Boule de cristal, 300D et glace sans tain

Boule de cristal parce que Tom Hogan vient de publier ses prédiction pour 2004. Rien que du très prévisible dedans sauf le f(u)ameux Nikon F6 qui apparaît de temps à autres sur les sites US d’infos sur la photo numérique.

Le Nikon F6 (qui donc n’existe pas mais que tout le monde prédit qu’il va finir par exister) est en gros l’idée du moyen format modulaire appliqué au petit format. A noter que Rollei avait sorti il y a très longtemps un 24×36 complètement modulaire et conçu comme un moyen format, cela avait été un foirage total (pour cause de tarif délirant, sans compter que la fiabilité était très aléatoire, les contacts électriques ayant tendance à être en RTT lorsqu’on avait besoin d’eux). Et surtout, en 24×36 ça avait un intérêt modéré.
Avec le numérique, de l’intérêt ça en a et beaucoup.
Le premier serait de pouvoir changer de capteur. Imaginez que le dos de votre appareil soit interchangeable, un nouveau capteur apparait ? .. il suffit de changer le dos. D’autre part pour les usages particuliers l’appareil pourrait être équipé de capteurs différents pour des situations spécifiques (un capteur très haute sensibilité, un capteur a faible résolution mais avec de très grands photosites, un capteur pour les hautes cadences de prise de vue, un capteur très haute résolution etc….)

Bref ça serait pas mal (enfin si on excepte le tarif prévisible de ce genre d’engin, tarif qui entre autres invaliderait toute idée de faire des économies en changeant de dos au lieu de changer d’appareil), mais à titre personnel, je ferais une autre prédiction (qui hélas ne se réalisera sans doute pas) : un jour un fabricant de boîtier proposera un reflex avec un miroir semi transparent.
Plusieurs l’ont fait en 24×36, j’ai par exemple à la maison un Canon RT qui est comme ça. Un reflex à miroir semi transparent à donc le miroir semi transparent (étonnant non ?) ce qui fait que la photo est prise à travers le miroir . le miroir ne se déplace donc plus comme sur un reflex classique ce qui a l’avantage d’avoir à la fois la manipulation et la visée d’un reflex et d’autre part une absence totale de vibration (on peut descendre très bas en temps de pose avec un RT).

En numérique cela aurait un autre avantage, celui de permettre à la fois un affichage permanent sur l’écran LCD et donc d’avoir un écran LCD articulé comme sur les compacts. Cela dit il est peut-être possible d’obtenir ce prélèvement de l’image autrement qu’avec un mirroir semi transparent, en ayant un deuxième capteur de visée quelque part dans le prisme.

Je rejoins là la « 300D » du titre de cette note. Je viens de passer quelque temps avec un 300 D, une fois qu’on s’est habitué à son design très Fisher Price, c’est un bon petit reflex, mais qui est très loin d’avoir le côté sympa du G5 (je sais en disant ça je vais passer pour le dernier des ahuris mais j’assume).
Ce que j’ai beaucoup aimé avec le G5 c’est cet écran articulé avec lequel j’ai retrouvé un peu les sensations que j’avais lorsque je portraiturais des gens avec un vieux Rolleiflex. Ne pas tenir l’appareil à hauteur d’œil comme une arme ça change complètement la relation et ça fait une grosse différence.

Il serait très cool de pouvoir disposer de cette possibilité avec un reflex numérique… sauf que dans l’état actuel de la sitiuation, ce n’est pas possible puisque pendant la visée le capteur ne « voit » pas l’image (et donc ne peut pas alimenter l’écran LCD).

Vous pouvez laisser un commentaire