préfèrerais que l’on ait le choix de basculer l’afficahge manuellement)
  • Client mail ultra lisible (c’est à peine moins bien que sur un ordinateur, HTML compris)
  • Baladeur (iPod)
  • Communication entre les applications (Web->email, email->web, carnet d’adresses->mail etc…)
  • Synchronisation limpide depuis un Mac (je n’ai pas essayé depuis un PC), y compris pour la mise en place des comptes emails (pas besoin de les configurer, l’iPhone reprend la configuration du Mac, quel que soit le nombre de comptes, on peut d’ailleurs choisir dans iTunes lesquels on veut sur l’iPhone, c’est top)
  • Lisibilité de l’agenda et du carnet d’adresses (là encore, la taille de l’écran aide)
  • Forfaits Orange data compris (la procédure de portage du numéro enregistré auprès d’un autre opérateur vers l’offre iPhone Orange est détaillée là [Orange]. L’offre Orange comprend la connexion wifi aux spots Orange, un widget permettant de les situer est téléchargeable ici [widget orange]
  • Réactivité de l’interface

Moyen

  • Encombrement
  • Rectification Câble spécifique pour la connexion à l’ordinateur et la recharge.
    Ce jugement était excessif. Le câble est vendu bien moins cher que ce que j’avais imaginé, (moins cher étant à prendre avec des pincettes, 20 euros c’est environ 10 fois trop cher, mais dans un univers ou les fabricants de téléphones vendent le chargeur peu ou prou le prix du téléphone ça reste correct) d’autant qu’on trouve des prises 220/USB ou allume cigare/USB a vil prix sans trop de difficulté.
  • Pas de Flash sur les pages web
  • Pas de copier/coller (incompréhensible étant données les capacités d’édition de l’appareil)
  • Haut parleurs et niveau sonore assez corrects pour un téléphone. Ce n’est pas une chaîne hifi.. mais il est très utilisable sans écouteurs
  • Gestion des signets web à peu près impossible sur l’iPhone, sauf à avoir des nerfs d’acier.
    solution : il faut le faire sur le Mac depuis Safari et synchroniser
  • Écran extrêmement salissant (mais c’est sans doute incontournable), parfait pour les collectionneurs de traces de doigts ou de gras de nez, moins parfait pour les autres.
    solution : j’ai acheté pour une demi misère des feuilles de protection pour l’écran , elle sont plutôt pas mal (mais infernales à mettre en place, achetez-les par plusieurs, il faut en gâcher deux ou trois avant d’y arriver) [vendeur ebay]
  • Tenue en mains acrobatique (l’écran fait pratiquement toute la surface de l’appareil), il paraît prévisible qu’un certain nombre d’iPhone seront un jour ou l’autre projetés au sol, or aucune protection n’est fournie.
  • Autonomie assez faible en usage data très intensif. Si on utilise la connexion internet régulièrement l’iPhone ne tient pas une journée.

