Le (presque ) grand bleu

Ce soir mise en route de la phase 2 (ça fait bien non ? la phase 2). En fait lorsque je suis allé voir un cardiologue du sport en fin de l’année dernière il m’a recommandé d’alterner les efforts, de faire du vélo et ou de la natation en plus de la course à pieds.

Le vélo pour l’instant bof, il faut du temps, de la place (pour le ranger), des sous (un bon vélo c’est 1000 euros) bref, dans l’immédiat j’ai une motivation moyenne.

La natation en revanche c’est tout à fait autre chose et pour deux raisons.
La première c’est que c’est peu astreignant et pas cher, la seconde c’est que j’ai une relation névrotique avec l’eau : je n’arrive pas à respirer lorsque je suis dans l’eau.
Névrotique, le mot est faible, mon père était marin.

Lorsque je dis que je n’arrive pas à respirer, ça peut prendre des aspects aux confins du ridicule, par exemple j’ai pendant longtemps eu ponctuellement des difficultés respiratoires sous la douche jusqu’à ce que je réalise que lorsque cela se produisait , la cause était simple : je me douchais en apnée (authentique).
À partir de ce jour j’ai commencé à me laisser respirer tranquillement sous la douche et tout est rentré dans l’ordre.

Cette incapacité à respirer dans l’eau est d’autant plus étrange que j’ai appris à ne plus avoir peur de l’eau, je peux nager..mais en apnée (c’est à dire sur de très courtes distances), je ne me noie pas parce que j’arrive à nager honnêtement sur le dos (étrangement sur le dos je n’ai pas de problème de respiration)
Bref l’idée d’adjoindre la natation me permet d’attaquer de front cette espèce de phobie étrange.

Ce soir donc, inscription à la piscine d’Issy les Moulineaux. Elle a l’avantage d’être à côté de mon bureau chez Tests et donc je peux y aller soit entre midi et deux, soit le soir.
Il y a deux bassins, un petit pour les activités aquatiques ludiques et un grand. Le grand bassin est parfait pour moi, son « petit » côté a 1,9m de fond et son grand 3,5 … c’est-à-dire que je n’ai pied nulle part et donc qu’il va bien falloir que j’arrive à respirer d’une façon ou d’une autre si je ne veux pas me noyer.

J’ai acheté chez Decathlon (M’sieur Décathlon si tu lis ça envoie moi des sous pour la pub) une paire de lunettes Panavision d’Arena, et un bonnet en silicone (le vendeur m’a expliqué que le latex c’était pas terrible et que le textile n’est pas étanche, et vu le prix de ces accessoires…).

Première séance dans la foulée. Après quelques exercices de respiration (les mains accrochées au bord, une grande inspiration puis tête sous l’eau, expiration etc etc.. un grand nombre de fois) j’ai réussi (exploit pour moi) à faire 50 m en brasse et 50 en crawl en respirant de façon cahotique.

En pratique, avant d’arriver à faire ces deux longueurs complètes, j’ai fait pas mal de tentatives, avec à chaque fois un abandon au milieu (et donc un retour à la case départ sur le dos).

Outre cette ridicule histoire de respiration, l’autre problème c’est que je n’ai strictement aucune technique, je respire et je bouge en vrac, et tout a donc une efficacité… discutable. En rentrant, j’ai trouvé un site assez pédagogique, [ http://cbesnou.free.fr/ ] dont je me suis imprimé les pages concernant la respiration.
Demain soir j’essaie de peaufiner la chose, mais je suis très heureux. En une heure, j’ai presque fait mettre genoux à terre à cette espèce de handicap qui me pourri la vie depuis des années.

Le pourquoi ça c’est si bien passé aujourd’hui est à trouver, je crois, (outre la détermination que j’ai en ce moment pour ce qui touche aux questions d’exercice physique) dans les lunettes. Ces lunettes Arena sont extrêmement rassurantes, je vois (et très bien) tout ce qui se passe y compris en dessous. Il faudra que je valide ça demain, mais si je ne me trompe pas il est ironique de penser que ce petit machin en plastique à 15 euros a tordu le coup à un truc qui me poursuit depuis des années.

Laisser un commentaire

Vous pouvez laisser un commentaire