Constat pas brillant

Ce matin, pas de sortie du tout, j’avais encore mal aux jambes d’hier.

En fait je me rends compte que mon problème c’est que normalement on apprend à nager enfant, ça n’a pas été mon cas

Lorsqu’on démarre de zéro à 50 balais tout dans la natation est anti-naturel.

La course à pied c’est différent. Même si les débuts ont été très laborieux, je n’avais pas à lutter contre des éléments extérieurs, juste à remettre mon corps en route pour qu’il soit capable d’encaisser l’effort. Je ne luttais pas pour respirer, je ne luttais pas pour me tenir debout, je ne luttais pas pour me tenir en équilibre etc.. il s’agissait juste d’utiliser des mouvements et des sensations naturelles, en forçant et en travaillant l’endurance et la cohérence fonctionnelle à un rythme plus élevé

Tandis que là tout est anti-naturel pour moi, respirer en soufflant est anti-naturel, flotter est anti naturel, même les mouvements de bras et de jambes sont anti naturels (il n’y a aucune activité terrestre ou je fais ces mouvements là..)
Je me retrouve dans la situation de quelqu’un qui ne saurait pas marcher et qui aurait un équilibre mal assuré et qui veut se mettre à la course à pieds.

La question va donc être pendant quelques temps « comment associer les deux ? », manifestement les efforts que je déploie pour me battre contre l’eau sont trop importants pour que je puisse courir en plus. Je me rends compte en écrivant ça que c’est totalement délirant, mais pour faire une longueur de bassin (25m) je déploie autant d’énergie que pour faire 5km de course. Lorsque je finis 10 km en courant, je suis plus fatigué en profondeur, mais moins fatigué superficiellement qu’après 25 m de nage… ça donne une idée de l’étendue des dégâts.

En gros si je regarde derrière, comme il m’a fallu trois mois environ (juin, juillet, août 2006) pour arriver à contrôler mes sensations en course à pied et obtenir un résultat qui ressemble à quelque chose, il va probablement m’en falloir au minimum le double dans l’eau.
Ca veut dire que je vais avoir le même problème jusqu’à l’été.. pas simple à gérer ça et surtout ça n’était pas prévu du tout.

Je pensais que la natation allait être immédiatement complémentaire des efforts que je fais en courant (ce sera le cas sans doute mais bien plus tard) je pensais que ça allait me fatiguer (c’est le but) mais surtout me détendre, alors que ces trois jours de début je suis rentré à la maison, les jambes tétanisées par les crampes, avec mal au dos, des courbatures dans les épaules etc…

3 réponses sur “Constat pas brillant”

  1. Oui, je connais ça, c’est frustrant. Je suis un bon coureur, j’arrive à tenir quelque rounds en boxe, mais dès qu’on me met dans une piscine, je suis ridicule. Il y a effectivement ces gestes qu’on ne fait nulle part ailleurs (les battements de jambes), mais surtout du stress, je crois, la peur de ne pas pouvoir respirer…
    Bon courage !

  2. Je roule sur route, 200km environ par semaine, et je boucle 100 bornes en 3h20, suis-je capable de rouler en fédération départementale ?

  3. hi hi hi…
    Mais quelle galère…!! 🙂
    On (tous ceux qui n’ont pas commencé à six ans…) est tous passé par là…Bien qu’étant relativement sportif (10-12 h de sport par semaine), lorsque je me suis inscrit dans un groupe de masters en natation, la première semaine, je n’ai rien pu faire d’autre que les 3 séances de natation prévues…:-D J’étais complètement séché…
    Persiste, prends des cours, tu verras, ça ira de mieux en mieux…l’avantage de la natation, c’est que c’est un sport non traumatisant que tu peux pratiquer en toute saison (ce qui n’est pas le cas du vélo, et dans une moindre mesure de la course à pied)…et puis ça change, au bout d’un moment t’en auras marre de faire toujours le même tour de bois l’hiver, et tu risques de perdre ta motivation initiale… alors le cross-training, c’est une excellente solution pour garder sa motivation intacte et conserver une activité physique 365/365…
    Et puis, la natation est un sport très technique, c’est comme le violon, les premiers cours c’est affreux, et dès qu’on maitrise un peu plus la technique, ça devient de suite beaucoup plus agréable. Le plus dur est de ne pas se décourager au début.

Vous pouvez laisser un commentaire