Format 4/3… Panasonic entre dans la danse (Leica ne doit pas être loin)

Le format 4/3 a été défini par quelques industriels japonais (Olympus, Fuji, Matsushita, Sanyo, Sigma) plus Kodak, sous la houlette de Olympus il y a déjà quelques temps.
Grosso modo il part du constat que l’adaptation bête des matériels argentiques au numérique n’est pas une bonne idée et qu’il faudrait repartir de zéro (les médisants diront que ça n’engageait à rien chez Olympus puisqu’il ne leur restait plus de gamme argentique solide).
Ce concept concerne plusieurs choses :

  • Le ratio des côtés du capteur (4/3 donc comme sur les compacts alors que les reflex sont en 3/2 hérité du 24×36)
  • La baïonnette (plus petite puisque le capteur est un poil plus petit que les capteurs de taille APS, il mesure 18×13,5mm soit 1/2 24×36 redimensionné au format plus carré du 4/3)
    tailles comparatives des capteurs
  • Une conception d’objectifs spécifiquement prévue pour le numérique. En version courte, le film se fichait de l’angle d’incidence des rayons de lumière, alors que le capteur attend des rayons perpendiculaires à sa surface. C’est le cas avec un télé classique mais pas du tout avec un grand angle, d’où entre autre les problèmes qu’ont les capteurs 24×36 avec les grand angles de qualité médiocre qui donnent des bords épouvantables. Le 4/3 défini des conceptions d’objectifs ou quelle que soit la focale, les rayons arrivent perpendiculairement au capteur.

Jusque-là le 4/3 c’était surtout (uniquement) Olympus avec sa gamme E1, E300, E500 puis le dernier E330 (j’en ai un en ce moment si j’ai le temps j’écrirai ici un truc dessus et dans tous les cas il sera dans le prochain numéro de mon canard)

Ça bouge donc du côté de Sigma qui vient d’annoncer en monture 4/3 une petite gamme assez sympa :

  • 18-50mm F2.8 EX DC
  • 50-500mm F4-6.3 EX DG HSM
  • APO MACRO 150mm F2.8 EX DG HSM
  • 30mm F1.4 EX DC HSM
  • 105mm F2.8 EX DG Macro

Mise à jour: à priori il s’agit d’optiques déjà existantes dans la gamme Sigma et dont la baïonnette a simplement été changée, ce qui (mais je suis médisant) explique peut-être pourquoi il n’y a pas de grand angle dans le lot.

Note : en 4/3 le coefficient est de 2, ce qui fait donc respectivement : 36-100, 100-1000, 300, 60 et 210 mm en équivalent 24×36.

Panasonic L1Mais la vraie grande nouveauté en 4/3 c’est le Panasonic L1 ( lire le communiqué en anglais) qui est en gros une sorte de mélange du LC-1 (pour la carcasse et la disposition des commandes) avec l’Olympus e330 (pour l’électronique, le capteur et la double visée).
L’appareil sera proposé avec un zoom conçu par Leica (DPReview vient de poster une série de photos) il met l’accent sur les réglages manuels (bague de diaph sur le zoom Leica, molette de temps de pose etc..).
Mise à jour: le zoom est utilisable bien sur sur les Olympus (voir plus bas concernant le stabilisateur) et le L-1 peut recevoir les objectifs Olympus (ou les nouveaux Sigma). Dans ce cas, comme ces optiques n’ont pas de bague de diaphragme, le L-1 à une petite molette en haut et à droite de l’écran, sous le pouce, pour piloter le diaphragme.
Pour voir cette molette, cliquez sur l’image pour arriver sur mon compte flickr ou vous trouverez une photo de dos du L-1.

Esthétiquement c’est un LC-1 dans lequel Panasonic a casé le système de Poro (qui remplace le prisme) des Olympus.
Il utilise le système d’affichage permanent sur l’écran du e330. L’écran du L-1 n’est pas orientable (ce qui, avis personnel, fait perdre un peu de l’intérêt de la visée permanente).
Mise à jour: une animation (flash) sur le L1
Le Zoom présenté par Leica est un D VARIO-ELMARIT 14-50mm/F2.8-3.5 (28-100 en équivalent 24×36) stabilisé (lire le communiqué en anglais).Le système de stabilisation vient de chez Panasonic, c’est celui qui est utilisé entre autres sur leurs compacts.. et qui marche extremement bien.
Mise à jour: Le stabilisateur fonctionne selon deux modes. Un mode pour économiser la batterie et qui enclenche le dispositif lorsque l’on presse le déclencheur et un mode permanent. Lorsque cet objectif est utilisé sur un appareil autre que le L-1 (en pratique un Olympus) seul le deuxième mode est disponible.

Il n’est pas extravagant de penser que Leica va sortir sa version dans la foulée comme ils l’avaient fait avec le Digilux-2 qui était la version Leica du LC-1
L’autre nouveauté c’est qu’entre la sortie de la gamme Sigma, les zooms conçus par Leica et la gamme existante d’objectifs Olympus qui à priori seront tous montables sur les boîtiers Olympus, Panasonic et donc l’éventuel (mais j’imagine probable ) Leica, ce petit monde est en train de nous réinventer le 42 à vis (souvenirs..) avec ses objectifs interchangeables entre les marques, et rien que pour ça, ce qui se passe est intéressant.

Si on regarde la chronologie des événements :

  • Septembre 2002 Olympus et Kodak conçoivent le système 4/3
  • Fin 2003 Panasonic sort le LC1 équipé d’un zoom (28-90 f:2-2,4) conçu par Leica. Leica sort sa propre version (à priori identique à la puce rouge près)
    L’accord Panasonic Leica n’est pas nouveau, les caméscopes milieu et haut de gamme Panasonic sont équipés de zooms conçus par Leica et qui font l’unanimité (GS400 et maintenant son remplaçant GS500 dans le grand public, DVC30/60, DVX100[1] et HVX200 dans le prosumer). Parler des machines Pana à un amateur, fan de vidéo, lui provoque immanquablement un demi-orgasme (justifié).
  • Février 2004 Mastushita (la maison mère de Panasonic) rejoint le groupe 4/3
  • Janvier 2005 Panasonic et Olympus passent un deal pour sortir un appareil en commun
  • Septembre 2005 Leica sort sous sa marque le compact Panasonic LX-1 (qui a l’originalité d’avoir un capteur 16/9)
  • Janvier 2006, Le E330 utilise un capteur LMOS (il n’y a pas de faute de frappe) de chez Panasonic
  • Février 2006 Leica rejoint le groupe 4/3

[1] à ce sujet si un généreux mécène veut bien m’envoyer un DVX100B, je ne l’épouserai pas mais le coeur y sera

Vous pouvez laisser un commentaire