Suite et fin…

A midi, sortie tranquille de 15 km, sans aucun souci côté cheville.
L’aventure de la cheville en vrille semble donc close, et c’est une très bonne chose.
Ce qui est intéressant c’est que sans forcer (les premiers 5 km ont même été ultra lents, je les ai fait avec Anja) j’arrive au même temps que ce que je faisais seul à bonne allure il y a trois mois. Sans que je m’en rende vraiment compte ma vitesse de base a donc bel et bien progressé (et je n’ai toujours pas trouvé le temps courage d’attaquer les fractionnés).
Le magazine Jogging International a un article sur la question dans son dernier numéro, je vais peut être m’y mettre en fin en février.

Vous pouvez laisser un commentaire