Retour de vacances

Je suis rentré dans la nuit de vendredi à samedi.
L’expérience de course à pied dans le sud a été assez sympa avec un petit problème : en dehors de mes repères dans le bois de Saint-Cucuffa, je suis incapable de me caler sur le rythme que je veux et j’ai tourné nettement trop vite. Je l’ai senti tout du long et le téléchargement des données du polar dans iSMARTtrain le confirme sans hésitation.
En gros les quelques jours à Agde ont été assez ennuyeux côté course. Trois tours le matin pour environ 7 km le tout dans un environnement assez moyen. En outre, une partie du tour passait par la plage et courir sur le sable c’est rigolo au cinoche, pas dans la vraie vie.

Courir en Corse c’est une autre affaire.
Entre Aregno (près de Île Rousse) ou j’étais avec Arthur et Lumio (juste avant Calvi) il y a 7 km en pente régulière, sous un soleil de plomb (dès 8 heurs du matin) et avec une mer bleu azur en contre bas.
Là c’était le vrai pied. Je n’ai pas fait les 7 km tous les jours (ce qui en faisait donc 14 avec le retour, mais la deuxième moitié en pente forcément).
En moyenne j’ai fait demi-tour à 4,5/5 km ce qui vu le taux de grimpette est des plus honorables.
Je me rends compte que courir sur le bitume en ligne droite st plus agréable que courir en sous-bois ou sur un parcours plus sinueux ou plus accidenté. Là , en regardant par terre je voyais mes deux pieds battre la mesure sur le bitume qui ressemblait un peu à un tapis de machine de salle de gym tant le rythme était régulier, et en jetant un œil à droite, la mer, le rivage, les quelques habitations.. raaaah.
En outre sur le bitume en ligne droit et avec une foulée régulière, le Polar st d’une précision parfaite pour ce qui est des distances (j’ai vérifié avec la voiture en allant faire des courses).

Hier j’ai repris mes tours de Saint-Cucuffa et là patatras. Le premier tour s’est déroulé comme sur des roulettes à tel point que j’ai monté trop vite la côte de Versailles qui clôt le tour (800m en pente très forte) et que je me suis cramé les cuisses.

A toutes choses malheur est bon, j’avais plus de problèmes de mal aux jambes que de problèmes de souffle ce qui est plutôt bien, mais en revanche, je n suis plus arrivé à faire baisser ma fréquence cardiaque, ce qui est nettement moins bien.

En haut de cette fichue côte j’étais à 169 ce qui st infiniment trop. Par la suite j’ai fait le second tour (j’en avais un instant envisagé un troisième, mais j’ai vite laissé tomber) aux alentours de 150/160 ce qui est bien trop, mais impossible de baisser.

Laisser un commentaire

Vous pouvez laisser un commentaire