Une autre expérience : Claudius

J’ai reçu ce message en commentaire à ma note bilan 1 an, et comme il peut intéresser d’autres gens je le reporte ici

——————

Ton expérience est formidable Luc.
Voici la mienne :
J’ai commencé à pratiquer le vélo il y a 2 ans, au mois de mai 2005 à 56 ans, quand, suite à une analyse de routine, mon médecin m’a annoncé que j’étais diabétique, m’a déclaré en tant que tel à la sécu et m’a dit d’une façon assez sèche : « Vous devez perdre du poids et pratiquer une activité physique afin de vous muscler. ».
Cela ne l’a pas empêché de me prescrire du « Glucophage »
Dès le lendemain, j’ai pris le VTC de ma femme et j’ai parcouru, non sans mal, les 6 km qui me séparent de mon travail.
Du vélo, j’en avais déjà fait en dilettante mais dès les 1ers kms, je n’avais qu’une seule hâte : rentrer à la maison.
En prenant la décision de me rendre au travail, je rendais en quelque sorte irréversible le fait de devoir parcourir 12 km.
Quand ma fille m’a vu enfourcher le vélo, elle m’a dit littéralement : « Tu es fou, ne fais pas ça, tu vas avoir un malaise. »
C’est ainsi donc que j’ai commencé et quand je n’allais pas au travail en vélo ; je m’astreignais, au moins 3 fois par semaines, à faire un parcours de 7 km en rentrant de celui-ci.
En parallèle, je me suis refusé à prendre, en accord avec mon médecin, ce fameux Glucophage.
Résultat des courses, si je puis dire, au bout de 4 mois, mon taux de glycémie et mon HB1AC (il s’agit d’une analyse qui permet de se faire une idée du taux de glycémie moyen au cours des 3 derniers mois) redevenaient normaux.
Au mois de septembre, mon collègue me dit que son club, le VCMB, organise une sortie de 25 km ouverte à tous.
25 km, il était pour moi inimaginable que je puisse parcourir une telle distance. Je m’y suis quand même inscrit, j’ai entamé le parcours, soufflant comme un phoque dans la cote de Port Royal, et suis arrivé au bout des 25 km.
Au mois de novembre je me suis équipé d’un vélo de route et ai entrepris de parcourir, régulièrement des distances de 20-25 km.
En septembre 2006, je me suis inscrit au VCMB, d’abord dans le groupe détente puis dans le groupe 5 qui fait des sorties régulières de 50-60 km.
Tout allait bien mais 2 phénomènes sont venus contrarier cette pratique : des prostatites à répétition (je me lève 3 ou 4 fois dans la nuit pour uriner) et une tachycardie que je considère anormale depuis le début de l’année 2007 : là où je faisais une moyenne de 126 pulsations par mn, je suis passé à une moyenne de 136 avec des pointes jamais vues à 175.
J’ai donc décidé de marquer une pause et d’arrêter la pratique du vélo
J’ai fait un test d’effort à la clinique de Parly 2, un test que le cardiologue a arrêté à ma FC max théorique : 220-58=162 et à la suite duquel il m’a dit que tout allait bien en me demandant de faire une échographie ; celle-ci n’a rien révélé non plus.
Je suis allé voir un urologue qui m’a dit que je n’avais pas d’inquiétude à avoir et que je pouvais continuer à faire du vélo.
J’ai commandé une selle spéciale « Bite et cul » chez Dutouron et pense reprendre progressivement la pratique du vélo progressivement dès réception de cette fameuse selle qui a si bien réussi à Luc.
Je contrôle régulièrement mon taux de glycémie à l’aide d’un petit engin prescrit par mon médecin, il est normal.
Pour ce qui concerne mon poids, je suis passé en quelques mois de 75 kg à 68 kg et depuis je me maintiens à ce poids. Je ne répèterai jamais assez que le plus important dans un régime c’est le conjoint : sans l’assistance de mon épouse qui a pris les choses en main, je ne serais jamais parvenu à perdre ces quelques kg inutiles et dès que j’observe une dérive sur la balance, je la préviens et tout rentre dans l’ordre.
Donc, bilan globalement positif coté diabète et forme physique, à suivre pour le reste.

Vous pouvez laisser un commentaire