Médiocre

  • Système totalement fermé (comparativement à Symbian c’est le jour et la nuit). Cet aspect est en partie atténué par l’initiative formidable (le mot est faible) iStart des gens de Frenchiphone. L’iPhone étant destiné à être connecté en permanence (soit en wifi soit par Orange) de nombreuses applications Web ont été développées pour lui, iStart est un portail d’accès configurable.
  • Absence de messagerie instantanée (représentative d’une certaine légèreté dans la conceptualisation globale de l’engin qui par certains côtés est un empilage de fonctionnalités géniales, et par d’autres côtés manque de cohérence).
    solution : Il y a plusierus solutions basées sur des applications web. Une tentative de palliatif ici [Publictivity] et une encore bien meilleure là [Beejive] pour Yahoo, AOL/iChat, MSN Messenger etc.. et pour Skype il y a [IM+]
  • Absence de client SIP (pour des raisons commerciales évidentes, mais il n’empêche..).
    solution : Deux solutions basées sur des services web, outre [IM+] cité plus haut, [jajah] a une offre de téléphonie IP
  • Recherche dans les contacts
  • Absence de recherche dans l’agenda
  • Téléphone s’utilisant à deux mains
  • Absence de lecteurs Office (les PDF et docs Office se lisent très bien depuis une page web, mais on ne peut pas en transférer un sur l’iPhone et le lire, c’est Safari qui sert de lecteur), et plus généralement de fonctionnalités professionnelles (d’où l’absence de recherche dans les contacts et l’agenda, ou encore l’impossibilité d’effacer des mails en masse, il faut le faire un par un)
  • Pas de synchronisation en Bluetooth ou mieux, en wi-fi (câble perdu ou détérioré = iPhone inutilisable)
  • Écouteurs quelconques , tenant mal dans l’oreille
  • Pas de gestion de calendriers multiples (comme dans iCal, fonction très pratique). On choisit dans iTunes le calendrier dans lequel l’iPhone ajoute toute nouvelle entrée
  • 8 Go de mémoire seulement. Pour un appareil qui se veut également être un iPod évolué c’est ridiculement peu. À défaut d’augmenter la mémoire, Apple aurait pu ajouter un lecteur de carte SD il y a largement la place.
    Rectification Ce point est à lier à la très mauvaise prise en compte des usages professionnels (c’est une différence majeure avec les Nokia haut de gamme). L’iPhone a une capacité de 8 go (un poil moins en pratique), mon agenda et mon carnet d’adresses en occupent déjà 2…(ajout : on, me fait, sans doute à juste titre, remarquer que 2 Go de carnet d’adresses/agenda ça ne se peut pas, quoi qu’il en soit il y a quelque chose étiqueté « autre » qui occupe 2 Go des 8 de l’iPhone, regardez la capture )… il ne reste pas grand chose pour un appareil avec des fonctions vidéos assez étonnantes. [Capture d’écran]
    La rubrique « autre » qui représentait plus de 2 Go sur mon iPhone concerne non seulement l’agenda et le carnet d’adresses mais également le mail.. ok, je suis un âne. En signe de contrition je vais rédiger une note sur le moyen de configurer Gmail en IMAP pour éviter de bouffer le peu de mémoire de l’iPhone.[ C’est fait et à lire ici ]
  • Ergonomie : C’est un sujet un brin délicat tant il est désormais convenu de s’extasier devant la (il est vrai) remarquable interface de l’iPhone, mais après une semaine d’utilisation intensive, je trouve l’ergonomie catastrophique en usage téléphone (elle est très bien lorsqu’on utilise l’iPhone comme un terminal internet ou un baladeur).
    Un téléphone et un baladeur ce sont deux objets différents, or l’iPhone a une ergonomie de baladeur et vraiment pas de téléphone.
    On n’est jamais pressé lorsqu’on prend en main un baladeur, on l’est souvent lorsqu’on prend en main un téléphone. il n’est pas important d’avoir besoin des deux mains pour lancer un baladeur, c’est très pénible d’avoir besoin des deux mains pour téléphoner etc…
    C’est un sujet délicat parce que incontestablement l’interface de l’iPhone est esthétiquement une réussite, elle est belle, elle est fluide etc.. mais elle est malcommode à un point pas possible. L’appareil n’est pas du tout conçu pour être saisi à la volée (il est très large, très plat et l’écran est hyper glissant) composer un numéro d’une main est impossible, mais répondre d’une main l’est autant. Le son n’est pas mauvais (il n’est pas excellent non plus) mais sans écouteur l’appareil se plaque contre l’oreille du bout des doigts ce qui est très inconfortable.
    Le salut pourrait venir des écouteurs, mais ce sont des écouteurs très bas de gamme qui tiennent mal dans l’oreille (à tel point qu’en ce moment des boites comme V-Moda se font des petites fortunes en important des écouteurs pour iPhone qui s’arrachent entre 50 et 100 euros sur ebay).
    L’iPhone est incontestablement un bel objet, ça ne se discute pas, mais entre un bel objet et un objet pratique il y a.. disons qu’il peut y avoir, un abysse.
    Wikipedia dit du design « Le design est une discipline visant à rendre concret (sous une forme physique ou non) une pensée, un concept ou une intention en tenant compte éventuellement d’une ou des contraintes fonctionnelles, structurelles, esthétiques, didactiques, symboliques, techniques et productives. ».
    L’iPhone est beau, très beau, mais si on prend le terme de « design » dans ce sens, qui inclut les notions d’usage, lorsqu’on l’utilise comme un téléphone, son design est une catastrophe.

