Cheville en vrac

Ce matin j’ai fait un premier tour (5km) assez rapide (10,9km de moyenne) et juste au moment ou je virai pour attaquer le second, j’ai posé le pied gauche de travers sur un gros caillou… crac.. cheville tordue.
Rien de grave, néanmoins par sécurité je rentre à la maison.
Dans la matinée pas de problème, je sors chercher quelque chose à manger à midi, tout baigne.. et subitement vers 14h mon pied se met à gonfler, je ne peux plus marcher.
Ça sent l’entorse à plein nez…

Du coup pas de piscine ce soir (en espérant que les dégâts s’en tiendront là)

2 réponses sur “Cheville en vrac”

  1. Luc, arrête de te martyriser… Le sport, c’est bien, je pense à m’y remettre… mais en douceur.
    Alors, plutôt que de calculer des moyennes (je sais, tu as été champion sur 400m) écoute tes cellules… et force-toi à courir un peu moins vite si besoin.
    Mourir en bonne santé, c’est sans aucun doute ce qu’il y a de mieux, mais rien ne presse. Alors, mets la pédale douce (y compris sur tes sites si besoin).
    Ca évitera à tes proches de s’inquiéter de cette nouvelle lubie(*)… et à nous aussi.
    (*) lubie au sens de envie liée à l’impatience.

    1. Bonjour,

      Bonne remarque 🙂
      Le fait d’avoir des chiffres c’est bien moins une question de performance (mes performances sont assez minables dans l’absolu) que de disposer d’une sorte de tableau de bord de la façon dont les choses se passent, et de mettre des chiffres sur des sensations physiques.
      Ce que j’ai expérimenté (surtout aux débuts avec le Polar) c’est que les sensations sont souvent contraires à la réalité. Typiquement, si je me sens très bien et que le Polar me montre que je cours à 9km/h ça veut dire en réalité que soit je que sens bien tout bêtement parce que je vais lentement, soit que je ne vais pas si bien que ça et vice versa.
      La mesure de la fréquence cardiaque est elle aussi un élément très important (et rassurant parfois).
      Pour le reste, mes proches ont l’habitude …

Vous pouvez laisser un commentaire