iTele : Lundi 8 janvier


Rétrospective : mon hit parade des bon points et des bonnets d’âne pour l’année 2006

Les bons points
1 Le GPS
Non pas pour la technologie elle-même, mais pour la démarche intelligente qui a présidé à sa commercialisation : une technologie à la base très obscure, scientifique (un satellite qui envoie des données de latitude et longitude à un récepteur terrestre) traduite dans des appareils ne demandant aucun savoir scientifique. Dans un deuxième temps la recherche d’une killer app qui lui garanti d’accéder au rang d’« indispensable » (le positionnement des radars), puis dans un troisième temps une diversification (piéton, nature/evadeo, marine/magellan), le tout en moins d’un an.
Un résumé de la situation par le cabinet GFK (qui effectue des analyses de marché pour l’industrie) : GfK analysts revise their forecasts for 2006 to 950.000/1.000.000 units. This would bring the development of portable navigation to a faster pace than mp3 devices or digital still cameras, which reached 1.000.000 units per year after 5/6 years of activity, versus 3 years only for this market.

2 Le baladeur
On a annoncé sa disparition à plusieurs reprises menacé qu’il était par l’avancée d’appareils multi usages proposant également des fonctions de baladeurs (les téléphones entre autres) et pourtant le baladeur a parfaitement résisté et reste une valeur sure en dépit d’un environnement dont le moins que l’on puisse dire est qu’il est peu ergonomique (voir par exemple l’ergonomie exécrable des sites de vente en ligne) et d’une réglementation qui a tout fait pour l’étouffer.

Avec les félicitations du jury : La télé
J’aurais pu la mettre en première position. Elle a subit moult changements en 2006 le tout sans la moindre rupture
– Mode de diffusion : passage de l’analogique au numérique, diffusion hertzienne puis diffusion en plus sur l’ADSL, les Box, la TNT, le podcast etc
– Format : elle est passé du traditionnel écran de taille respectable à des formats variés, elle est désormais accessible sur des écrans de petite taille (portables, baladeurs vidéos)
– Technologie des récepteurs : elle est passée de l’écran cathodique entrelacé aux écrans numériques LCD et plasma sur des écrans LCD et plasma au lieu de cathodique,

…Et aussi
L’ordinateur portable

Prix en baisse et performances en hausse, le tout sur fond de design en net progrès, le portable a le vent en poupe. Selon GFK, à Noël, les ventes d’ordinateurs portables devraient supplanter celles des modèles de bureau. Toujours selon GFK il se sera vendu 2,4 millions de portables en 2006 contre 2,1 millions de PC de bureau.

Bonnet d’âne

1 La HD
Que la Haute Définition remplace à terme la télé classique n’est pas douteux, c’est prévu comme ça. Ceci étant, alors que l’avènement de la HD devrait être sur des rails sereins et cohérents, la commercialisation des produits afférents s’est déroulée en 2006 dans une cacophonie rare.
– TV : Trois technologies d’écran en lice, Plasma, LCD et SED dont l’une a été repoussée aux calanques grecques. Les deux autres se tirant une bourre à la limite du risible de la part même des constructeurs qui produisent et vendent des téléviseurs dans les deux technologies. Des vendeurs formés à la va-vite et qui délivrent bien souvent une information… créative disons.

– Programmes : Sur le plan des programmes, ça n’est guère mieux. Alors que le grand débarquement était annoncé à la suite de la coupe du monde, la progression de la HD se fait à pas lents, ce qui est contrariant pour ceux qui ont craqué pour une TV HD, car les émissions classiques (en SD) vues sur un écran HD de qualité moyenne sont plus moches qu’elles ne l’étaient sur la télé cathodique.

– DVD : Dans le domaine du DVD HD c’est encore pire. Les deux technologies en lice HD-DVD et Blu Ray ne sont toujours pas parvenues à se départager et le doute plane tellement qu’aucun constructeur ne s’est encore risqué à annoncer un produit mixe. Aujourd’hui il n’existe sur la marché que des lecteurs hors de prix, els seuls proposés à des tarifs acceptables sont .. les consoles de jeu. L’offre en DVD HD frise le scandale, il n’existe pratiquement pas de film vendu sous l’étiquette HD et méritant réellement ce qualificatif haute définition.

2 Internet
Bizarre de décerner un bonnet d’âne à Internet, en fait il s’agit moins d’Internet en lui-même, que des vertus magiques dont on l’a paré pour au final un résultat assez pitoyable.

Quelques exemples :
Internet et la musique : Internet devait permettre à des artistes d’émerger en dehors du circuit des maisons de disques. En 2006 on a guère vu que le coup de boule d’une petite agence de pub et tout récemment le Marly Gaumont de Kamini. Récemment un papier de Libération fait le point avec plusieurs responsables de maisons de disques sur le réel impact de systèmes comme Myspace et le résultat est clair : s’il peut servir à promouvoir des artistes existants, pour ce qui est de découvrir de nouveaux talents, la cacophonie actuelle ne le permet pas vraiment

Dans le même domaine, en agitant Internet comme un masque démoniaque l’industrie du disque a réussi a faire voter des lois qui frisent le liberticide, et moins d’un an plus tard fait machine arrière toute. Après avoir pourfendu la licence globale les marchands en ligne viennent tous petit à petit au concept de forfait (qui est tout à fait similaire) et après avoir fait voter la loi DADVSI dont l’axe majeur est la légalisation des systèmes logiciels de protection des droits numériques (les DRM), les majors sont en train de renoncer à ces DRM en réalisant ce qui tout le monde leur explique depuis un an, à savoir que cela bloque totalement la vente en ligne de musique.
Il y a un an, 35% des baladeurs numériques vendus pouvaient lire des fichiers protégés par les systèmes d’Apple (AAC Fairplay), Sony (Atrac 3 protégé) ou Microsoft (Windows Media protégé). En 2006, ce chiffre atteint 45% soit moins d’un appareil sur deux (chiffres GFK).

Internet et le journalisme citoyen : ce concept assez amusant (pour le moins) qui veut que tout le monde ait des choses intéressantes à dire, a oublié au passage deux menus détails : d’une par ceux qui avaient des choses intéressantes à dire ont toujours eu la possibilité de le dire grâce à Internet, et ce, bien avant que des marketeurs américains inventent le concept de « journalisme citoyen » et d’autre part Internet n’est pas un vaste réseau mondial, mais un agrégat de micro communautés. L’influence des « blogs » eux aussi parés de toutes les vertus n’est toujours pas démontrée. Le magazine Médias publie un bon article sur ce sujet. Ce journalisme citoyen est en matière de marketing Internet remplacé en ce moment par un autre concept fumeux, celui de contenu « généré par l’utilisateur », lui également adaptation d’un concept américain (« user generated content ») dont le principe est simple est simple : vous fournissez gratuitement du contenu à une société qui gagne de l’argent avec grâce à la pub, sans vous en reverser la moindre part, en contrepartie de quoi elle vous promet que ses membres viendront voir ce que « vous » avez créé.

Quelques liens

Laisser un commentaire

Vous pouvez laisser un commentaire