Pire encore

  • Appareil photo pitoyable
  • Pas de vidéo (peu étonnant étant donné la qualité (ou l’absence de) de la partie photo)
  • Pas de lecteur RSS dont l’absence est surprenante sur un appareil conçu pour être connecté à internet en permanence et vendu uniquement avec des forfaits qui le permettent (voir plus haut ma remarque sur les incohérences du concept).
    Solution : Un palliatif utilisant Safari est décrit ici [casualtek]. En pratique lorsqu’on clique sur un lien RSS, ce lien est envoyé vers l’adresse d’un lecteur RSS situé sur .mac (reader.mac.com) qui renvoie le fil à Safari. On est quand même loin de l’aspect pratique d’un vrai lecteur RSS. Une meilleure solution est d’utiliser Google reader (www.google.fr/reader), qui comme toutes les appli Google a un accès mobile et permet de configurer les choses sur l’ordinateur et de disposer d’une ergonomie assez correcte sur l’iPhone [Photo].
  • Inutilisable sans une carte SIM Orange. Pour être mis en service , l’iPhone doit être « activé » ce qui requiert une carte SIM Orange, à minima une Mobicarte (une 20aine d’euros). C’est assez stupide, car la section téléphone est de loin la moins intéressante de l’iPhone, il aurait pu/du être conçu de façon à pouvoir fonctionner comme un iPod Touch en l’absence de carte SIM.
  • Ni GPS, ni radio sur un appareil très musical, supposément futuriste, et très haut de gamme
  • Ouverture de la trappe de la carte SIM grotesque (une honte sur un appareil de ce prix)
  • Livré sans pochette de protection (une honte sur un appareil de ce prix), du coup ça devient un objet potentiellement fragile (ce qui est inhabituel et anxiogène pour un téléphone censé traîner au fond d’une poche et susceptible d’être en contact avec des clés et autres objets hostiles)
  • Si on télécharge depuis iTunes un podcast vidéo, le fichier est forcément lisible (les fichiers non lisibles ne sont pas transférés). Si on le lit en passant par la rubrique « podcast » on a la première image (fixe) plus le son.
    solution : lire les podcasts vidéo en passant par la rubrique « clip vidéo », et surtout pas « podcast » (on ne parlera jamais assez des ravages de la fumette à Cupertino)
  • Bluetooth honteusement bridé, il ne sert a priori qu’à la connexion avec l’oreillette Bluetoth Apple. Donc pas de connexion à un GPS, autoradio ou autre possible, on croit rêver….
  • Il semble qu’au bout d’un moment d’utilisation un tant soit peu intensive, l’appareil sature. le redémarrer remet les choses en ordre.
  • Les notes ne sont pas synchronisables, ce qui est assez courant sur les téléphones, mais vraiment dommage sur l’iPhone étant donné ses capacités d’édition.
    solution : Il s’agit d’un choix d’Apple et non d’une impossibilité technique, des shareware le permettent [iPhoneDrive/Mac] [TouchCopy/Windows]. Au prix actuel du dollar, ils sont indispensables.
  • Lors de l’étape d’activation, Apple demande le numéro de Carte Bleue. La fourniture de ce numéro est obligatoire pour pouvoir activer et donc utiliser le téléphone.
    Cette démarche est cohérente du point de vue d’Apple pour qui l’iPhone est surtout un terminal d‘accès à sa boutique en ligne, mais on en peut pas demander à l’acheteur d’adhérer à la politique commerciale du fournisseur de l’appareil (par ailleurs cet acheteur à un contrat avec Orange et pas avec Apple).
    Pour ma part, comme je trouve cette procédure à la limite du scandaleux, et que ma banque dispose d’un système de CB virtuelles, j’ai généré un numéro de carte virtuel approvisionné de 1 euro. Cela m’a permis d’utiliser le téléphone sans communiquer mes coordonnées bancaires à Apple, mais je trouve le procédé extrêmement cavalier, qui consiste à demander à un client qui a dûment payé (OK ce n’était pas mon cas) un objet et dûment payé un abonnement pour l’utilisation de ce produit, de fournir des coordonnées bancaires à un tiers pour qu’il ait la possibilité de faire fonctionner cet objet..
    Ma foi, il n’y a que dans le monde du gadget informatique que c’est accepté.
    Imaginez deux secondes qu’une fois sorti de chez votre concessionnaire, vous découvriez qu’il faut envoyer vos coordonnées bancaires à Total pour que votre auto flambant neuve accepte de démarrer.
  • On ne peut pas envoyer de pièces jointes par mail en passant par le client mail. On peut en revanche envoyer des photos par mail depuis la section photo. Dans ce cas, l’appareil retaille les photos en 640×480 sans que j’ai pu trouver comment désactiver cette fonction.
    C’est une fonction parfaitement inutile voire franchement pénible.
    L’iPhone n’envoyant pas de MMS (des SMS multimédia) le seul moyen d’envoyer la photo est l’email, or avec un appareil de 2 millions de pixels (1600×1200) les fichiers ne sont pas très gros (460 Ko) et n’onr pas besoin d’être réduits. Pire encore, cette réduction forcée empêche de poster des images plein pot sur un service de stockage en ligne comme Flickr .
    A noter que l’absence de MMS ne figure pas dans la liste des défauts, car l’iPhone gérant bien l’email, l’envoi de MMS (assez réservé aux jeunes) serait sans grand intérêt.

