iTele : Lundi 20 novembre

Le plateau

PlayStation 3
Dernier opus de la lignée des consoles de jeux Sony, moins coûteux des lecteurs Blu-Ray,

Derrière la guerre des consoles de jeux haute définition, se joue en fait la désignation du format qui remplacera le DVD d’aujourd’hui.
Deux concurrents sont en lice, le HD-DVD et le Blu Ray.
Les consoles XBox 360 (HD-DVD) et Sony PS3 (Blu Ray) sont avant tout les premiers lecteurs de DVD haute définition et donc pèseront lourd en faveur de l’un ou l’autre de ces formats.

Depuis déjà pas mal de temps, les ténors de l’électronique grand public se crêpent le chignon pour savoir quel va être le format de stockage sur disque de demain.

Le CD est un truc pas tout jeune, Philips l’a lancé en 79 en partenariat avec Sony (les premiers « laser discs » datent de 69..). Par la suite les projets de successeur du CD se sont multipliés (MultiMedia Compact Disc, Super Density Disc.. sans compter les variantes dédiées comme le CD Photo de Kodak), toutes ont fait un flop.

Mais de ce flop il est resté deux camps, avec d’un côté Philips et Sony et de l’autre Hitachi, Panasonic, Mitsubishi, Pioneer, Thomson.

Sous la houlette du boss d’IBM qui trouvait que ça commençait à bien faire, tous ces gentlemen se sont mis d’accord quelques années plus tard sur un nouveau format de disque de plus grande capacité, le DVD.

Mais si tout allait pour le mieux dans le meilleur des mondes en fait Sony et Philips se sont plus ou moins sentis grugés par cet accord (une sombre histoire de royalties) et se sont mis à bosser sur le successeur du DVD basé sur un système de lecture optique que Sony avait développé dans son coin et qui a commencé sous le nom de Professional Disc for DATA (acronyme ProDATA), pour devenir le Blu Ray. Toshiba de son côté s’est mis à plancher sur son système propre qui a vu le jour tout d’abord sous le nom de Advanced Optical Disc, pour finir par s’appeler HD DVD. Nec est venu rejoindre Toshiba par la suite

Si les deux systèmes reposent sur des principes identiques, ils sont incompatibles et surtout ils sont l’objet d’une lutte sans merci à l’intérieur du DVD Forum où un groupe de travail très opposé au projet Blu Ray de Sony/Philips s’est mis à bosser sur un nouveau format HD-DVD. Problème, au duo de départ Sony/Philips, le Blu Ray s’est rapidement vu ajouter un groupe de supporters de taille : Hitachi, Sharp et Samsung. Bref du client sérieux et ça s’est mis à fritter sévère.

Si on excepte l’enjeu de pouvoir et commercial, la différence entre le groupe Blu Ray et le groupe DVD touche à la compatibilité des systèmes. Le format HD-DVD est compatible avec le DVD (un lecteur HD-DVD pourra lire un DVD) alors que le Blu Ray fait table rase du passé (le raisonnement de Sony est que vu le prix des lecteurs ça n’est pas forcément un drame).

On s’acheminait lentement vers une victoire du Blu Ray lorsque coup de théâtre, en janvier 2006, au CES de Las Vegas, l’industrie du cinéma américain, à tranché.. pour le HD-DVD

Paramount Pictures, Universal Studios, HBO Video, New Line Entertainment et Warner Home Video associés à Toshiba (rappel : Toshiba est le père du HD-DVD) viennent d’annoncer que leurs fonds de films seraient dispo en HD-DVD. Ces 5 studios représenteraient la moitié des films jamais produits, ce qui forcément verticalise la balance.
Même en Europe on se rallie, le Studio Canal vient de rejoindre le groupe HD-DVD

De son côté Toshiba trop content de faire un pied de nez à Sony annonce la sortie de lecteurs HD-DVD, bref l’affaire semble pliée.

Tout le monde il est content notamment parce que le HD-DVD est bon pour le business. Comme les formats sont compatibles, les clients qui achèteront des lecteurs HD-DVD pourront les utiliser pour le lire leurs DVD, mieux encore, il sera possible d’avoir des disques avec un DVD sur une face et du HD-DVD sur l’autre.
Sentant le vent venir, Microsoft et Intel se sont dépêchés de se rallier à ce format HD-DVD.
Pour autant, même dans un scénrio catastrophe, le Blu Ray ne risque pas grand chose et restera comme un des formats importants du DVD haute définiion. Lui aussi commence à voir des acteurs importants se rallier comme, HP , un poids lourd du PC et membre du groupe HD-DVD qui a d’ores et déjà annoncé qu’il supportera les deux formats.

Il risque d’autant moins que même s’il perd la guerre du super-DVD pour le cinéma (et rien n’est moins sur) , le Blu Ray a un supporter de taille : Sony.
Sony n’a jamais reculé devant le fait qu’un de ses formats peine à s’imposer, on peut même dire que c’est un spécialiste du truc. Le MiniDisc ne s’est jamais imposé ? (alors que la techno était excellente) qu’importe Sony l’a continué. Tout le monde se rallie à la carte au format SD ? Sony continue contre vent et marrées à utiliser son MemoryStick sur tous ses produits. La PSP (PlayStation portable) utilise un format de disque UMD (Universal Media Disc).. connu uniquement chez Sony, etc..
Comme la PS3 doit utiliser le Blu Ray, même dans l’option ou le HD-DVD serait bien le grand gagnant de cette gueguerre technologique, le Blu Ray que Sony utilise jusque dans ses matériels broadcast continuera sa petite vie tranquille.

Si les spécifications techniques et surtout les guerres commerciales et d’influence vous intéressent vous trouverez le détail des différences dans un texte de 2003 de CDRInfo, et lorsque vous aurez fini, un article monumental de CDRFreek, redétaille les specs et les différences.

Sur le plan des capacités, les deux formats utilisent des galettes de 12 cm de diamètre en simple ou double couche :
Blu Ray (capacité maximale théorique 200 Go) : Rom Simple couche: 25Go, Rom double couche: 50Go, RW simple couche : 25 Go, RW double couche : 50 Go.
HD-DVD (capacité maximale théorique 60 Go) : Simple couche : 15 Go, Double couche : 30 Go.

Sur 25 Go on fait tenir 13 heures de vidéo standard et 2 heures de Haute Définition non compressée.

Quelques Liens

Laisser un commentaire

Vous pouvez laisser un commentaire