C’est joli mais ça ne sert à rien

  • Affichage graphique de la partie iPod

Il me manque

  • La possibilité d’enregistrer les conversations.
    Je suis un fan de Ultimate VR, une application pour Symbian qui permet d’enregistrer une conversation (le logiciel fourni un fichier .wav). c’est extrêmement pratique lorsque mon correspondant me communique, un numéro, une adresse, une date ou tout autre élément que sur le moment je n’ai pas la possibilité de noter. Lorsqu’on utilise le téléphone professionnellement, à l’usage c’est une sécurité appréciable.
  • Un carnet d’adresses qui prend en compte le nom de l’entreprise.
    Ces remarques s’appliquent également à Symbian qui n’est pas mieux sur ce plan.
    Ce serait une bonne chose que les développeurs de carnet d’adresses de téléphone réalisent qu’il y a des utilisateurs qui s’en servent pour leur boulot et que pour ceux-là le récurrent classement par nom-prénom (ou l’inverse) est totalement insuffisant.
    Un vrai carnet d’adresses digne de ce nom se doit d’offrir de choix de l’affichage par nom, prénom OU entreprise et permettre une recherche dans tous les champs.
    Sur ce point, celui de l’iPhone est très très loin du compte.

Par ailleurs

  • Vidéo mobile : Je me suis trompé. Je ne croyais pas au concept de vidéo /TV mobile, je l’ai doctement expliqué dans plusieurs contextes professionnels. Plus je regarde cet iPhone, plus je pense que j’avais tort. Avec l’écran de taille fort honnête et d’une qualité excellente de l’iPhone, l’idée de vidéo mobile reprend du sens. Si d’autres constructeurs reprennent l’idée d’un grand écran, la vidéo mobile ça peut sans doute marcher.
  • Orange :Lorsque j’ai appris que Orange allait traiter avec Apple pour la diffusion de l’iPhone, j’ai immédiatement pensé « les pauvres… ».
    Des entreprises dont les dirigeants se relèvent toujours, longtemps après, en pleine nuit en sueur et agités de soubresauts épileptiques après une expérience avec la marque à la pomme, il y en a plein. Apple étant d’assez loin l’entreprise la plus incontrôlable, la plus orgueilleuse, la plus caractérielle, la plus méprisante et la moins fidèle de la planète, les histoires d’amour avec Apple en général se finissent mal.
    Plus j’utilise l’iPhone plus je me dis que sur ce coup-là, Orange a fait assez fort.
    Ce qu’il y a d’extraordinaire dans le concept iPhone c’est largement autant l’appareil lui-même que la possibilité qu’il soit connecté à Internet en permanence.. ce que seuls les forfaits proposés par Orange permettent. En un sens, et sauf à ce que SFR réagisse vraiment très énergiquement, l’iPhone est une redoutable machine à faire migrer les clients high-tech de SFR vers Orange.
    C’est inhabituel pour moi d’écrire ça, parce que je fais partie de la génération qui a connu France Telecom comme ennemi juré d’internet, mais cette fois c’est vraiment l’inverse. Si l’iPhone est un joli coup de la part d’Apple, c’est un très joli coup de la part d’Orange.
    Le recrutement de gens intéressants aux manettes d’Orange [ lire ma note à ce sujet ] n’est peut-être pas étranger à cette situation.
  • Spam : l’iPhone ne dispose pas d’un système anti-spam. À vrai dire, aucun téléphone à ma connaissance n’en propose, mais l’utilisation de l’iPhone comme terminal de consultation internet est tellement pratique que forcément je m’en sers beaucoup comme ça.
    Sur un ordinateur, les gens embêtés par le spam sont vraiment ceux qui en ont envie. Il existe moult systèmes très efficaces qui permettent de ne jamais voir un spam. A titre personnel, comme je suis un garçon assez peu secret et que mes adresses circulent un peu partout sur internet, j’en reçois plusieurs centaines par jour (si vous cherchez des adresses de viagra pas cher ou de petites Japonaises nues sous leur jupe plissée, n’hésitez pas à me consulter, j’ai plein de coordonnées..).
    J’ai longtemps utilisé le proxy gratuit Popfile, un truc en perl un peu barbare à installer, mais d’une efficacité impeccable ensuite.
    Lors d’un changement de machine j’ai eu la flemme de réinstaller Popfile et j’ai acheté pour une demi-misère, un shareware, Spamsiève, une extension de Mail, qui fait ça très très bien.
    Bref les spams j’en reçois plein mais je ne les vois jamais.. je ne les voyais jamais. Parce que consulter ma boite perso sur l’iPhone st une expérience.. surréaliste.
    solution : La solution c’est (comme d’hab) Google. L’iPhone est une excellente pub pour Google Mail (gmail.com). Le filtre antispam de gmail est très efficace, peu, très peu passent au travers. Il faut donc
    – ne configurer qu’un seul compte sur l’iPhone (le compte Gmail)
    – faire récupérer les autres comptes par Gmail (ça se règle dans les options de Gmail).
    Du coup c’est Gmail qui filtre le spam pour tous les comptes.
    L’inconvénient c’est que comme l’adresse d’envoi n’est pas réglable sur l’iPhone (le compte par défaut pour l’envoi doit être un compte actif), si on peut de cette façon récupérer sans souci différentes boîtes, on n’écrit que depuis le compte Gmail.

12 réponses sur “À propos de l’iPhone”

  1. @Mr Bark

    iCal est le gestionnaire d’agendas fourni avec Mac OS X.
    C’est une application épatante, on peut créer autant d’agendas que l’on veut, leur affecter des couleurs différentes, les afficher/masquer d’un clic, les synchroniser avec Google Agenda etc…..

    Il est donc possible d’un coup d’œil à l’agenda de vous la liste de ses rendez-vous (ça c’est normal) mais de voir s’il s’agit de rendre-vous perso, pro ou autre etc…
    De la même façon on peut désactiver l’affichage d’un ou plusieurs agenda si on en a besoin.

    Par exemple, je dois à titre personnel avoir une bonne dizaine d’agendas pour mes rendez-vous professionnels (eux même répartis sur plusieurs agendas) les rendez-vous perso, ceux liés à ma moitié, ceux liés aux enfants etc…
    On peut même afficher les données de date de naissance saisies dans le Carnet d’adresses sous la forme d’un agenda d’iCal.

    A l’usage c’est vraiment très pratique, extrêmement lisible.

    L’iPhone ne gère pas ces agendas multiples, on désigne un des agenda qui sera utilisé pour l’iPhone et toute entrée saisie sur l’iPhone est ajoutée à cet agenda là.

  2. Belle description, merci.
    Avez-vous trouvé un palliatif pour le carnet d’adresses à multiples entrées (par nom, par entreprise, etc) ?
    (Merci de doubler votre réponse par eMail)

  3. Bonjour,
    belle synthèse pour l’utilisateur iPhone tout neuf que je suis. Mais qu’en est-il de la récupération/synchronisation des tâches iCal ?
    Votre réponse peut-elle aussi me parvenir par email ? Merci d’avance

  4. Le SEUL article sur l’iPhone vraiment pertinent et objectif, ni adorateur, ni détracteur. Unique. J’espère qu’Apple l’a lu pour concevoir son futur remplaçant annoncé pour juin 2008.
    Bravo !!

  5. @Albertine

    Ça c’est un des points … curieux… de l’appareil. La trappe à carte SIM est un bricolage assez rustique.

    Dans la boite il y a un petit trombone, il faut le glisser dans le petit trou en haut de l’appareil et extraire la petite trappe. Ce trou se situe a coté de la prise pour écouteurs. Il faut utiliser le trombone fourni, les trombones classiques ne passent pas (trop gros diamètre), le gars qui a conçu ça devait être ivre mort…

    Regardez là (ou contrairement à ce que je viens d’écrire le gars utilise un trombone classique)

    http://fr.youtube.com/watch?v=Kf9oHGzLF_M&eurl=http://video.google.fr/videosearch?q=iphone+SIM+card&hl=fr&sitesearch=

    http://fr.youtube.com/watch?v=kir19QRGzv8&eurl=http://video.google.fr/videosearch?q=iphone+SIM+card&hl=fr&sitesearch=

  6. le seul truc c’est qu’en passant par Gmail tous vos mails sont scannés par Google ce qui en terme de ‘privacy’ n’est pas terrible…

Vous pouvez laisser un commentaire